L'actu du Mercredi 30 Septembre

L'actu du Mercredi 30 Septembre

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Mardi 29 Septembre

Lucas Paquetá : « Donner mon maximum pour l’OL »

OL.fr

Lucas Paquetá est lyonnais ! L'international brésilien signe pour 5 ans et 20M€, il portera le n°12. Il a été officiellement présenté ce mercredi aux côtés de Jean-Michel Aulas, Juninho et Vincent Ponsot. Il a notamment exprimé son bonheur de signer à l'OL et de rejoindre ses compatriotes.


Lucas Paquetá


« Le voyage jusqu’à Lyon s’est bien passé. Je suis prêt à être entièrement voué à cette équipe de l’OL. Ce club est très populaire au Brésil. Il est connu pour son accueil des Brésiliens et pour son histoire avec ces derniers. J’ai regardé la Champions League cet été et mes yeux ont brillé lors des matches de l’OL à Lisbonne. J’ai admiré le travail que cette équipe a fait. J’ai été impressionné. Je suis heureux de la confiance du président et de Juninho. Lorsque ce dernier m’a contacté, j’ai aimé le projet… Je suis un joueur qui donne tout, tous les jours à l’entraînement. Je suis jeune, j’ai beaucoup à apprendre. Je veux m’adapter au plus vite. Je souhaite aider au milieu de terrain et me projeter vers l’avant. Je vais donner mon maximum pour ce club. Je suis à disposition de l’entraîneur. Je ne sais pas encore pour le match face à l’OM dimanche. J’ai hâte de m’entraîner… Mon passage à Milan a été une expérience, cela m’a permis de grandir. Les critiques m’ont aidé, tout cela me sert. J’ai maintenant ma tête à l’OL. Jean Lucas est un ami dans la vie. Les autres Brésiliens vont m’aider mais je compte bien m’intégrer aux côtés des autres aussi. »


Jean-Michel Aulas


« C’est une arrivée très importante. Juninho a su rentrer en contact avec Lucas pour trouver un accord. J’étais désireux de montrer qu’on pouvait faire des opérations significatives et d’être constructif dans l’avenir de l’OL. On veut une équipe compétitive. On était il y a peu en 1/2 finale de la Champions League. On est qu’au début du championnat. Il était important de frapper un grand coup et démontrer qu’on était dans la lignée des objectifs. Lucas a été un début de carrière impressionnant, il a été international très tôt. On veut des joueurs techniques mais aussi qui jouent à 100% pour le club. Vincent Ponsot et Juninho ont réalisé une très belle opération. Il y a peu de club en France capable de le faire. On croit très fort dans l’avenir de Lucas à l’OL... Certains imaginent que je ne travaille plus à l'OL. J'ai pris de la hauteur. J'ai la chance d'avoir à mes côtés un certain nombre de gens très compétents, qui s'entendent bien, qui travaillent bien ensemble. Il y a des avis qui se complètent, cela fait la richesse de l'OL. On a fait un plan pour se rapprocher des valeurs qui sont chères à Juninho, la technicité mais aussi l'état d'esprit. On essaie de faire venir un autre jeune joueur. Les choses sont bien engagées. Cela va dépendre aussi des départs. Il n'y en aura plus à partir de vendredi soir. Il faut régler tous les sujets. En fonction de cela, on pourra compléter. On peut imaginer perdre deux joueurs, je ne pense pas qu'on en perde plus. Si c'est le cas, on complètera. Juninho et Bruno Cheyrou travaillent sur le sujet.  »


Juninho


« J’ai vu Lucas démarrer sa carrière il y a quelques années. J’ai tout de suite pensé que c’était un profil pour l’OL. C’est un gaucher. Il sait utiliser son physique. Il est polyvalent même s’il aime bien jouer derrière l’attaquant. Je lui souhaite bonne chance. Je suis très content. Je remercie aussi Vincent Ponsot car la négociation a été difficile. C’est désormais à Lucas de démontrer, de faire les efforts pour s’adapter. J’ai confiance, il est intelligent et il aime travailler... C'est bien avancé pour Pellistri. On espère finaliser son arrivée. L'idéal serait de connaître les arrivées et les départs vendredi. Il faut s'adapter, on n'a pas le choix. Préparer un match sans connaître son effectif est difficile. On est avec Rudi Garcia, il travaille bien. »


Le communiqué


L’Olympique Lyonnais est fier d’annoncer le transfert de l’international brésilien Lucas Paquetá, en provenance du Milan AC, qui s’est engagé pour 5 saisons, soit jusqu’au 30 juin 2025.

Né à Rio de Janeiro, ce jeune milieu de terrain polyvalent de 23 ans a été formé à Flamengo avant de débuter sa carrière professionnelle en 2016 avec le club carioca. En 3 ans, il dispute 95 matches et inscrit 18 buts. Ces statistiques lui vaudront d’être appelé avec le Brésil et d’être élu dans l’équipe type de la Serie A brésilienne 2018, un an avant son compatriote et ami Bruno Guimaraes.

Vainqueur de la Copa America 2019 avec la Seleção avec laquelle il compte 11 sélections, Lucas Paquetá a été repéré par Juninho qui a su le convaincre du projet ambitieux de l’OL.

En janvier 2019, Lucas Paquetá rejoint le Milan AC pour un transfert record de 39M€. Ce milieu offensif gaucher a disputé 44 matches en une saison et demie et inscrit 1 but.

L’OL, sans attendre la fin du mercato, a négocié ce transfert pour un montant de 20M€ auquel pourrait s’ajouter un intéressement de 15 % sur une éventuelle plus-value future.

L’Olympique Lyonnais est très heureux d’accueillir Lucas Paquetá, 22ème joueur brésilien de l’histoire du club après l’arrivée de Bruno Guimaraes en janvier dernier, qui sera le 6ème brésilien de l’effectif actuel.



 

 


 

Rudi Garcia remercié en fin de saison ?

Footmercato.net

Le 14 octobre 2019, l'Olympique Lyonnais officialisait l'arrivée de Rudi Garcia, venu jouer les pompiers de services après le limogeage de Sylvinho. Mais pratiquement un an plus tard, celui qui a mené l'OL en demi-finale de Ligue des Champions et en finale de Coupe de la Ligue, affiche un bilan bien terne. Outre les résultats très décevants, le jeu proposé n'est pas très emballant. Les Gones ne progressent pas et inquiètent même.

D'après L'Equipe, les pensionnaires du Groupama Stadium ne devraient pas conserver l'ancien entraîneur de l'OM à la fin de son contrat. Un contrat qui prendra fin en juin 2021. Pour le remplacer, le quotidien sportif précise que les profils de Christophe Galtier (LOSC), Lucien Favre (Dortmund), Jorge Sampaoli (Atlético Mineiro), Marco Rose (Mönchengladbach), Peter Bosz (Leverkusen) et Roberto De Zerbi (Sassuolo) plaisent en interne. Affaire à suivre...

 

 


 

Aulas dans le love, Edward Jay a pris la foudre

Footradio.com

Alors que les résultats de ce début de saison sont très décevants pour un club qui vise le podium de la Ligue 1, l’Olympique Lyonnais connaît des remous en interne…

Entre les échecs du moment sur les terrains du championnat de France et la gestion difficile du mercato, le club rhodanien traverse une période compliquée. Surtout que dans les coulisses, c’est le froid polaire entre Rudi Garcia, Juninho ou Bruno Cheyrou. Un chaos qu’Edward Jay n’avait pas hésité à mettre sur le dos de Jean-Michel Aulas, plus en retrait ces derniers temps à cause d’une vie privée bien chargée. Pour avoir dit que le président laissait « la place vide » car il était « amoureux », le correspondant de RMC à Lyon s’est fait remonter les bretelles. Mais au moins, cela a permis d’en savoir un peu plus sur le nouvel organigramme des Gones.


Vincent Ponsot est le supérieur de Juninho


« La semaine dernière, j’ai évoqué un fait privé à propos de Jean-Michel Aulas. Je me suis engagé à m’excuser d’avoir utilisé ce fait pour finalement tirer une conclusion qu’Aulas n’était plus trop présent au club… Vous imaginez bien que j’ai pris la tempête ces derniers jours. En fait, on ne connaissait pas précisément le nouvel organigramme de l’OL. Maintenant, je le connais. Il y a d’abord Vincent Ponsot, le directeur du football, puis Juninho, le directeur sportif. Et en dessous, il y a trois personnes au même étage : l’entraîneur Rudi Garcia, Bruno Cheyrou, le responsable de la cellule de recrutement qui découvre son métier, et Jean-François Vulliez, le patron de l’Academy. Aulas prend de la hauteur, il laisse les décisions à ses cadres. Il a voulu cette nouvelle organisation, qui est, pour l’instant, un peu brouillonne avec tous ces gens qui ont leur propre réseau. Tout se met en place », a expliqué, dans l’After Lyon, Edward Jay, qui estime donc que l’OL est toujours dans le flou, surtout que Garcia est sur la sellette…

 


 

Aulas taquine Arsenal sur le prix d'Aouar

Footmercato.net

Arsenal se serait récemment mis d'accord avec Houssem Aouar (22 ans) sur les contours d'un futur contrat. Problème, les Gunners sont pour l'instant bien loin du tarif réclamé par l'Olympique Lyonnais pour son milieu de terrain, à savoir 50 M€. La première offre des Anglais s'élevait en effet à 35 M€.

Jean-Michel Aulas a mis la pression au club anglais lundi en annonçant une date limite pour le départ de ses joueurs. Et il a glissé un petit message supplémentaire aux Gunners dans les colonnes du Progrès. « Si Pépé a coûté ce prix-là (80 M€, ndlr), Houssem, qui est international, vaut plus que 30 millions ».

 


 

Pourquoi l'OL va devoir relancer Paqueta

RMC.fr

L'OL doit accueillir dans les prochaines heures le milieu brésilien Lucas Paqueta (23 ans), acheté 20 millions d'euros à l'AC Milan. Où sa première expérience européenne aura été décevante...

Ouvrez un moteur de recherche, tapez "Paqueta Kaka", et vous aurez une petite idée de la réputation qu'avait la future recrue lyonnaise il y a moins de deux ans, au moment de débarquer en Europe. En ce début d'année 2019, Lucas Paqueta était présenté comme le nouveau joyau brésilien, adoré par les supporters de Flamengo, où il avait débuté chez les pros en 2016, et salué par ses pairs. "C’est un ami, un grand joueur et il fait de plus en plus parler de lui au Brésil, relevait à l’époque un certain Neymar. Je connais ses qualités et il va les prouver au monde entier. Je suis certain que ce sera un grand joueur."

Leonardo aussi en était convaincu, puisque le directeur sportif de l'AC Milan - retourné depuis au PSG - n'avait pas hésité à miser 39 millions d'euros pour faire venir l'élégant milieu de terrain en Lombardie. Soit le double du prix que l'OL s'apprête à débourser pour le récupérer cet automne... Symbole d'un petit fiasco.


Un démarrage en trombe, puis la panne sèche


Pour Paqueta, les premières semaines chez les Rossoneri avaient pourtant été à la hauteur des attentes. "Quand il est arrivé à Milan, il a commencé très fort, explique Johann Crochet, spécialiste Serie A pour RMC Sport. Tout le monde s’est dit 'superbe coup de Leonardo, ok 39 millions d’euros c’est cher, mais il commence très bien'." Dès son troisième match, le natif de Rio de Janeiro se muait en passeur décisif face à la Roma. Dès son quatrième, il marquait son premier but contre Cagliari. Ce sera aussi son dernier.

"Depuis le 10 février 2019, Paqueta c’est 1700 minutes de jeu en Serie A pour zéro but, zéro passe décisive (une, en fait), poursuit Crochet. Il s’est perdu, je pense qu’il y a peut-être un problème mental derrière, il faut sans doute le mettre en confiance, lui donner des responsabilités. Or au Milan c’était peut-être compliqué, car Gattuso est un peu dur dans sa communication et dans ses relations."


Il n'a pas séduit ses coachs, ni ses équipiers


Le hic, c'est que le gaucher ne trouvera ensuite grâce ni aux yeux de Marco Giampaolo, ni aux yeux de Stefano Pioli, qui l'a fait de moins en moins jouer la saison dernière (24 apparitions en Serie A, 1100 minutes). Et mardi, c'est dans une certaine indifférence que le Brésilien a vidé son casier à Milanello. Il faut dire que Paqueta, en plus d'avoir galéré sur le pré, a eu du mal à s'intégrer dans le vestiaire lombard. Ce qui devrait être différent à Lyon, où il retrouvera une colonie de compatriotes, parmi lesquels Bruno Guimaraes, Jean Lucas, Marcelo, ou Thiago Mendes.

"Voilà le point final d'une histoire qui se voulait prometteuse, mais qui n’a jamais vraiment démarré, résume la Gazzetta dello Sport. Après un bon départ avec Gattuso, la régression a été évidente, et il n’a jamais su trouver une place précise dans le projet technique, malgré les changements d’entraîneurs."


Un relayeur, un numéro 10, ou un ailier?


Ce qui amène à une vraie interrogation: celle de son utilisation. "Ce n’est pas une question simple, observe Johann Crochet. A Milan il a joué milieu relayeur dans un milieu à trois, ailier gauche ou numéro 10 dans un 4-2-3-1, et parfois même milieu droit ou ailier droit. Moi, je trouve que c’est en relayeur qu’il est le plus intéressant, parce qu’il a des qualités techniques, même s’il fait encore des erreurs dans les phases de construction, et surtout parce que c’est un joueur physique. Et ça c’est bien pour la Ligue 1."

Une Ligue 1 qui doit donc lui permettre de se relancer et, pourquoi pas, de retrouver la sélection. Car Tite, qui l'avait quasi-systématiquement convoqué depuis l'été 2018 (pour 11 sélections), n'a pas inscrit son nom dans sa dernière liste. Lui préférant dans le secteur du milieu des Fabinho (Liverpool), Everton Ribeiro (Flamengo), et même... Bruno Guimaraes.

 


 

L'OL ne devrait pas recruter de nouveau défenseur

L'Equipe via Twitter

 


 

Les comptes de Lyon vacillent, Aulas est honnête

Foot01.com

Tandis que la situation sanitaire s'aggrave en France, l'OL recevra l'OM devant 1.000 spectateurs dimanche au Groupama Stadium. Et cela pèse sur les finances de Lyon.

C’est une évidence, les clubs de football traversent tous une épreuve assez terrible dans la mesure où les matchs de Ligue 1 et Ligue 2 se jouent devant des tribunes vides ou presque. Pour l’Olympique Lyonnais, qui doit en plus vivre une saison sans les coupes européennes, l’impact financier est important, et il pourrait devenir considérable car rien ne dit que l’on reviendra à la normale très rapidement. Exemple de ce problème, dimanche prochain, l’OL recevra l’OM au Groupama Stadium, une affiche qui permet chaque année à Lyon de faire le plein des 59.000 places du stade de Jean-Michel Aulas et d'empocher les recettes qui vont avec. Mais cette année, coronavirus oblige, la jauge a été ramenée à 1.000 spectateurs. Le président de l’Olympique Lyonnais espérait pouvoir accueillir 9.000 supporters, en aménageant les accès au stade, mais le Préfet n’est pas allé dans son sens.

Ce mercredi, s’exprimant dans Le Progrès, Jean-Michel Aulas avoue avoir hésité à attaquer cette décision en justice, reconnaissant que les comptes de l’OL commençaient à souffrir de cette situation. « Pour OL-OM, les guichets ne seront pas ouverts, on va être impacté à hauteur de 5 millions d’euros. On se posait la question d’attaquer la procédure au tribunal administratif, mais on a préféré la discrétion. C’est dommage car il y a bien moins de risques dans le système que l’on fait qu’ailleurs. C’est injuste. On va commencer à s’essouffler économiquement. Cette année, s’il faut reperdre encore des dizaines de millions… Je ne parle pas que pour nous », explique le président de l’Olympique Lyonnais, conscient que la situation commence à se tendre malgré les aides promises par l’état.

 


 

Guimaraes: "Juninho est comme un père pour moi"

Leprogres.fr

Interviewé par le média brésilien Globo Esporte, le milieu de 22 ans est revenu sur ses débuts à l'Olympique lyonnais et a évoqué la relation particulière qu'il entretient avec le directeur sportif de l'OL, Juninho.

Appelé avec la Seleçao de Tite pour disputer les éliminatoires de la Coupe du monde 2022 en octobre (contre la Bolivie le 9 puis le Pérou le 13), Bruno Guimaraes rejoindra le Brésil pour la première fois depuis son arrivée en France, en janvier dernier.

Pour le média brésilien Globo, il est revenu sur ses débuts à Lyon. Et la fin saison particulière qu’il a vécue, stoppée net avec la pandémie de Covid-19, en mars, alors qu’il n’avait disputé jusque-là que cinq matchs avec sa nouvelle équipe de l’OL (trois rencontres de Ligue 1 contre Metz, Saint-Etienne et Lille, une demi-finale de Coupe de France contre le PSG et un huitième de finale de Ligue des champions contre la Juve).


Désormais capable de mener des interviews en français


« Au début de la pandémie, je ne savais pas trop comment ça allait se passer. Quand j’ai vu que c’était parti pour durer, je me suis dit que j’allais en profiter pour apprendre le français, j’ai suivi des cours tous les jours. J’ai acheté un chien (Ragnar) pour m’occuper et rester à la maison. C’était compliqué pour moi, j’étais chez moi avec mon agent et un ami, mais j’étais sans mes parents et sans ma copine, alors j’ai essayé de trouver du positif dans le confinement », explique-t-il au journaliste brésilien Raphel Zarko. Et d’annoncer fièrement qu’il est désormais capable de répondre aux interviews en français.


"Juninho, il est fou mais dans le bon sens : il aime quand tout est parfait"


Questionné sur son poste, le milieu brésilien de 22 ans s’est dit se sentir n’importe où dans l’entrejeu. « J’aime être au contact du ballon. Je n’ai pas de préférence et je me dois d’être prêt à occuper n’importe quel poste du milieu de terrain », a-t-il indiqué. Ajoutant qu’il pouvait compter sur un allié de taille pour progresser : Juninho (c’est le directeur sportif de l’OL qui avait fait tout son possible pour faire signer l’ex-milieu de l’Atletico Paranaense à l’OL, alors que Guimaraes était fortement courtisé par l’Atlético de Madrid).

« Juninho est un joueur perfectionniste. Je ne pensais pas qu'il était comme ça au début. Il est fou, mais dans le bon sens du terme : il aime quand tout est parfait. Après tous les matchs, il vient me parler, on débriefe ensemble. Il discute beaucoup avec moi pour me dire comment frapper. Il me dit à quel point il faut beaucoup se concentrer et être discipliné. Il est très sincère avec moi. C'est un vrai père pour moi depuis que je suis arrivé à Lyon », a commenté le garçon.

 


 

Toujours rien d'acté pour Reine-Adelaïde, Aouar et Memphis

Leprogres.fr

Selon le président Aulas, pour Jean Reine-Adelaïde, l'un des joueurs susceptible de quitter le club avant vendredi et la clôture du mercato, la situation n'a pas avancé. Idem pour Houssem Aouar et Memphis Depay. L'arrivée du jeune Uruguayen Facundo Pellistri n'est pas encore finalisée...

A l'occasion de la conférence de presse de présentation du nouveau renfort brésilien de l'OL, Lucas Paqueta, Jean-Michel Aulas et Juninho, présents aux côtés de Vincent Ponsot, le directeur du football du club, ont fait un point sur le mercato qui prendra fin lundi prochain, 5 octobre, à minuit.

Concernant Jeff Reine-Adelaïde, le joueur qui a le plus manifesté sa volonté de partir, le président a souligné que la situation était au statu quo, alors que l'on annonce une offre possible du Hertha Berlin à hauteur de 27 millions d'euros : " Il n’y a aucun accord avec personne. Le Herta Berlin est plus pressant que d’autres mais si on était d’accord sur tout, il serait déjà parti. Malheureusement il n’y a pas d’accord, comme du côté de Jeff qui ne s’est pas mis d’accord non plus pour partir dans une équipe " a précisé le président.


Juninho : " On espère finaliser pour Pellistri "


A propos d'Houssem Aouar et Memphis Depay, le président a indiqué que "trois clubs de grande importance, deux à court terme, un à moyen terme, s’intéressent à Houssem. Ce sont des clubs qui ont joué la Ligue des Champions et qui y ont été performants. La discussion est difficile car tous les clubs ne peuvent pas nous donner d’engagements, comme Barcelone (concernant Memphis) qui se trouve en grande difficulté. "

Au rayon des arrivées, celle du jeune attaquant uruguayen, Facundo Pellistri (18 ans), qui a joué une heure et réussi une passe décisive mardi soir avec son club de Penarol en Copa Libertadores contre Colo Colo, reste en suspens.

" D’ici à lundi, certaines choses peuvent arriver mais l’idéal serait de savoir vendredi qui part et qui arrive. Il faut s’adapter encore plus cette année. Préparer un match contre Marseille sans trop savoir c’est difficile, mais Rudi travaille bien " estime Juninho, confirmant la deadline imposée par le président Aulas. " Espérons que vendredi, on aura toutes les réponses. Pour Pellistri c’est bien avancé, j’espère qu’on pourra finaliser ça aussi " conclut-il.

Il semble qu'une partie du bureau directeur du club uruguayen souhaite encore bloquer le transfert afin que Pellistri soit opérationnel avec Penarol jusqu'à la fin de l'année civile.

 

 

Voir aussi... Le Tableau Mercat'OL // L'actu du Mardi 29 Septembre

Last modified on mercredi, 30 septembre 2020 20:20