L'actu du Vendredi 11 Septembre

L'actu du Vendredi 11 Septembre

Voir aussi... L'actu du Jeudi 10 Septembre // Bordeaux - OL : L'Avant Match

Caqueret rêve de porter le brassard de capitaine à terme

RMC.fr

Révélation de ces derniers mois dans les rangs de l'OL, Maxence Caqueret entend poursuivre sa progression avec les Gones cette saison. Le milieu de terrain s'est exprimé dans les colonnes de L'Equipe. Il parle de son jeu notamment et de son avenir. Et dans le futur, porter le brassard de capitaine serait loin de lui déplaire.
 
Né à Vénissieux, formé à l'OL, passé pro avec les Gones... Comme d'autres avant lui, Maxence Caqueret est un pur produit lyonnais. Cet été, Rudi Garcia n'a pas hésité à s'appuyer sur lui, et il n'a pas eu à le regretter tant le milieu de terrain a brillé, notamment en Ligue des champions. L'international Espoir français, âgé de 20 ans, s'est longuement confié à L'Equipe.

Avec sa capacité à s'orienter rapidement et sa taille modeste (1,74m), Maxence Caqueret est parfois comparé aux meilleurs spécialistes en la matière. Le chemin est encore long avant d'atteindre leur niveau, mais l'intéressé ne nie pas un lien: "C'est mon style de jeu. J'ai toujours aimé regarder des milieux comme Xavi ou Iniesta. Voir vite et jouer simple pour mes coéquipiers, c'est ce que j'aime. (...) Iniesta, c'est mon modèle, il m'a beaucoup marqué. Pour moi, c'est le meilleur milieu de terrain qu'il y a eu dans le foot. J'ai vu beaucoup de vidéos pour prendre exemple et m'en inspirer."


"Je suis un leader dans l'âme"


Au Barça, Andrès Iniesta a également été capitaine... tout comme Maxence Caqueret dans les équipes de jeunes de l'OL. Pourquoi pas l'être aussi avec l'équipe première? "C'est vrai que j'ai toujours eu le brassard, depuis petit. Est-ce que je l'aurais un jour en pro... Peut-être. Ce serait vraiment une immense fierté, c'est mon équipe, mon club de coeur", répond-il.

Le milieu de terrain reste modeste, mais l'envie est là: "C'est ma ville, c'est ma vie. J'ai grandi à l'OL et j'ai toujours eu le brassard depuis que je suis là. Donc, ça serait magnifique. Mais ce n'est pas une pression que je me mets. Si un jour un coach me le donne, je le prendrai avec fierté et j'assumerai ce rôle, parce que je suis un leader dans l'âme. Mais si je ne l'ai jamais, ce n'est pas grave. Je resterai le même et je continuerai à bien jouer, je serai heureux quand même."

 


 

Reine-Adélaïde pas dans le groupe contre Bordeaux

Foot01.com

Le groupe de l'OL pour le déplacement à Bordeaux (vendredi à 21h00, 3e journée de L1) :

Gardiens : Lopes, Racioppi.

Défenseurs : Andersen, Denayer, Marcelo, Dubois, Bard, Diomande.

Milieux : Aouar, Thiago Mendes, Jean Lucas, Caqueret, Guimarães.

Attaquants : Toko Ekambi, Dembélé, Traoré, Memphis, Cherki, Kadewere, Cornet.


Absents
: Koné, Reine-Adélaïde (blessé).

 


 

Jean Lucas doublure de Léo Dubois ?

Lequipe via Twitter

 


 

Marcelo sur le départ ? La réponse d’Aulas

Le10sport.com

Face aux dernières rumeurs concernant l’avenir de Marcelo, Jean-Michel Aulas a été très clair concernant le défenseur de l’OL.

Après Marçal et Kenny Tete, l’OL perdra-t-il un nouveau défenseur ? Selon les informations de Footmercato, un départ de Marcelo pourrait être envisageable d’ici la fin du mercato estival. Une information qui n’a pas manqué de faire réagir Jean-Michel Aulas. Ainsi, sur son compte Twitter, le président de l’OL a assuré : « Bien sûr que l’on compte sur Marcelo notre leader de La Défense XXL ! ».

 

 


 

Emerson proposé par le Barça dans le deal pour Memphis

Mundo Deportivo via Twitter

 


 

Selon Aulas, Labrune « devra faire ses preuves » et « ce ne sera pas facile »

Lequipe.fr

Le président de Lyon Jean-Michel Aulas a invité Vincent Labrune, élu jeudi président de la Ligue de football professionnel (LFP), à « faire ses preuves », indiquant que « ce ne sera pas facile pour lui » après une élection « à l'arraché ».

« Vincent devra faire ses preuves, c'est vrai que ce ne sera pas facile pour lui, en étant élu avec 45 % des voix », a lancé Aulas, partisan de l'autre candidat, le journaliste Michel Denisot, au sortir de l'Assemblée générale des clubs professionnels jeudi à Paris.

Le patron de l'OL a évoqué un processus électoral « un peu particulier » qui a permis à Labrune d'être désigné sans majorité absolue : « Il y a eu un certain nombre de votes, on va dire, organisés de manière à ce que les choses se passent d'une certaine manière », a précisé le dirigeant lyonnais. « C'est un résultat qui demande beaucoup d'humilité et de capacité à renverser les indécis et ceux qui n'étaient pas obligatoirement dans ce sens-là. »


Entre Aulas et Labrune, des relations fraîches


Les relations entre Aulas et Labrune, président de l'OM entre 2011 et 2016, ont toujours été fraîches, surtout depuis le soir d'un houleux OM-OL au cours duquel le premier avait lancé au second un « t'es un guignol ».

« Je n'oublie jamais, mais je sais être tout à fait ouvert à toutes les compétences, tous les partenariats. La Ligue doit travailler en parfaite relation avec la Fédération, on va faire en sorte que cette opération soit profitable pour tout le football, parce qu'on en a besoin », a détaillé Jean-Michel Aulas, membre du comité exécutif de la Fédération française de football (FFF), qui sera renouvelé en mars.

Aulas, partisan de Michel Denisot, n'a pas caché sa « déception » devant un vote « à l'arraché ». « Je trouvais que la candidature de Michel Denisot était une chance pour la Ligue, car c'est un homme droit [...] Après, l'élection de Vincent permet peut-être de passer dans une autre phase, l'innovation et le changement peuvent apporter des choses positives. »

 


 

Lyon n’est plus un grand club, le constat de Govou

Footradio.com

Presque contraint de laisser filer ses meilleurs joueurs, l’Olympique Lyonnais risque de vivre une fin de mercato compliquée. Un scénario impensable il y a quelques années, à l’époque de Sidney Govou.

« Memphis, comme beaucoup de mes grands joueurs, s’il a l’occasion de jouer dans un club construit pour gagner la Ligue des Champions, je l’amènerai avec ma voiture personnellement. » La déclaration de Rudi Garcia dimanche dernier sur la chaîne Téléfoot suffit pour comprendre la situation de l’Olympique Lyonnais. N’en déplaise à son président Jean-Michel Aulas, le club rhodanien est devenu un tremplin vers les cadors européens. Ce que Sidney Govou reconnaît volontiers, lui qui a connu les plus belles années des Gones.

« Les propos de Rudi Garcia peuvent paraître durs pour l’OL mais ils décrivent une situation hyper logique, a réagi l’ancien Lyonnais pour 20 Minutes. Face à une saison sans Ligue des Champions ni même Ligue Europa, des joueurs comme Memphis Depay et Houssem Aouar se posent forcément des questions. A mon époque, on restait chaque été au club car c’était pour nous normal d’être champions de France ici, et qu’on s’estimait capables de remporter la Ligue des champions. »


« Rennes plus attractif »


« Il y a une histoire ici et l’OL redeviendra l’OL, a annoncé Govou, qui fait confiance au directeur sportif. Juninho doit construire une nouvelle base en s’appuyant sur des joueurs de devoir, des joueurs de club. Il faut faire prendre conscience aux nouveaux éléments qu’ils ne viennent pas pour être vus mais pour performer. Aujourd’hui, Rennes est plus attractif que Lyon. Si Memphis veut aller à Barcelone, l’OL ne pourra pas le retenir. Le président Aulas a toujours eu la même politique lorsqu’un joueur souhaitait vraiment partir, comme pour Michael Essien à Chelsea, mais sa communication était différente avant. » Désormais, le patron se contente d’appels du pied aux grands d’Europe, comme s’il avait compris lui aussi…

 


 

L'OL sans Aouar et Dembélé, c'est au niveau de l'OM

Foot01.com

Ce dimanche, l’Olympique de Marseille se rendra au Parc des Princes pour y affronter le Paris Saint-Germain avec l’intention de mettre fin à sa mauvaise série dans les Classiques.

Est-ce enfin la bonne année pour l’OM contre le PSG ? Chaque saison, cette question revient en boucle à l’approche des Classiques. Il faut dire que le club phocéen fait un vrai complexe d’infériorité face au club de la capitale. Tout simplement car l’OM n’a plus dominé le PSG depuis 2011. Neuf ans d’attente. Et ce week-end, alors que le PSG sera affaibli comme jamais, avec les probables absences de Neymar, Mbappé, Di Maria, Navas ou Icardi, tous touchés par le Covid-19, les supporters marseillais vont y croire dur comme fer. Surtout que l’équipe d’André Villas-Boas sera, elle, au complet, comme l’annonce Mohamed Bouhafsi.

« La compo de l’OM contre le PSG ? Mandanda dans la cage. À droite, Sakai ou Sarr. La charnière centrale : Balerdi, Caleta-Car. À gauche, Amavi. Au milieu de terrain : Kamara en sentinelle, Sanson et Rongier. En attaque, Thauvin à droite, Benedetto en pointe, Payet à gauche. Cette compo est belle. S’il y a départ d’Aouar ou de Dembélé à l’OL, le onze-type de l’OM, sans le banc, c’est le deuxième ou le troisième de L1. Ça se bat avec Lyon », a lancé le journaliste de RMC. Mais comme pour l’OL, la fin du mercato estival pourrait être très compliquée du côté de Marseille, où Caleta-Car, Sanson ou Kamara sont courtisés. Et avec de tels départs, l’OM n’aurait tout de suite plus la même allure...

 


 

Umtiti de retour à l'OL, l'aveu de son agent

Foot01.com

Défenseur emblématique de l’Olympique Lyonnais, Samuel Umtiti est souvent regretté par les supporters rhodaniens.

Il faut dire que depuis son départ pour le FC Barcelone en 2016, la formation lyonnaise a souvent eu beaucoup de mal à retrouver une charnière centrale de qualité. Alors, devant les secousses qui ont lieu actuellement au sein du club catalan, et la volonté de Juninho de tenter de faire revenir d’anciens du club, le bruit d’un come-back de « Big Sam » à l’OL se propage régulièrement, et même le Brésilien l'a commenté récemment. Car au Barça, le souhait est clair de changer de nombreuses batteries avec les échecs des dernières saisons en Ligue des Champions. Samuel Umtiti est visé, puisqu’il peine à retrouver une place de titulaire indiscutable depuis deux ans, et la fameuse Coupe du monde disputée malgré une douleur récurrente au genou. Exemplaire dans son comportement, l’international français affiche toujours sa volonté de s’imposer au Barça, lui qui est encore sous contrat jusqu’en juin 2023. Mais pour la première fois, le clan Umtiti reconnait qu’un départ de Catalogne pourrait avoir lieu, face à la volonté des dirigeants de changer les choses. Pour revenir à Lyon ? Son frère et agent répond à foot01.com.

« Samuel ne souhaite pas quitter le Barça cet été. Toutefois, en tenant compte de la volonté du club d’apporter du changement, on peut être amené à étudier des alternatives en accord avec les objectifs que s’est fixé le joueur. La rumeur OL est belle, mais a malheureusement très peu de chance de se concrétiser », a reconnu Yannick Um, qui représente les intérêts de son frère, et se veut réaliste sur la faisabilité d’une telle opération. Même si l’envie est là, les raisons financières et contractuelles ont aussi leur importance. Ce n’est peut-être que partie remise, Samuel Umtiti ayant, à 26 ans, encore largement le temps de poursuivre sa carrière et d’envisager un retour à l’OL dans les années à venir.

 


 

Les 3 meilleurs joueurs lyonnais sur Fifa 21

OL via Twitter

 


Voir aussi... L'actu du Jeudi 10 Septembre // Bordeaux - OL : L'Avant Match



Last modified on vendredi, 11 septembre 2020 12:03