L'actu du Mercredi 2 Septembre

L'actu du Mercredi 2 Septembre

Voir aussi... L'actu du Mardi 1er Septembre // Le Tableau Mercat'OL

Reine-Adelaïde "souhaite trouver un nouveau projet"

RMC.fr
 
Huit mois après leur dernier rassemblement, les Espoirs ont retrouvé Clairefontaine lundi, comme les A. Les joueurs de Sylvain Ripoll ont deux rencontres à disputer face à la Géorgie (4 septembre) et l'Azerbaïdjan (7 septembre) dans le cadre des qualifications à l'Euro. Joueur le plus capé de la sélection (18 matchs) et capitaine, Jeff Reine-Adelaide vit cette semaine en bleu comme un soulagement. Depuis la reprise de la compétition, le milieu de 22 ans n'a disputé que 72 minutes avec l’Olympique Lyonnais. Acheté 25 millions d'euros par l'OL à Angers l’été dernier, il a du mal à vivre cette situation. Et espère qu'il pourra trouver une solution avec son club avant la fin du mercato.
 
Jeff Reine-Adelaïde, vous revenez en équipe de France Espoirs huit mois après le dernier rassemblement, comment se sont passées les retrouvailles avec vos coéquipiers ?

C'était super de pouvoir se retrouver après une si longue absence. On est tous heureux de repartir avec les Espoirs et de retrouver la compétition avec ces deux rencontres. C'est encore plus spécial pour moi car je suis capitaine et j'ai donc une responsabilité dans cette équipe. Maintenant qu'on s'est retrouvé, on a envie de jouer.

Vous enchaînez en sélection après avoir disputé la finale de la Coupe de la Ligue, terminé la Ligue des champions, et repris le championnat. Comment s'est passée la transition entre les deux saisons ?

Il y eu beaucoup d'émotions avec la Ligue des champions. Il a fallu vite redescendre pour se concentrer sur le championnat. On a eu ce week-end de repos qui a fait du bien. Maintenant, il faut se remettre au boulot et on l'a d'ailleurs plutôt bien fait avec cette victoire face à Dijon.

Avez-vous senti que le parcours en Ligue des champions a eu un effet positif sur le groupe ?

Bien sûr. On a vu qu'on était capable de faire de grandes choses tous ensemble à Lisbonne. On a vu un groupe soudé, avec des leaders. Maintenant, il faut réussir à en profiter sur la longueur.

Ne doit-on pas craindre que les départs affectent une nouvelle fois les automatismes et qu'il faille encore du temps pour retrouver ce niveau ?

C'est une possibilité, oui. On sait qu'il y aura des départs, que ce ne sera pas facile pour remplacer ces joueurs, mais on a de gros objectifs et on est des professionnels. On sait comment ça se passe.

Vous parlez de gros objectifs, cette Ligue des champions vous a montré que vous pouviez aller chercher le PSG pour le titre ?

Il faut être très réaliste avec ça. Ce sera très compliqué, on connait tous la valeur de cette équipe. Ils ont l'effectif pour tenir tout le championnat. De notre côté, on sait qu'on va perdre des joueurs très importants. Après, le fait de ne pas jouer en Coupe d'Europe cette saison devrait être un avantage dans la mesure où on aura moins de matchs à jouer. Mais pas de Coupe d'Europe, ça veut aussi dire que certains joueurs vont se poser des questions sur leur avenir…

Vous n'avez débuté aucune rencontre depuis la reprise de la compétition, comment avez-vous encaissé ça ?

Mal. La frustration est très présente. Je ne comprends pas ma gestion. Je me suis battu sans relâche pendant six mois suite à ma blessure, j’ai traversé des moments difficiles pour revenir le plus rapidement et surtout le plus performant possible afin d'aider le club à atteindre ses objectifs. C'est donc très frustrant de se retrouver dans une situation où tu ne joues pas, qui plus est sans avoir d’explication. J'avais un rôle en Ligue des champions, qui était d'entrer et d'apporter à l'équipe. Je pense l'avoir bien fait, mais rien n'a changé derrière.

Que faudrait-il pour améliorer votre situation ?

On s'est entretenu avec le coach, on a discuté avec la direction… mais rien ne bouge. Chacun a un discours différent. Quand on me dit quelque chose la semaine, ce n'est déjà plus la même chose le week-end. Je souhaite donc qu'on puisse trouver une solution avant la fin du mercato. Avant ma blessure, je ne comprenais déjà pas mon utilisation mais je n'ai rien dit, rien montré de mon agacement grandissant et j'ai toujours continué à bosser en silence. Aujourd'hui ça continue et j'ai la désagréable sensation de ne pas être considérer à ma juste valeur. J'aime le football plus que tout et cette situation ne peut plus durer. Pour ma progression et mon épanouissement personnel, et puisque le dialogue est au point mort, je souhaite tout simplement un autre projet.

Pourquoi avoir choisi de dévoiler publiquement vos intentions ?

J’entends dire "Jeff n’est peut-être pas à 100%", "peut-être qu'il a du mal à revenir", qu'"il s'entraîne mal", "il a des problèmes de comportements", qu'il a "des problèmes avec le coach". Mais rien de tout ça n'est juste. Je suis un bosseur, je suis le premier arrivé à l'entraînement, le dernier à partir. Je travaille fort pour arriver à jouer, personne ne m'a jamais vu râler ou avoir des signes d’agacement jusqu’à maintenant. Après mon match et notamment mes 2 passes décisives contre La Gantoise, je n'ai joué que 70 minutes sur les 480 possibles. Pour les supporters, pour les gens en général et surtout pour moi, c'était important d'évoquer le sujet. Les supporters ont toujours été derrière moi et l'OL est un grand club.

Rester à l'OL, c'est impossible pour vous désormais ?

Rien n'est impossible dans le football, mais ça devient difficile d'imaginer mon avenir à l'OL. Aujourd’hui, j’ai besoin de jouer et d'enchaîner les matchs. J'entends dire qu'il faut que j'attende des départs pour être titulaire. Mais ce n'est pas le projet qui m'a été vendu lors de mon arrivée l’été dernier, sinon je ne pense pas que Lyon aurait mis autant d'argent pour me recruter. On m'a fait venir pour être un leader technique de cet effectif. Les choses ont changé!

Vous avez parlé de votre situation avec votre sélectionneur, Sylvain Ripoll ?

Non car je ne veux pas tout mélanger. Aujourd'hui, la sélection reste un exutoire. Je ressens beaucoup de confiance de la part du sélectionneur et ça fait du bien. Nous avons deux matchs à jouer pour la qualification à l'Euro et c'est très important pour moi.

 


 

Juninho répond à Jeff Reine-Adélaïde

L'Equipe

"Je vais répondre la même chose que j'ai dite à Jeff : je crois en lui, en son talent. Je n'ai aucun doute par rapport à ça. Il a toutes les qualités pour être un très grand joueur. Après, je pense qu'il est un peu anxieux à l'idée de retrouver son niveau et la place qu'il avait avant sa blessure. Après une rupture des ligaments croisés, il faut un peu de temps. À un moment ou un autre, ça va revenir, il faut un déclic. Il récupérera alors la confiance et sa place dans le onze. Je sais qu'il est frustré, que son transfert était important et qu'il veut être au niveau de ce montant.

Je suis plutôt ouvert. Qu'il vienne dans mon bureau et qu'on parle ensemble. C'est vrai qu'il travaille très très fort. Si les joueurs travaillent et respectent le maillot, ça ne me gêne pas du tout qu'ils parlent (dans la presse). J'aurais préféré qu'on en parle dans mon bureau. Il a préféré faire ça publiquement mais ça ne me gêne pas du tout. On a investi 25 millions et on compte sur lui. Il va beaucoup nous aider.

Ça ne fait même pas un an qu'il joue pour nous, comment pourrait-on penser un instant à un transfert ? Je pense qu'il s'est mis une pression plus importante qu'il ne le devait. Je peux le comprendre parce que j'étais comme ça quand j'étais joueur. Quand on a discuté ensemble, je lui ai dit : "calme, aie un peu de patience, tu vas récupérer ta place naturellement."

Il y a une chose qu'il est important de dire : Jeff pense qu'il est trop gentil, mais c'est la meilleure des choses d'être gentil avec les gens ! Peut-être qu'il a fait ça pour montrer que sa gentillesse a des limites. C'est quelqu'un de bien élevé mais des fois tu n'as pas l'expérience et tu veux dire des choses. On a le droit de parler dans la vie, c'est comme ça."

 


 

Riolo : "Reine-Adelaïde est mal conseillé"

Twitter

 


 

Fulham s'intéresse à Traoré

Sky Sports via Twitter

 


 

Memphis sort un nouveau titre

Twitter

 


 

Aulas réclame 117 millions d’euros d’indemnités à la Ligue

Leparisien.fr

Le président de l’Olympique lyonnais a, selon nos informations, demandé, ce mercredi, 117 millions d’euros d’indemnités pour son club à la Ligue, à laquelle il reproche l’arrêt définitif du championnat de L1 le 30 avril 2020.

Le président lyonnais a décidément de la suite dans les idées. Depuis l'arrêt définitif du championnat de Ligue 1, prononcé le 30 avril 2020 sur décision du gouvernement deux jours plus tôt, Jean-Michel Aulas n'a eu de cesse de dénoncer une décision jugée prématurée à ses yeux et de remuer ciel et terre pour obtenir, en pure perte, une reprise de la compétition.

Ce mercredi, selon nos informations, il n'a pas hésité à réclamer pour son club 117 millions d'euros à titre d'indemnité à la LFP. Cette demande effectuée par écrit n'a vraisemblablement aucune chance d'aboutir. Elle a suscité, toutefois, un certain émoi parmi la plupart des clubs de L1 car l'indemnité devrait alors être prélevée sur les droits télé.

La décision de stopper la Ligue 1, quand la quasi-totalité des autres championnats européens a pu reprendre et aller à son terme, ne passe donc toujours pas. JMA, interrogé dans les colonnes du Progrès en août, s'était une fois de plus attaqué à la Ligue. « L'arrêt de la L1 est décrété alors que l'on est septième à dix journées de la fin. Il restait 30 points en jeu. Cet arrêt est un scandale absolu […] C'est une injustice profonde et je ne le pardonnerai pas […] La blessure de l'arrêt de la L1 est présente. Notre cœur saigne tous les jours par rapport à ça…»


Pas de Coupe d'Europe cette saison


Lyon a perdu la finale de la Coupe de la Ligue face au PSG, le 31 juillet (0-0, 6 t.a.b. à 5), avant d'accomplir un probant parcours en Ligue des champions interrompu en demi-finale contre le Bayern Munich, futur vainqueur du Final 8 (3-0). Ces deux échecs sont synonymes pour l'OL de non-participation à une compétition européenne pour cette saison. Il s'agit d'une première pour le club rhodanien depuis 1997 comme l'empreinte d'une saison assez chaotique, marquée par des bouleversements importants à la tête du club, entre changements d'entraîneurs (Bruno Genesio, puis Sylvinho, puis Rudi Garcia) et de direction sportive (arrivée de Juninho).

Pour mémoire, le conseil d'administration de la Ligue a choisi le 30 avril de valider le classement de la 28e journée de la saison, la dernière disputée à ce jour, en y appliquant la méthode du quotient (ratio nombre de matchs joués - points pris), Strasbourg - PSG ayant été reporté à l'époque.

A la 28e journée, Lyon était 7e, hors des clous pour une qualification européenne. Certains préféraient arrêter à la journée 27, la dernière disputée intégralement en Ligue 1. Lyon était 5e à la 27e étape du championnat. Mais certains présidents n'ont pas voulu faire ce cadeau-là à Aulas, qui les exaspère depuis des années et encore plus depuis le début de la crise sanitaire avec ses multiples propositions, entre la saison blanche et les playoffs pour finir la saison.

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 1er Septembre // Le Tableau Mercat'OL

 

Last modified on mercredi, 02 septembre 2020 19:16