L'actu du Samedi 8 Août

L'actu du Samedi 8 Août

Voir aussi... Juventus 2-1 OL : L'After (Résumé vidéo, notes, réactions et stats)

Etat d’esprit, Mercato… Juninho lâche ses vérités après la qualification

Butfootballclub.fr

Juninho, le directeur sportif de l’OL, s’est exprimé au micro de RMC Spport après la qualification acquise sur la pelouse de la Juventus (1-0, 1-2).

La chance qui a manqué face au PSG

« C’est un exploit. Je suis très content pour les joueurs et les supporters qui ne pouvaient pas être là. L’équipe a montré beaucoup de maturité même si on a souffert. On est les premiers à éliminer la Juventus en confrontation directe. L’équipe a beaucoup évolué. La semaine dernière face au PSG, on avait manqué de chance. On en a eu un peu plus aujourd’hui pour maintenir le résultat. On est très content, on va jouer Manchester City, ce sera très dur. »

Le point Mercato

« L’entraîneur aime toujours le Mercato, il veut toujours la meilleure équipe possible. Je ne pense pas que le marché sera animé. Il y a des postes où on a des besoins mais je pense qu’il y aura plutôt des départs. Je vois qu’on parle beaucoup d’une arrivée en défense mais on a le jeune Sinaly Diomandé et je pense qu’il est prêt. De gros départs ? Quand il y a des grands joueurs dans l’effectif, c’est logique que des grands clubs avec des moyens économiques plus importants arrivent pour eux. Si on a des départs, je l’ai vu avec le président, on aura les moyens de les remplacer. »

L’état d’esprit avant tout

« L’important c’est de préparer le prochain match. Il y a quelque chose qu’on dégage ensemble, ce n’est pas parfait mais avoir éliminé la Juventus c’est un bel exploit. Je préfère un effectif un peu plus petit avec l’état d’esprit même si on perd un peu de talent. »

 


 

Aulas ravi d'avoir vaincu « l'ogre Juventus »

Lequipe.fr

Après la qualification de l'OL pour les quarts de finale de la Ligue des champions ce vendredi, le président lyonnais Jean-Michel Aulas a remercié tous ceux qui ont permis de réaliser cet exploit.

À l'instar de son entraîneur Rudi Garcia, de son directeur sportif Juninho et de tous les joueurs, Jean-Michel Aulas était pleinement satisfait après la qualification de l'OL pour les quarts de finale de la Ligue des champions, aux dépens de la Juventus. Le président lyonnais a publié un tweet, pour remercier tous les soutiens de son club, dont Noël Le Graët, le président de la Fédération française (FFF), présent à ses côtés à Turin. Le dirigeant a estimé que c'est grâce à tous que son équipe a réussi à « vaincre l'ogre Juventus ».

 

 


 

Photo : La joie lyonnaise dans les vestiaires après la qualif

Twitter

 

 


 

"Bienvenue au sommet", la Une de L'Equipe

L'Equipe via Twitter

 

 


 

La saison dernière, l'OL avait dominé Manchester City sur deux matches

Lequipe.fr

L'OL va retrouver Manchester City en quarts de finale de la Ligue des champions, le 15 août. Lors de la saison 2018-2019, les Lyonnais avaient pris l'avantage sur les Citizens en phase de groupes.

Auteur d'un exploit contre la Juventus en huitièmes de finale de la Ligue des champions, Lyon va se mesurer à Manchester City en quarts, le 15 août prochain à Lisbonne. Il s'agit de retrouvailles entre les deux formations, qui s'étaient affrontées pendant la phase de groupes, lors de la précédente édition. Et à cette époque, c'est Lyon qui avait dominé cette double confrontation (2-1, 2-2).

Les Rhodaniens avaient réalisé une authentique prouesse à l'Etihad Stadium le 19 septembre 2018 (2-1), avec un coup tactique de Bruno Genesio. Surprise du onze lyonnais avec Pape Cheikh Diop, dans le 4-4-1-1, Maxwel Cornet avait récompensé la grosse entame lyonnaise au terme d'une action d'école, suivi d'un but superbe de Nabil Fekir avant la pause. Les Lyonnais avaient fait preuve d'une énorme agressivité pour prendre le dessus sur le milieu de terrain mancunien. Tanguy Ndombele avait illustré la domination lyonnaise.

Lors du match retour à Décines, le 27 novembre 2018, Lyon avait également livré une belle partie (2-2), menant deux fois au score sur un doublé de Cornet, encore lui, avant de se faire reprendre sur des réalisations d'Aymeric Laporte et Sergio Agüero. Organisé en 5-2-3, l'OL de Genesio avait obligé City à jouer dans l'entonnoir.

 


 

"On doit voir plus haut" Lopes se projette dans cette Ligue des champions

RMC.fr

Précieux dans ses cages ce vendredi lors de la défaite face à la Juve (2-1) pour la qualification de l'OL pour le Final 8 de la Ligue des champions, Anthony Lopes se montre désormais ambitieux. Si le gardien sait que la tâche s'annonce très compliquée, la perspective d'affronter Manchester City vendredi prochain en quart de finale ne l'effraie pas.

L'OL a réalisé l'exploit ce vendredi sur la pelouse du Juventus Stadium. Face au dernier champion d'Italie, Anthony Lopes et les siens ont validé leur ticket pour le Final 8 de la Ligue des champions malgré la défaite du soir (2-1).

Si les joueurs de Rudi Garcia ont beaucoup couru, globalement dominés par la Juve, Memphis Depay a rapidement donné l'avantage à son équipe. “On savait qu’on avait les ressources pour marquer un but et derrière, il leur en fallait trois pour se qualifier, a réagi Anthony Lopes après la rencontre au micro de RMC Sport. On a été très costauds et solidaires pour ne pas encaisser le troisième but. On n’a pas été récompensés vendredi dernier (face au PSG en finale de Coupe de la Ligue, NDLR) et cette fois on a pu l’être pour tous nos efforts."


"On se doit de voir plus haut même si beaucoup de personnes pensent qu'on ne peut pas aller plus loin"


Malgré un doublé de Cristiano Ronaldo, la Juventus a buté sur la défense lyonnaise, notamment grâce à un bon Anthony Lopes. Vendredi lors d'un quart de finale disputé sur un match unique à Lisbonne, Lyon devra cette fois sortir Manchester City.

"Il nous faut sortir des grands d’Europe. On sort la Juventus qui a des joueurs extraordinaires. Quand on joue en équipe, généralement on est récompensés à la fin de la rencontre, se satisfait encore Lopes. C’est la fête mais ça reste mesuré, on sait ce qu’on veut, où on veut aller. On va à Lisbonne la semaine prochaine. Sur un match, tout est possible. On a l’ambition d’aller loin, on se doit de voir plus haut même si beaucoup de personnes pensent qu’on ne peut pas aller plus loin.

Septième de Ligue 1 et battu par le PSG en finale de Coupe de la Ligue, le club de Jean-Michel Aulas pourrait ne pas disputer de compétition européenne la saison prochaine. "Il n’y a plus que la solution de gagner la Ligue des champions pour la disputer la saison prochaine, indique Lopes, bien conscient de la difficile tâche à réaliser. Pour aller au bout, il n’y aura que des gros sur notre chemin. A nous de montrer qu’on fait partie des grands." Un discours ambitieux, qui devra être suivi d'effets dès vendredi prochain face à Manchester City, tombeur du Real Madrid.

 

 


 

Caqueret, Dembélé, les choix osés de Garcia qui ont payé

RMC.fr

Malgré la qualification de l'OL pour les quarts de finale de la Ligue des champions, les choix de Rudi Garcia n’auront pas été pleinement convaincants, compte tenu des frayeurs lyonnaises en fin de match. L’entraîneur avait notamment choisi de titulariser le jeune Maxence Caqueret et Karl Toko-Ekambi.

À en regarder le dénouement heureux de ce huitième de finale retour de Ligue des champions contre la Juve (2-1 pour Turin, l'OL qualifié), Rudi Garcia aura finalement eu raison. L’entraîneur lyonnais avait fait des choix forts avant le coup d'envoi, alignant Maxence Caqueret après le départ de Lucas Tousart, titulaire au match aller, et Karl Toko-Ekambi à la place de Moussa Dembélé.


Caqueret, prestation plutôt convaincante


Lancé dans le grand bain de la C1, le milieu de terrain s’attendait sans doute à un match compliqué et il a été servi. Pour son premier match en Ligue des champions, il n’aura pas toujours pesé comme espéré, courant souvent après le ballon. Mais aura globalement livré une bataille rude et âpre au milieu de terrain.

En début de rencontre, son insouciance a laissé place à un peu de nervosité. Le jeune lyonnais a commis plusieurs fautes évitables et parfois dans des zones dangereuses. Maxence Caqueret avait sans doute pour consigne de quadriller le milieu de terrain et fermer les espaces. Mais associé à Bruno Guimaraes et Houssem Aouar pour une touche "technique" selon son coach, Caqueret aura beaucoup pesé, avec sept récupérations au total et en osant. A revoir... face à Manchester City en quart de finale?

Il aura énormément couru, essentiellement dans son camp compte tenu de la domination des locaux, à l’image de son équipe. Les changements apportés par son entraîneur à l’heure de jeu lui ont fait un peu de bien, lui permettant de respirer et retrouver le ballon.

Beaucoup plus haut et ayant pris le relais de Guimaraes et Aouar dans l’animation offensive lyonnaise, il aura aussi profité d'une Juventus coupée en deux pour enfin se projeter en fin de match. S'il aura fini par récolter un carton jaune pour une énième faute dans les dernières minutes, il aura mieux fini sa prestation. Pour preuve, Rudi Garcia a préféré faire sortir Houssem Aouar dans le temps additionnel, laissant sa jeune pousse sur la pelouse jusqu'à la délivrance.


Toko-Ekambi, esseulé et effacé


Si Rudi Garcia n’avait pas pléthore de solution pour son milieu de terrain, il avait plus d’options pour son secteur offensif. Aux côtés de Memphis Depay, capitaine indéboulonnable, affamé et décisif, Karl Toko-Ekambi, étonnamment préféré à Moussa Dembélé, est apparu beaucoup plus discret.

Titulaire au match aller, l’attaquant avait pourtant bien débuté, obtenant un corner après une minute de jeu. Mais Toko-Ekambi s’est montré beaucoup moins énergique par la suite. Sevré de ballon à partir du but de Depay, qui a réveillé la Juventus, il aura tenté quelques combinaisons avec son compère néerlandais... avec peu de succès.


Remplacé par un précieux Reine-Adélaïde


Il a longtemps servi à gêner la relance adverse, sans grande réussite. Lorsqu’il a été servi, essentiellement sur le côté, il a souvent eu peu de solutions.

Dans l’axe, ce fut encore plus compliqué de trouver l’ancien Angevin, complètement isolé et facilement contrôlé par le duo Bonucci-De Ligt. Epuisé, il a fini par céder sa place à Jeff Reine-Adélaïde (67e). L’international espoir a fait preuve d’intelligence pour obtenir quelques coups francs malicieux permettant aux siens de souffler et au chronomètre de défiler.


Des changements tardifs mais incisifs


Cette entrée en jeu de la paire Dembélé-Reine-Adélaïde sera peut-être intervenu un peu tard, en réponse au deuxième but de Cristiano Ronaldo. Mais démontre que l'entraîneur lyonnais a pleinement fait confiance à son système, refusant jusqu'au bout de subir, comme il l'avait souhaité en avant-match.

Proche de reprendre un centre de Caqueret et d’assurer définitivement la qualification (78e), Moussa Dembélé aura apporté du sang frais, gênant la relance adverse et soulageant les siens.

La sortie contrainte de Jason Denayer, boitant, n’aura pas été plus compensée par l'apport de Andersen. Comme souvent cette saison, il aura été peu rassurant mais avec cette avance d'un but et face cette Juventus, cela aura été suffisant. Et l'essentiel est bien là: l'OL disputera les quarts de finale de la Ligue des champions.

 


 

Memphis Depay, symbole d’un OL à deux visages

Football365.fr

Lorsqu’il s’est présenté en conférence de presse, sourire au coin et torse bombé, Memphis Depay n’a pas tardé à donner le ton. « Je suis en grande condition, j’ai travaillé très fort pour revenir et je suis prêt ». Sa condition reste à parfaire, mais le Néerlandais n’a pas menti. Il était prêt. Au bout d’un combat insoutenable dans un écrin glacial, il a encore montré qu’il était le guide de cette équipe. L’époque où ce joueur si fantasque ne brillait que par ses coups d’éclat semble si lointaine… Remis sur pied après sa blessure terrible au cœur de l’hiver, Memphis Depay se place en leader fiable et respecté, personnifiant la capacité à souffrir de son équipe – une vertu que la compétition reine adore.


Memphis, capitaine courage


Rembobinons un peu le film pour se pencher sur le contenu de son match. Aligné aux côtés de Karl Toko-Ekambi à la pointe du 3-5-2 lyonnais, Memphis Depay s’est démené sur le front de l’attaque, mais son déchet a été important. Quelques remises mal senties ont illustré ses choix discutables.

C’est au mental que le capitaine de l’OL a transformé ce penalty si précieux en début de match pour placer l’OL dans une posture confortable (0-1, 12e). Une panenka diffuse toujours une pointe d’arrogance. La sienne avait un goût de renaissance. Avec sa célébration caractéristique, mains sur les oreilles et regard vers le ciel, Depay s’est servi de sa propre histoire pour écrire celle de ce match.

Mais il fallait qu’il prenne des coups, aussi, dans un combat pareil. Voir Félix Zwayer accorder un penalty à une Juve balbutiante dans un moment clé, juste avant la pause, aurait pu le mettre dans les cordes. Bien calé dans son mur, le Néerlandais n’a même pas fait un geste du bras pour contrer le coup-franc puissant de Pjanic. C’était un coup dur, un vrai. Mais Memphis s’est relevé pour combattre avant de sortir, le point rageur et la gorge serrée, pour laisser sa place à Dembélé à l’heure de jeu.

Un artiste peine toujours à retrouver la lumière à la sortie d’un tunnel aussi long. Alors Memphis a lutté, comme tous les Lyonnais. Et ce costume lui va tout aussi bien parce qu’il colle à ses nouvelles responsabilités. Quand les jambes ne suivent pas, la tête et le cœur peuvent faire des miracles.

 

 


 

Vidéo : Zoom sur le match de Caqueret

Twitter

 

 


 

Les stats impressionnantes de Caqueret, la révélation de l’OL face à la Juventus

RMC.fr

Le milieu de terrain de l’Olympique Lyonnais Maxence Caqueret, 20 ans, affiche déjà une étonnante assurance, à l’image de sa prestation face à la Juventus, vendredi, en 8eme de finale retour de Ligue des champions. Retour en chiffres sur l’éclosion d’un vrai talent "made in OL."


Il n’a même pas 10 matchs de L1 dans les jambes


A l’heure de se frotter (et d’éliminer) la Juventus vendredi, en 8e de finale retour de Ligue des champions, Maxence Caqueret n’avait disputé que 8 matchs en Ligue 1, et seulement 15 en pro, toutes compétitions confondues. Après deux apparitions en Coupe de France en 2018-2019 à l’âge de 18 ans, le pensionnaire de l’académie de l’OL a disputé son premier match dans le championnat de France le 30 novembre 2019 sur la pelouse de Strasbourg (1-2). Une rencontre remportée par les Gones durant laquelle il adresse sa première et seule passe décisive à ce jour (pour Cornet). Maxence Caqueret compte huit matchs dans l’élite dont sept comme titulaire. Il n’a pas encore marqué. Il a aussi disputé la finale de la Coupe de Ligue il y a une semaine face au PSG.


Il a couru plus de 11km contre la Juve


Quel volume de jeu! Aux côtés d’Aouar et Guimaraes, le jeune milieu lyonnais n’a jamais cessé d’harceler les joueurs de la Juventus. Une preuve de son incroyable activité ? Il a parcouru 11,5 km sur la pelouse indique l'UEFA. A titre de comparaison, c’est plus que N’Golo Kanté avec les Bleus contre l’Argentine en 8e de finale de la Coupe du monde (9,7km). A son actif aussi 77% de passes réussies. Il disputait son premier match sur la scène européenne…


Il a déjà 58 sélections en équipe de France avec les jeunes


Excellent avec les équipes de l’académie de l’Olympique Lyonnais, le milieu de terrain a été très souvent appelé en sélections avec les Bleus. Des U16 (12 capes) aux U20 (3), il a été sélectionné à chaque catégorie d’âge. Avec un total de 58 sélections, il possède déjà une solide expérience internationale. Comme avec l’OL, il a souvent porté le brassard de capitaine. Preuve qu'on peut aussi compter sur lui pour le leadership.


Seul bémol, il commet trop fautes


Face à la Vieille Dame, le Gone a parfois été victime de sa fougue. Il a été averti en fin de rencontre pour une faute sur Adrien Rabiot (un carton jaune sans conséquence puisque les compteurs sont remis à zéro pour le Final 8). Selon Opta, il a commis six fautes.  Seul Nakir Fekir en a commis plus avec Lyon lors d’un match de Ligue des champions lors des 10 dernières saisons (7 contre le Barça 13 mars 2019).

 


 

Caqueret, la nouvelle star de l'Olympique Lyonnais !

Foot01.com

Maxence Caqueret a réalisé un gros match vendredi soir avec Lyon contre la Juventus, cela n'a échappé à personne.

Trois joueurs sont notés « 8 » ce samedi dans L’Equipe après Juventus-OL, il s’agit de Cristiano Ronaldo, Marcelo et…Maxence Caqueret, cela en dit long sur le niveau du jeune joueur de Lyon dans ce match qui valait de l’or. « Du culot, comme sur cette « Verratti » en fin de mi-temps près de sa surface, ou cette incroyable double élimination devant la défense italienne en deuxième, et une justesse, une vitesse dans les transmissions qui ont permis de transformer le jeu lyonnais. On peut bien chipoter sur certains coups mais, à 20 ans, on ne peut guère en attendre plus du milieu de terrain lyonnais sur un tel match », écrit le quotidien sportif au sujet de Maxence Caqueret. Pour Le Progrès, même note et même enthousiasme pour Caqueret : « Éblouissant d’activité et de rayonnement technique pour repartir de derrière. L’art de chiper les ballons, malgré 3 fautes en 1re période. Il change le visage du milieu par son entente et sa complicité avec Guimaraes. Un exploit technique pour frapper (80e). Indispensable. »

Et en Italie, Maxence Caqueret a également tapé dans l’œil des médias. Pour TMW, le milieu de terrain du club de Jean-Michel Aulas est « la fierté des jeunes de l'Olympique Lyonnais, Caqueret a montré à quel point il peut peser de manière incroyable avec la capacité de construire du jeu ». De son côté, Rudi Garcia s'est aisément rendu à l'évidence, le milieu de terrain de 20 ans, lié jusqu’en 2023 avec l’OL, a réellement frappé fort face à la Juventus. « Maxence a encore fait des kilomètres, il a bien aidé Dubois et Denayer, sur le côté à Ronaldo. Il a montré de la maturité malgré son jeune âge et aussi de l’insouciance. Il joue pour l’équipe et pas pour lui, le gamin est vraiment à féliciter », a reconnu l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais. Pour Maxence Caqueret, il faut désormais frapper encore plus fort la semaine prochaine contre Manchester City.

 


 

Ménès heureux pour les Gones, mais...

Maxifoot.fr

Vendredi, l'Olympique Lyonnais s'est qualifié pour les quarts de finale de la Ligue des Champions en éliminant la Juventus Turin (1-0, 1-2). Heureux pour les Gones, le consultant de Canal + Pierre Ménès n'a cependant pas retenu que du positif de cette double-confrontation.

"On ne va pas bouder notre plaisir d'avoir un second club français en quart de finale de Ligue des Champions et d'avoir un club français qui pour la première fois a éliminé la Juve. Ceci étant dit, on ne va pas se mentir : c'était un match très pauvre à ce niveau de la compétition. Alors c'était le deuxième match officiel de l'OL cette saison et le 15e de la Juve. Mais j'avoue que physiquement je n'ai pas vu beaucoup de différence entre les deux équipes, même si en seconde période, Lyon n'a quasiment pas vu la balle", a noté Ménès.

"Seulement le jeu de la Juve était trop pauvre et trop dépourvu d'imagination pour pouvoir déstabiliser la défense rhodanienne. (...) C'est une belle performance pour les Lyonnais, qui ne retiendront que le résultat et qui auront raison. Maintenant, c'était un match très loin d'être inoubliable de leur part. Il faudra faire beaucoup mieux en quart face à Manchester City", a-t-il ajouté.

 


 

Guardiola annonce la couleur pour l'OL !

Le10sport.com

Après avoir respectivement éliminé le Real Madrid et la Juventus, Manchester City et Lyon s’affronteront en quart de finale de Ligue des Champions. Une rencontre évoquée par Pep Guardiola

Si sur le papier l’écart entre Manchester City et l’Olympique Lyonnais est énorme, il ne l’est pas tant que ça pour Pep Guardiola. L'entraîneur des Citizens s’est exprimé sur ses chances de victoire finale et de qualification contre l’OL en conférence de presse : « Si nous allons gagner la Ligue des Champions ? Toutes les équipes pensent la même chose Pourquoi serions-nous différents des autres pour être certains de gagner ? Il y a beaucoup d’équipes de la qualité du Real Madrid. Il y a le Bayern, qui va peut-être finir le travail contre Chelsea, Barcelone, Naples. Lyon est là aussi. La saison dernière, nous avons perdu puis fait nul. Nous n’avons pas pu les battre, c’est ça la réalité. Rudi Garcia connaît très bien son équipe. Je connais les qualités de cet entraîneur, qui a entraîné dans plusieurs pays. »

 


 

Sarri renvoyé après l'élimination contre l'OL en Ligue des champions

Lequipe.fr

Au lendemain de l'élimination de la Juventus de la Ligue des champions par l'OL (0-1, 2-1), les dirigeants turinois ont décidé de se séparer de leur entraîneur Maurizio Sarri, un an après son arrivée.

Dès la fin du match entre la Juventus et l'OL (2-1), vendredi soir, synonyme d'élimination de la Vieille Dame de la Ligue des champions, les médias italiens avaient annoncé que l'avenir de Maurizio Sarri au sein du club turinois était compromis.

Au lendemain de l'élimination de la Juve en huitièmes de finale de la C1 - les Bianconeri avaient fait de la compétition une priorité - les dirigeants ont donc décidé de se séparer de Sarri. Le champion d'Italie a officialisé son départ samedi en début d'après-midi.

Nommé pour trois ans en juin 2019 pour succéder à Massimiliano Allegri, l'ex-entraîneur de Chelsea (2018-2019) ou de Naples (2015-2018), n'a passé qu'une saison à la tête de la Juve qu'il a quand même menée à son neuvième titre de champion d'Italie de suite (le 34e de son histoire). La pression du vestiaire a poussé Andrea Agnelli, le président, à prendre cette décision.

Pochettino pour lui succéder ?

Mauricio Pochettino, libre immédiatement, semble être la cible prioritaire pour remplacer Sarri même si la presse italienne évoque aussi les noms de Simone Inzaghi (Lazio) et Roberto Mancini (Italie) pour le poste.

 


 

Cornet incertain pour Lisbonne

Leprogres.fr

Précieux vendredi soir face à la Juve, Maxwel Cornet pourrait manquer le quart de finale contre Manchester City.

Le match de vendredi à Turin a laissé quelques traces. En conférence de presse, Rudi Garcia semblait un peu inquiet au sujet de Maxwel Cornet, victime d’un souci musculaire. Actuellement titulaire du poste hybride d’arrière-milieu gauche, Cornet a beaucoup donné pendant 120 minutes face au PSG, et pendant 90 minutes encore face à la Juve, mais il est pour l’heure, incertain pour le quart de finale.

Un autre joueur est sous surveillance, en l’occurrence Jason Denayer, premier joueur remplacé (par Joachim Andersen) à la 61e minute. Il est très rare de sortir un défenseur central au cœur d’un match aussi intense, sans raison de blessure. Il a du reste semblé sortir en boitillant. Même si le groupe est au repos ce week-end, la salle de soins est évidemment ouverte pour les joueurs qui en ont besoin, en prévision du rendez-vous de samedi prochain à Lisbonne.

 


 

L'hôtel et le stade d'entrainement de l'OL à Lisbonne

Twitter




Voir aussi... Juventus 2-1 OL : L'After (Résumé vidéo, notes, réactions et stats)

 

Last modified on samedi, 08 août 2020 18:12