L'actu du Dimanche 5 Juillet

L'actu du Dimanche 5 Juillet

Voir aussi... OL - Nice : L'Avant Match // L'actu du Samedi 4 Juillet

Tout ce qu'il faut retenir du match amical entre Lyon et Nice

Francefootball.fr

On le sait, la vérité d'un match n'est pas celle du suivant, encore plus avec un premier match amical. Mais il n'en reste pas moins des enseignements à tirer après ce Lyon-Nice. Des individualités au collectif, en passant par les premiers pas des recrues, FF dresse son bilan.


Le mercato niçois a tout d'une bonne pioche


Des cinq joueurs fraichement arrivés sur la Côte d'Azur, trois ont joué : Hassane Kamara, Flavius Daniliuc et Amine Gouiri. 45 minutes chacun, réparties entre les deux périodes, mais un constat collégial globalement positif. Titulaire, le latéral gauche ne s'est pas vraiment montré offensivement – comme toute son équipe – mais a dévoilé d'emblée ses qualités défensives et techniques. Facile, il combinait sans souci avec ses coéquipiers, preuve d'une adaptation rapide parfaitement réussie. Formé à l'OL, Gouiri, lui, avait déjà ses marques au Groupama Stadium – quoiqu'il ne l'a pas foulé régulièrement – et a montré qu'il avait la palette pour jouer en Ligue 1. Plusieurs très beaux mouvements, mais on en retiendra un en particulier. Parti de la gauche, il parcourait balle au pied le terrain dans la largeur en éliminant deux adversaires par un une-deux joué en pivot, avant de servir un coéquipier seul à droite (63e). Sans suite, mais tout de même. Enfin, le défenseur central transfuge du Bayern Munich a réussi à mettre Moussa Dembélé dans sa poche, malgré la puissance qu'on connait du Français. Par deux fois, il prenait le meilleur sur l'attaquant, histoire de montrer à Patrick Vieira qu'il n'avait pas signé pour faire banquette.


Aiglons ont besoin d'ailes


Pour autant, les emplettes azuréennes sont loin d'être finies. Sans Alexis Claude-Maurice, Patrick Vieira a aligné Ihsan Sacko, Ignatius Ganago et Brazao sur les côtés de son 4-3-3. Si le premier a pu jouer 90 minutes, il n'a pas plus montré ses qualités que les deux autres... Clairement, les trois attaquants ont été muselés par les latéraux adverses. Pour amener de l'allant offensif, il fallait plutôt compter sur les latéraux Youcef Atal ou Kamara. De la jeunesse devant, c'est bien. Mais comme titulaires pour une saison où le Gym aspire à jouer l'Europe, c'est un peu léger. Il manque vraiment un voire deux joueurs dans cette rotation. Dont un de grand niveau capable de débloquer les situations par ses qualités individuelles quand c'est plus compliqué collectivement. Vieira s'en doutait, charge à ses dirigeants de trouver le profil idoine.


L'OL a joué en équipe


C'était déjà le cas plus tôt dans la semaine face à Port-Valais, mais il n'y avait pas grande leçon à tirer d'une si faible adversité (sixième division suisse). Ce samedi contre Nice, c'était plus qu'une simple mise en jambes, et, tactiquement, les hommes de Rudi Garcia ont montré de belles choses. Assez bien organisés défensivement, les Rhodaniens n'ont concédé aucune vraie occasion, grâce notamment à un repli soigné des joueurs offensifs. Il n'était donc pas rare de voir Houssem Aouar ou Bertrand Traoré descendre sur leurs couloirs pour ratisser des ballons. Et c'est sans parler du travail abattu par le double pivot Bruno Guimaraes - Jean Lucas. Un bloc mobile et compact quand il le fallait, qui arrivait bien à se resserrer aux abords de la surface ou sur les côtés. Ce n'est qu'un match amical, mais avec l'OL qu'on a pu voir par moment en 2019-20, ce sont des efforts à souligner.


Garcia peut compter sur ses cadres


Moussa Dembélé, Houssem Aouar et Bruno Guimaraes, titularisés sans surprise, ont été à la hauteur. Solides physiquement, déjà, ils ont apporté ce qu'il fallait, chacun dans leur rôle. Délicieux à la passe – il cassait souvent les lignes pour apporter de la verticalité (3e, 8e, 27e, 62e) -, le Brésilien était aussi précieux à la récupération, quitte parfois à officier comme pompier de service dans la surface (64e). A gauche d'un 4-2-3-1, Aouar permutait assez souvent avec Rayan Cherki pour davantage influer sur le jeu et combiner avec son coéquipier brésilien. Toujours dans l'optique de trouver le numéro 9, aux appels toujours aussi incisifs et généreux. Pesant, il provoquait d'ailleurs le penalty transformé par Aouar (1-0, 5e). Même Memphis Depay et Jeff Reine-Adélaïde, entrés en court de jeu, arrivaient à combiner et proposer de belles choses. Une base dont Garcia aura besoin en forme pour les matches officiels qui se rapprochent.


Les jeunes marquent des points


Base à laquelle on peut rajouter quelques joueurs qui montent. Jean Lucas, déjà, a fait œuvre d'une belle complicité et complémentarité avec Guimaraes. Laissant le travail d'orfèvre à son camarade pour effectuer le sale boulot. Avec le départ de Lucas Tousart et le nouveau positionnement d'Aouar, une place est à prendre à côté du numéro 39, et il est un candidat crédible (malgré une entrée intéressante de Maxence Caqueret). Un cran plus haut, Rayan Cherki a mis du temps à entrer dans son match. Une fois rôdé, le joueur de 16 ans a fini par être impliqué dans le jeu avec sa position de numéro 10. Il a répondu positivement à cette prise de responsabilités. En tirant les corners, notamment, mais aussi en tentant des dribbles et passes audacieux (50e, 52e). A coup sûr, son temps de jeu va grimper. Celui de Melvin Bard aussi, espérons. Jeune latéral gauche, il a profité de l'absence de Fernando Marçal pour jouer les 45 dernières minutes... et apporter davantage que Youssouf Koné. Disponible, à l'aise techniquement et surtout costaud derrière, il représente le parfait mélange qui manque parfois (souvent ?) à la défense de Rudi Garcia. Enfin, Joachim Andersen a rassuré sur son niveau en étant impeccable sur ses récupérations. Il s'est même surpris à casser les lignes en portant le ballon pour apporter le surnombre (58e). Un an après, Lyon tiendrait-il enfin la marchandise qu'elle avait achetée ?

Patrick Vieira aussi peut se réjouir de belles performances de quelques espoirs. Sans citer de nouveau les recrues, Hicham Boudaoui s'est montré, dans un rôle hybride de fer de lance offensif et d'accélérateur de particules sur les côtés. Conscient de la difficulté de passer sur les ailes, il rentrait intelligemment dans l'axe pour multiplier les combinaisons dans des petits périmètres. Très intéressant. Plus défensif, donc logiquement moins en vue, Khephren Thuram a fait le boulot derrière l'Algérien et Pierre Lees-Melou. Il gagnerait à engranger des matches pour être encore plus tranchant dans ses duels.


Le physique est là


C'était l'une des interrogations soulevées par un retour sur les pelouses après de longs mois d'absence. Au final, les organismes ont bien répondu à l'exercice et la réponse est la suivante : physiquement, les joueurs sont au niveau. Pas sûr qu'ils pourraient tenir une finale de Ligue des champions là, tout de suite. Mais avec un retour progressif et une préparation dans la continuité, ça devrait faire l'affaire pour les prochaines échéances (finale de Coupe de la Ligue et Ligue des champions pour Lyon). Surtout pour les Gones, donc, dont le onze titulaire a disputé majoritairement une bonne heure de jeu. Vieira a lui préféré un turnover massif à la pause. Qu'importe, il y a eu des chocs, parfois âpres, mais aucun blessé à déplorer. Sur ce plan-là, cet amical est une réussite.


Les compositions

Première période
Lyon : Tatarusanu – Rafael, Marcelo, Andersen, Koné - Lucas, Guimaraes - Traoré, Cherki, Aouar - Dembélé.
Nice : Benitez– Atal, Pelmard, Dante, Kamara - Thuram, Boudaoui, Lees-Melou - Ganago, Sacko, Dolberg.

Deuxième période
Lyon : Lopes – Tete, Marcelo (Denayer, 75e), Andersen, Bard – Lucas (Mendes, 67e), Guimaraes (Caqueret, 67e) – Traoré (Reine-Adélaïde, 67e), Cherki (Depay, 67e), Aouar (Cornet, 75e) – Dembélé (Kadewere, 75e).
Nice : Cardinale – Burner, Pelmard, Daniliuc, Hamache – Danilo, Makengo, Trouillet – Brazao, Sacko, Gouiri.

 


 

Garcia confirme le départ de Terrier à Rennes

Le10sport.com

Après la rencontre face à l’OGC Nice en match amical, l’entraîneur lyonnais Rudi Garcia a justifié le départ de Martin Terrier vers le Stade Rennais.

Après avoir battu l’OGC Nice (1-0) en match amical grâce à un but d’Houssem Aouar, Rudi Garcia s’est prononcé sur le départ de Martin Terrier vers le Stade Rennais. L’entraîneur de l’Olympique Lyonnais a expliqué que son effectif était trop étoffé. « Oui, j’ai des regrets car je veux garder tous mes joueurs mais non, je n’en ai pas car c’est aussi devant que nous avons plus de concurrence, l’effectif le plus fourni », a-t-il expliqué, dans des propos relayés par Ouest-France. « Quand ce sera officiel, nous pourrons dire au revoir à Martin. C’est comme ça. On va réduire le groupe car nous sommes trop nombreux ».

 


 

Melvin Bard pour sauver le rêve de Lyon ?

Foot01.com

Tandis que le débat fait rage concernant le comportement de l'Olympique Lyonnais avec ses jeunes joueurs, Rudi Garcia veut faire confiance à Melvin Bard.

Pour son premier match au Groupama Stadium après la longue pause imposée par le covid19, l’Olympique Lyonnais recevait Nice. Et le hasard du calendrier fait que l’OL accueillait le Gym trois jours seulement après le transfert d’Amine Gouiri vers le club azuréen. Présent à Lyon, le jeune attaquant a même disputé la seconde période face à son ancien club sans toutefois peser sur le sort de la rencontre, ce qui peut s’expliquer compte tenu du court délai entre sa signature à Nice et cette rencontre. Mais dans le camp lyonnais, c’est vers Melvin Bard, entré à la place de Youssouf Koné après la pause, que les regards se sont tournés. Car le défenseur de l’OL a bien compris que Rudi Garcia ne donnera sa chance aux jeunes que s’ils le méritent, des propos répétés cette semaine par l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais histoire que les choses soient claires.

Et à l’heure du bilan, Rudi Garcia a confié sa satisfaction face au comportement de Melvin Bard face à l’OGC Nice. « Nos quatre premières semaines de préparation ont fait du bien à Melvin. Au niveau mental, il a montré des choses. Devant, il a été vaillant et téméraire. Je pense qu’il prend confiance et c’est vraiment une satisfaction », a reconnu l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais au sujet de son latéral gauche. Il faudra toutefois attendre afin de savoir si Garcia continuera à accorder sa confiance à Melvin Bard sur le long terme, auquel cas l'OL retrouvera son ADN. Si le défenseur de 19 ans n'est qu'une option de plus, sans réel temps de jeu, alors Lyon aura probablement définitivement tourné la page de ce qui a fait ses belles années.

 


 

Aulas confirme que la fuite des talents va cesser

Butfootballclub.fr

La vente très médiatisée de la pépite Amine Gouiri à l’OGC Nice ne devrait pas être suivie par d’autre, a expliqué le président de l’OL sur Twitter.

Théo Ndicka Matam et Lucas Margueron transférés respectivement à Ostende (D2 belge) et Clermont (Ligue 2) sans jamais avoir porté le maillot lyonnais, Amine Gouiri transféré à l’OGC Nice, les temps sont durs pour les jeunes à l’OL. De là à penser que le plus grand club formateur de France allait brutalement changer de politique, il n’y avait qu’un pas.

Mais via Twitter, son mode d’expression favori, Jean-Michel Aulas a confirmé la fin de l’hémorragie. Le président des Gones a retweeté un message d’un Insider, David Barbet, qui expliquait que le latéral gauche de 19 ans Melvin Bard, auteur d’une belle mi-temps contre Nice, « devrait rester et aucun autre jeune formé OL devrait partir apparemment ».

 


 

Les projets de la nouvelle adjointe aux sports à Lyon

RMC.fr

Alors que la ville de Lyon a basculé chez les Verts avec l’élection de Grégory Doucet comme maire, Julie Nublat-Faure, 42 ans, sera en charge des sports. Une passionnée qui veut faire bouger les lignes et se démarquer de la mandature de Gérard Collomb.

"Je me considère comme une sportive, passionnée de sport, qui va travailler comme une professionnelle." Les Lyonnais amateurs de sport découvrent Julie Nublat-Faure. A 42 ans, cette professeure de lettres modernes a été nommée adjointe aux sports après l’élection du maire écologiste Grégory Doucet. Une petite révolution dans la capitale des Gaules. Elle succède à l’ancien gymnaste Yann Cucherat, en poste depuis 2014 et défait au second tour des municipales.

Cette passionnée de ski de fond arrivée à Lyon il y a 20 ans veut promouvoir un sport populaire, proches des Lyonnais, avec une fibre écologiste affirmée et revendiquée. "Pour notre première action, on aimerait mettre autour de la table les grands clubs sportifs de notre ville pour rééquilibrer les subventions qu’on leur distribue, affirme-t-elle à RMC Sport. Sur la formation des jeunes par exemple. C’est déjà le cas et c’est très bien. Nous aimerions aussi que les subventions valorisent plus les sportives professionnelles. Et qu’elles s’intéressent davantage aux sportifs porteurs de handicaps."


Des "chèques sports" pour les plus précaires


Cette politique devrait se concrétiser cet automne avec la mise en place de "chèques sports." A l’instar des "chèques cultures", l’objectif est d’aider des personnes précaires sur le plan financier qui n’ont pas les moyens de se payer une licence. La place accordée aux femmes sera aussi importante: "A Lyon seulement un tiers des pratiquants sont des pratiquantes, regrette la Jurassienne de naissance. On a vraiment besoin de valoriser la pratique féminine au sein de la ville." Alors que Lyon accueillera le 12 septembre la 14eme étape du Tour de France, la passionnée de vélo veut ainsi interpeller Christian Prud’homme, le directeur de la Grande Boucle, pour réclamer le retour du Tour féminin avant 2023. "Pourquoi attendre, ça n'a pas de sens", s'interroge-t-elle ajoutant que Lyon pourrait être intéressé pour accueillir un tel événement.

Encore méconnue, l'écologiste veut s'affirmer. Sa délégation "Sport, jeunesse, vie associative et éducation populaire" tranche avec celle de son prédécesseur, Yann Cucherat "Sports, grands événements et tourisme" : "On montre qu’on a une tonalité différente du sport, plus tournée vers les habitants et les habitantes, appuie-t-elle. On veut leur permettre de s’émanciper par le sport, que chacun trouve un club près de chez lui."


Elle a "très envie de travailler" avec Aulas, TP et Ginon


Récemment engagée en politique, Julie Nublat-Faure devra aussi composer avec le sport business professionnel et en particulier les vitrines de la ville: l’Olympique Lyonnais, l’ASVEL et le LOU, des clubs aux propriétaires "forts et emblématiques" Jean-Michel Aulas, Tony Parker et Olivier Ginon. "Nos portes sont complètement ouvertes pour les rencontrer. On a très envie de travailler avec eux parce qu’ils représentent le sport professionnel qui est un vecteur exceptionnel de cohésion à l’échelle d’un pays et d’une ville. Je leur dirai que le sport à son rôle à jouer dans la transition écologique et qu’il peut même en être un moteur. A nous de donner l’exemple avec un travail commun." Tout un programme.

 


 

Ronaldo et Buffon rêvent de Champions League, l’OL et le PSG peuvent trembler

Butfootballclub.fr

Le sextuple Ballon d’Or a transformé son premier coup franc avec la Juventus Turin hier contre le Torino. Il l’annonce : il revient en très grande forme.

Hier samedi, lors de sa conférence de presse d’avant-Liverpool-Aston Villa, Jürgen Klopp a expliqué que selon lui, Manchester City et le Bayern Munich étaient les deux favoris pour la victoire finale en Champions League. Un avis à la fois objectif et complaisant car, s’il est vrai que Citizens et Bavarois cartonnent actuellement, les seconds venant de réaliser le doublé national, l’Allemand est très proche de Pep Guardiola, qui entraîne City (et qui vient de lui en coller quatre), ainsi que du Bayern, qu’il finira par diriger.


Cristiano Ronaldo a retrouvé la confiance


Mais l’entraîneur de Liverpool a oublié une équipe : la Juventus Turin. Celle-ci, après un timide retour à la compétition, marqué par une défaite aux tirs au but en finale de la Coupe d’Italie contre le Napoli, vient de battre largement le Torino (4-1), prenant ainsi sept points d’avance en tête de la Serie A. Ce qui interpelle avec la Vieille Dame, c’est que tous ses joueurs retrouvent leur meilleure forme au même moment. De là à penser que sa reprise délicate était due à une préparation athlétique bien épicée afin d’être au top en août quand reprendra la Champions League…

Hier, donc, la Juve a remporté le derby et Cristiano Ronaldo a inscrit un maître coup franc. Son premier en Italie après maintes tentatives expédiées dans le mur ou dans les tribunes. Après la partie, le quintuple Ballon d’Or, 25 buts au compteur, a affirmé que marquer ainsi avait été très bon pour sa confiance. A l’instar de ses coéquipiers, CR7 a vécu une reprise très délicate, ne tirant qu’une seule fois au but, par exemple, en finale de la Coupe d’Italie. Mais Maurizio Sarri a revu ses plans tactiques et il est désormais mieux servi. Et quand Cristiano Ronaldo se remet à carburer au super, tout peut arriver…

Toujours contre le Torino, Gianluigi Buffon a disputé son 648e match de Serie A, effaçant le nom de Paolo Maldini des tablettes. La légende transalpine a expliqué à Sky Sport vouloir continuer à jouer jusqu’à 43 ans, en ayant un objectif majeur en tête : « Des regrets avec la Champions League ? Ça me trotte toujours dans la tête, c’est inévitable. Elle a été si souvent si proche. Ne pas la saisir par les oreilles est une déception. Mais c’est parfois dans les déceptions que j’ai trouvé la force de ne pas renoncer ».

Le gardien de but a fait de la C1 son objectif majeur, comme Cristiano Ronaldo et ses autres coéquipiers. La conquête d’un 9e Scudetto de rang ne constitue qu’une friandise. Les Bianconeri veulent le gâteau et la cerise qui va avec. L’Olympique Lyonnais, qui les a battus (1-0) en 8es de finale aller, est prévenu. De même que le PSG, le Bayern Munich, Manchester City et tous les autres prétendants à la victoire finale.



Vidéo : Focus sur Guimaraes, Andersen et Bard pendant OL-Nice

Twitter



Dembélé, Guimaraes, mais Lyon est trop fort…

Footradio.com

Après avoir largement dominé l’équipe amateur de Port-Valais lors de son stage de préparation à Evian (12-0), l’Olympique Lyonnais a bouclé son premier bloc estival en dominant Nice samedi (1-0).

Quatre mois après son dernier match à domicile, en demi-finale de Coupe de France contre le PSG (1-5), le club rhodanien a retrouvé son Groupama Stadium. Face aux hommes de Patrick Vieira, l’OL a eu droit à un premier test grandeur nature contre une équipe de Ligue 1. Si cette rencontre s’est logiquement déroulée avec une faible intensité, Lyon l’a quand même emporté 1-0 grâce à un penalty d’Houssem Aouar, le capitaine du soir. Un péno provoqué par Moussa Dembélé. Lors de cette rencontre, l’avant-centre lyonnais a d’ailleurs marqué de précieux points, comme Bruno Guimaraes. C’est en tout cas l’avis de Damien Perrinelle.

« Pour l’OL, il y a des choses positives à retirer de ce match amical contre Nice. Je pense notamment à Dembélé. Il a fait le plein d’énergie, il a mangé des Chocapic, car ça va à 10 000 à l’heure ! Ses appels de balle sont incisifs. On sent qu’il a du feu dans les jambes. Guimaraes a été la révélation de la saison dernière, mais il est toujours là, avec du jeu vertical vers l’avant dans la profondeur. C’est un régal ce joueur. Après, le point d’amélioration, c’est cette défense centrale… La paire Marcelo – Andersen, c’est assez lourd. Plusieurs fois, on a pu entendre les remarques de Rudi Garcia. Les centraux ne vont pas chercher haut dans les pieds des attaquants adverses. Dolberg se retournait souvent. Marcelo et Andersen craignaient peut-être de se faire prendre dans le dos… Denayer a manqué dans cette charnière », a confié, le consultant de RMC, qui estime donc que l’OL doit rapidement recruter un nouveau défenseur central lors de ce mercato estival.

 

Voir aussi... OL - Nice : L'Avant Match // L'actu du Samedi 4 Juillet

 

Last modified on dimanche, 05 juillet 2020 18:26