L'actu du Jeudi 11 Juin

L'actu du Jeudi 11 Juin

Voir aussi... L'actu du Mercredi 10 Juin

Garcia définit le portrait-robot du futur défenseur central

Footmercato.net

On le sait, Rudi Garcia n'apprécie pas forcément d'évoquer le mercato. Et la période de confinement n'aura rien changé sur le sujet. Présent en conférence de presse ce mercredi, l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais s'est tout de même attardé quelque peu sur le profil du défenseur central recherché. L'intéressé a surtout expliqué quels aspects étaient jugés prioritaires par Juninho et Bruno Cheyrou dans cette quête du défenseur tant attendu.

« On cherche un défenseur central en priorité. Quand on regarde avec Juni et la cellule de recrutement, on regarde s'ils peuvent jouer dans les systèmes, qu'ils soient complémentaires avec ceux qui sont là. On a besoin de joueurs qui sont capables de s'adapter à plusieurs schémas tactiques », a ainsi précisé le technicien rhodanien. Mamadou Sakho remplit-il tous ces critères ? Affaire à suivre...

 


 

Le Graët « très étonné » que Jean-Michel Aulas critique la Fédération

Lequipe.fr

Ébranlé par les déclarations du président de l'OL, qui a évoqué une « crise de gouvernance à la LFP et à la FFF », le président de la Fédération lui a répondu, ce mercredi.

En marge de la présentation du nouveau recruteur du club, Bruno Cheyrou, et de l'attaquant Tino Kadewere, ce mercredi, le président de l'OL, Jean-Michel Aulas, est revenu sur la décision défavorable pour son club prise mardi par le Conseil d'État, qui a retoqué ses deux requêtes.

Au cours de sa prise de parole, le président lyonnais a critiqué la Ligue de football professionnel (LFP), ce qui est assez habituel, mais aussi la Fédération française de football, dont il fait pourtant partie en tant que membre du comité exécutif. Le boss lyonnais a parlé d'une « crise de gouvernance à la LFP et à la FFF ».

« Il critique la Fédération dont il est très proche. Cela a dû lui échapper. Il doit y avoir une part de déception »

« Jean-Michel est quelqu'un d'important puisqu'il fait partie des 12 élus seulement du comité exécutif. C'est un éminent personnage qui vote toujours dans le sens de la Fédération, a réagi Noël Le Graët, mercredi soir. Je suis très étonné qu'il critique la Fédération dont il est très proche. Cela a dû lui échapper. Il doit y avoir une part de déception, il pensait sûrement gagner devant le Conseil d'État. Mais gagner quoi ? Je ne sais pas. »

 


 

Traoré répond aux critiques des supporters de l’OL

Footmercato.net

A l’OL depuis trois ans, Bertrand Traoré a alterné le bon et le moins bon. Les supporters de l’OL ne lui laissent rien passer si bien que l’ancien joueur de Chelsea et de l’Ajax est souvent sifflé et même critiqué sur les réseaux sociaux. Interrogé par un média burkinabé, le n°10 du club rhodanien a répondu aux critiques des supporters.

Tantôt étincelant, comme lors de la saison 2017-18 où il score 7 fois en 8 matches en fin de saison, tantôt discret voire même décevant lorsqu’il n’évolue pas à son poste ou régulièrement dans le onze de départ comme la saison dernière, Bertrand Traoré laisse clairement une impression d’inachevé à l’OL pour le moment. Mais à deux ans de la fin de son contrat, l’ancien joueur de Chelsea reste droit dans ses crampons et semble plus que jamais déterminé, lucide et sûr de ses forces et faiblesses. Interrogé par le média burkinabé Sidwaya Sport, le n° 10 de l’OL, dont la parole est rare dans les médias, s’est livré comme jamais.

Le natif de Bobo-Dioulasso a notamment évoqué son bilan depuis son arrivée à Lyon. « Il y a eu du bon et du moins bon, c'est sûr. J'ai souvent joué sur une aile, mais je l'ai toujours dit, je me sens plus à l'aise en position axiale. C'est d'ailleurs là que j'ai fait mes meilleurs matches et eu mes meilleures statistiques avec l'OL lorsqu'on jouait avec Memphis et/ou Fekir en position axiale dans un schéma en losange. Mais il n'y a pas que le positionnement sur un terrain qui compte. Il y a aussi l'animation autour, le principe de jeu, les choix tactiques. » Bertrand Traoré ne croit pas si bien dire. Au départ assez emballés par le style de jeu de l’Étalon, les supporters lyonnais ont commencé à se montrer beaucoup exigeants vis-à-vis de lui, ne lui épargnant rien. Les sifflets et critiques étaient monnaie courante dans les travées du Groupama Stadium à son égard au cours de la saison dernière.


Bertrand Traoré comprend les supporters de l’OL


Une situation que l’international burkinabé déplore forcément, mais qu’il comprend et qu’il trouve même logique par moment. « Les supporters sont très exigeants à l'OL comme dans tous les clubs ou je suis passé : Vitesse, Chelsea, Ajax. Ils veulent que leur club gagne et sont mécontents quand ce n'est pas le cas. Et c'est logique en fin de compte. J'ai été sifflé parfois, je le sais, comme d'autres joueurs dans l'équipe d'ailleurs. C'est la vie, ce sont les aléas du métier. Tu fais avec et tu continues de faire ton boulot aussi bien que possible. Dans tous les cas, on ne peut pas plaire à tout le monde même si ça fait du bien d'entendre des encouragements de son public plutôt que des sifflets. Je sais d'où je viens et ce que je veux. Mon objectif est toujours de donner le meilleur de moi-même sur un terrain de foot, d'honorer le maillot que je porte, faire plaisir à ceux qui viennent nous supporter et même ceux qui nous suivent à la TV », assure-t-il à ce grand quotidien national du Burkina Faso.

De quoi envisager un départ cet été, d’autant que son nom revient avec insistance en Angleterre, mais aussi en Italie et en Allemagne ? Pas forcément à écouter le principal intéressé, qui indique ne pas vouloir quitter précipitamment un club de ce niveau, lui qui possède encore deux années de contrat entre Saône et Rhône. « Je n'aime pas trop commenter les rumeurs de transfert. On sait que le mercato fait parler et qu'il y a souvent des rumeurs qui sortent parfois justes parfois totalement fausses. On ne quitte pas un club de ce standing du jour au lendemain sans réfléchir, sauf si on ne veut plus de vous. J'ai 24 ans, il me reste deux ans de contrat et je ne suis pas à la rue. Moi ce que je veux, c'est continuer à grandir, à progresser, à jouer au football chaque week-end et à franchir des paliers dans un projet sportif qui me correspond et dont je suis partie prenante. » Reste désormais à savoir si cela se passera avec l’OL ou avec un autre club…

 


 

La Juve avantagée face à Lyon? La réponse de Sarri

RMC.fr

Maurizio Sarri, entraîneur de la Juventus, reconnaît que la longue inactivité de Lyon pourrait être un inconvénient avant le 8e de finale retour de la Ligue des champions. Mais il ne voit pas ça comme un avantage pour son équipe qui sera, elle, confrontée à un enchaînement intense des matchs.

Pour Jean-Michel Aulas, cela ne fait aucun doute. L'OL sera largement pénalisé par l'arrêt prématuré de la Ligue 1 au moment de défier la Juventus en 8e de finale retour de la Ligue des champions. Pour le président lyonnais, ses joueurs ne défendront pas, à armes égales, leur avantage acquis à l'aller (1-0) face à une équipe qui va reprendre la compétition, vendredi. Et qui va jouer une bonne partie de l'été pour conclure la Serie A.

Maurizio Sarri, entraîneur de la Vieille Dame, n'est pas loin d'être d'accord avec le dirigeant lyonnais. Mais son avis est plus mesuré. Selon lui, son équipe devra faire face à un autre problème avant de retrouver l'OL. Et elle ne bénéficiera pas d'un avantage si évident sur un seul match.


"Vaut-il mieux jouer un match après 5 mois (d'inactivité, ndlr) ou le faire après en avoir joué 14 en 40 jours?"


"Mais vaut-il mieux jouer un match après 5 mois (d'inactivité, ndlr) ou le faire après en avoir joué 14 en 40 jours?, s'est-il interrogé mercredi dans une interview accordée à Sky Italia. Une longue inactivité se paie si vous jouez trois matchs en une semaine. Mais sur un match sec, non (cela ne se paie pas)."

L'UEFA doit acter le 17 juin, lors de son comité exécutif, le format choisi pour conclure la Ligue des champions. L'hypothèse d'un Final 8 avec des quarts de finale et demi-finales sur un seul match tient la corde. La Juventus reprend, elle, le chemin de la compétition, vendredi avec la demi-finale retour de la Coupe du Roi face à l'AC Milan. Elle reprendra le championnat la semaine suivante. A 12 journées de la fin, la Vieille Dame est en tête du classement avec un point d'avance sur la Lazio, 2e.

 


 

Lyon sort un coup fumant pour prolonger Depay

Foot01.com

Un accord surprise pourrait avoir lieu pour une prolongation de contrat de Memphis Depay à Lyon.

Memphis Depay n’est jamais à court d'objectifs. Gravement blessé au mois de décembre, l’attaquant de l’Olympique Lyonnais s’était immédiatement mis au travail avec pour objectif extrêmement ambitieux d’être disponible pour l’Euro 2020. La pandémie de Covid-19 a tout mis sur pause, repoussant le championnat d’Europe d’un an, et permettant à l’ancien du PSV Eindhoven d’être dans les temps pour terminer la saison avec l’OL. Mais pour le moment, c’est son contrat qui mobilise toutes les attentions dans le Rhône. Il lui reste un an et Memphis Depay est en position de force pour négocier. En l’absence possible de Coupe d’Europe la saison prochaine, il se verrait bien changer d’air et rejoindre un club de premier rang, même s’il ne croule pas sous les propositions. Il pourrait profiter des derniers matchs pour se mettre en évidence, et avoir enfin la proposition qu’il attend.

Pour le moment, c’est en tout cas avec Lyon et Jean-Michel Aulas qu’il négocie, et cela parait compliqué. Une prolongation n’est pas vraiment à l’ordre du jour, à moins de trouver un intérêt réciproque. Et selon L’Equipe, cela pourrait vouloir dire un accord pour une prolongation, avec une clause libératoire pour un transfert. Un procédé officiellement interdit en France, mais Nice a déjà montré par le passé qu’il était possible de contourner ce règlement par le biais d’accord sous seing privé. Cela permettrait à l’OL de conserver et de pouvoir vendre sa star offensive, et à Memphis Depay d’assurer son avenir avec une augmentation de salaire si jamais il voulait poursuivre à Lyon. Restera la négociation sur le montant de cette clause libératoire, mais tout le monde pourrait bien y trouver son compte.

 


 

Le Graët : « Macron veut que le football reprenne vite et avec des spectateurs »

Lequipe.fr

Avant de rejoindre Guingamp dans la soirée, ce mercredi, le président de la FFF, Noël Le Graët, a échangé de visu avec le Président de la République, Emmanuel Macron. Les deux hommes entretiennent en effet une relation cordiale et des contacts réguliers.

« Le Président est très au courant de l'actualité du football, nous a confié le président de la Fédération française de football. Il veut faire en sorte que le football reprenne vite et avec des spectateurs. Il va consulter des experts médicaux et si l'épidémie de coronavirus continue à diminuer, j'ai bon espoir que dès les premiers matches, il puisse y avoir du public dans les stades. Il y a une chance si l'épidémie de Covid-19 continue de diminuer. Si ce n'est pas le cas, je comprendrai très bien que ce ne soit pas possible. »

La décision du Conseil d'État pas évoquée

Natif d'Amiens, le Chef de l'État n'a en revanche pas évoqué avec Le Graët la décision du Conseil d'État, de mardi, de suspendre la relégation du club picard et de Toulouse en L2 et la demande de réexamen de cette décision par la plus haute autorité administrative du pays.

 


 

La marche est très haute pour Kadewere, le destin des cinq derniers meilleurs buteurs de L2 le prouve

RMC.fr
 
 
Présenté à la presse ce mercredi après-midi en compagnie de Jean-Michel Aulas et du board lyonnais, Tino Kadewere (24 ans) va prochainement découvrir la Ligue 1. Avant l’arrêt de la saison, il était en tête du classement des buteurs de Ligue 2 avec Le Havre (20 buts). Mais les derniers goleadors de la division ont-ils, par la suite, confirmé leurs exploits? Pas vraiment.
 
Mickaël Le Bihan (2014/2015 – Le Havre – 18 buts)

Comme pour Tino Kadewere, l’excellente saison de Le Bihan avec le HAC l’a immédiatement propulsé dans l’élite. Nice s’offre les services du buteur contre 1,5 million d’euros. Pourtant, son aventure avec les Aiglons ne décolle jamais réellement. Buteur et passeur décisif lors de sa première titularisation face à Bordeaux (victoire 6-1), Le Bihan se fait, dans la foulée, une fracture de fatigue au tibia. Le buteur ne joue plus une seule rencontre entre septembre 2015 et février 2017. Un retour gâché quelques mois plus tard par de nouvelles fractures au tibia et au péroné. L’expérience niçoise est un échec (5 buts en 4 saisons), et l’été dernier, Le Bihan s’engage à Auxerre en Ligue 2 (4 buts en 17 matchs), la division qui l’a révélé.

Famara Diedhiou (2015/2016 – Clermont – 21 buts)

Lui non plus n’a pas résisté aux sirènes de la Ligue 1. Après une saison exceptionnelle en Auvergne où il décroche le titre de meilleur joueur, Diedhiou pose ses valises à Angers. Le SCO mise un peu moins de 2 millions d’euros sur le Sénégalais. L’attaquant s’adapte plutôt bien à l’élite, et inscrit 9 buts durant la saison. Saison qui sera d’ailleurs sa seule en Anjou, puisque Diedhiou rejoint Bristol City (D2 anglaise) à l’intersaison, malgré des offres juteuses venues de Chine. Un choix qui semble payant: au total, il y a disputé 115 rencontres pour 39 réalisations. L’ancien Clermontois est un titulaire important, et son club est encore en lice pour monter en Premier League à l’issue de cette saison.

Adama Niane (2016/2017 – Troyes – 23 buts)

Les Canaris s’en mordaient les doigts. Passé par le centre de formation du FC Nantes, Niane n’y a jamais percé, et c’est à Troyes qu’il a explosé. Après sa superbe saison, auréolée d’une montée en L1, le Malien fait le choix de la stabilité et reste dans l’Aube. Problème : les Troyens font l’ascenseur et sont relégués, malgré les 8 buts de leur attaquant. C’est en Belgique qu’il tente de retrouver l’efficacité, d’abord à Charleroi, puis à Ostende cet hiver, dans le cadre d’un prêt. Sans grande réussite (5 matchs, aucun but). Il s’était également distingué par son renvoi de la sélection malienne pendant la CAN, après une altercation avec un coéquipier.

Umut Bozok (2017/2018 – Nîmes – 24 buts)

Meilleur buteur du championnat de National avec Marseille Consolat en 2017, Bozok réalise l’exploit de finir, la saison suivante, meilleur buteur de L2. La prophétie ne se réalisera pas une troisième fois en Ligue 1 : au contraire même, l’ancien Messin ne parvient pas à confirmer au plus haut niveau. Peu à peu relégué sur le banc, Bozok paie les bons résultats de son équipe et l’efficacité des joueurs offensifs (Bouanga, Ripart, Alioui, Thioub…). Un pas en arrière pour reprendre sa marche en avant : l’ancien international Espoirs turc signe à Lorient l’été dernier. Mais Bozok est encore loin de son meilleur niveau : seulement deux petits buts en 16 matchs de Ligue 2…

Gaëtan Charbonnier (2018/2019 – Brest – 27 buts)

Présenté à l’époque comme le successeur d’Olivier Giroud à la pointe de l’attaque montpelliéraine, le Brestois a souvent eu du mal à passer le cut de la Ligue 1. Cette saison encore, il a vécu une phase aller très compliquée, avec une seule réalisation. Il semblait toutefois retrouver de l’efficacité depuis la trêve hivernale (3 buts), avec notamment un doublé face au TFC (5-3), en janvier. Deux réalisations dans une rencontre de Ligue 1, une première depuis… 2013. A lui, désormais, de commencer la prochaine saison comme il avait terminé celle-ci.

 


 

Ca bouge pour Héritier Deyonge !

Footmercato.net

Le 13 juin 2019, l'Olympique Lyonnais annonçait fièrement l'arrivée d'un jeune talent prometteur. «L’Olympique Lyonnais informe également de l’arrivée de l’international belge U17 Héritier Deyonge qui évoluait sous statut amateur au PSV Eindhoven et qui a signé un contrat d’aspirant soumis à la validation de la FIFA dans le cadre de la procédure d’enregistrement d’un joueur mineur.» Peu après, le 21 juin, le Belge nous accordait sa première interview depuis son arrivée dans l'Hexagone. L'occasion pour lui d'afficher ses ambitions. «Il y avait beaucoup de clubs européens (intéressés par lui, ndlr). Mais le choix a été très facile à faire. J'ai choisi l'OL car c'est un club que j'aimais déjà avant. C'est aussi un club qui donne beaucoup sa chance aux jeunes. Je me vois réussir ici à l'OL».

Présent dans le groupe professionnel mené par Sylvinho lors de la préparation estivale, le latéral gauche, qui est un pari sur l'avenir, a ensuite retrouvé l'équipe B (1 match) ou les catégories jeunes pour notamment jouer la Youth League (1 match). Une première saison d'adaptation où le footballeur âgé de 18 ans a aussi eu la malchance de se blesser et d'être absent plusieurs semaines (2-3 mois).Ce qui a logiquement freiné sa progression et son intégration au sein de l'équipe réserve. Malgré cela, il dispose toujours d'une certaine cote sur le marché. Selon nos informations, Anderlecht ainsi que des clubs aux Pays-Bas sont intéressés à l'idée de le récupérer sous la forme d'un prêt. Il reste toutefois à connaître la position du club de Jean-Michel Aulas et du principal intéressé.

 


 

L'OL pas au courant d'un éventuel 8e de finale retour à Lisbonne

Lequipe.fr

Lyon pourrait disputer son huitième de finale retour de Ligue des champions contre la Juventus Turin à Lisbonne au mois d'août, selon Sportbild. Mais le club rhodanien a assuré jeudi ne pas avoir été informé de la décision de l'UEFA.

Selon les informations de l'hebdomadaire allemand Sportbild paru ce mercredi, les quatre huitièmes de finale retour de la Ligue des champions reportés à cause de la pandémie de coronavirus - dont celui de Lyon sur le terrain de la Juventus Turin (1-0 à l'aller) - devraient se disputer à Lisbonne au mois d'août. Ce qui serait aussi le cas des quarts, demies et de la finale.

La décision de l'UEFA doit être rendue publique mercredi prochain. Contacté jeudi matin, l'OL n'était pas au courant de cette possibilité. La ville de Lisbonne aurait été préférée à Francfort et Moscou, alors que la Ligue Europa devrait pour sa part se terminer dans quatre stades allemands de Rhénanie du Nord-Westphalie.

 


 

Stage à Evian, matches amicaux : la préparation de l’OL se dessine

Ledauphine.com

L’OL est le premier club de Ligue 1 à reprendre le chemin de l’entraînement. Et pour cause, les Lyonnais pourraient retrouver les terrains dès le 25 juillet, la date potentielle de la finale de la Coupe de la Ligue face au PSG.

À ce sujet, l’entraîneur lyonnais a eu du mal à cacher son agacement face à l’incertitude qui pèse encore sur la date à laquelle cette finale se déroulera.

En conséquence, les Lyonnais doivent aborder une préparation prenant en compte ce paramètre ainsi que les règles de sécurité toujours imposées en France pour lutter contre le Covid-19.

Les Lyonnais s’entraînent actuellement par petits groupes de 10 sur les différents terrains du Groupama Training Center. Il devrait en être ainsi jusqu’au 22 juin. Après cette date, les protocoles devraient s’assouplir pour permettre des entraînements collectifs traditionnels.

« Pour l’instant les vedettes sont les docs », reconnaît l’entraîneur lyonnais, « nous les laissons encore beaucoup intervenir sur le fait de rappeler aux joueurs qu’il faut respecter les gestes barrière et les distanciations physiques. Mais comme je dis en plaisantant, bientôt on va les mettre au placard et le terrain va reprendre ses droits ».

À défaut de savoir la date de son premier match officiel, Rudi Garcia et le club doivent donc établir un programme souple amené à être légèrement modifiable. « On a prévu une semaine de stage qui devrait se passer à Evian-les-Bains , au bout de la quatrième semaine de reprise », complète l’entraîneur lyonnais qui sait qu’il faudra bien gérer cette période. « Pour l’instant on a un groupe très étoffé, on ne peut pas faire une préparation de huit semaines parce qu’il peut y avoir des effets négatifs si on fait trop long en prépa et que les joueurs piaffent trop d’impatience de retrouver la compétition. On leur laissera quelques jours de break début juillet avec des programmes individuels avant de reprendre pour notre sprint final de trois semaines avant de reprendre la compétition. »

C’est à cette période qu’un tournoi de pré-saison devrait se tenir au Groupama Stadium. Il pourrait accueillir huit équipes dans deux groupes de quatre. Le plateau devrait réunir majoritairement des équipes françaises avec des échéances importantes dès fin juillet-début août. On pense au PSG et à l’AS Saint-Etienne en premier lieu. Garcia a également en tête quelques équipes étrangères dont les championnats sont aussi à l’arrêt (Pays-Bas, Ecosse).

Le club promet d’être attentif aux futures décisions gouvernementales puisque la possibilité d’accueillir du public au Groupama Stadium pour ce tournoi d’avant-saison est, pour l’heure, plus qu’envisageable.

 


 

Aulas en dit plus sur son tournoi

Maxifoot.fr

Après son annonce lors de la présentation de la recrue Tino Kadewere mercredi, Jean-Michel Aulas a confirmé l’organisation d’un tournoi cet été. Le président de l’Olympique Lyonnais souhaite permettre à son équipe de reprendre un maximum de rythme avant la reprise de la Ligue des Champions en août.

Sa compétition amicale, "sous forme de poules et finale", et qui se jouera entre 6 équipes, "se déroulera du 13 au 18 juillet", a annoncé le dirigeant à l’émission Téléfoot. Les noms des participants ne sont pas encore connus selon JMA, qui attend les retours des équipes. Et notamment celui du Paris Saint-Germain. Mais une chose est sûre, "on aura les meilleures équipes françaises", a-t-il assuré.
A noter que l’OL organise également un tournoi international entre 4 équipes féminines.

 


 

70 ME pour Aouar et Dembélé, Riolo signe à la place d’Aulas

Foot01.com

Cet été, l’Olympique Lyonnais devrait perdre plusieurs de ses meilleurs éléments. Lucas Tousart a déjà fait ses valises, et il pourrait être imité par Houssem Aouar et Moussa Dembélé.

Le milieu de terrain formé à Lyon dispose d’un bon de sortie, et figure dans les petits papiers de Manchester City et de la Juventus Turin. De son côté, le meilleur buteur des Gones est très apprécié en Angleterre, où Manchester United, Arsenal et Chelsea le suivent. Pour de nombreux observateurs, ces deux départs paraissent inévitables. C’est notamment l’avis de Daniel Riolo. Sur l’antenne de RMC, le consultant a indiqué qu’en cas de non-qualification en coupe d’Europe la saison prochaine, il serait logique de laisser filer Aouar et Dembélé, à condition de récolter 70 ME… pour le package des deux joueurs. Une somme qui paraît tout de même assez basse quand on connaît la valeur marchande des deux joueurs. Mais la crise du Covid-19 est passée par là…

« Le contexte va faire baisser les prix mais au minimum, Aouar et Dembélé ensemble on sera aux alentours de 70 ME. Je ne sais pas si les prix vont rester élevés ou pas. Mais globalement, c’est un package que tu vas difficilement refuser dans une idée où tu ne vas pas jouer la Ligue des Champions. Pour jouer le podium en Ligue 1, tu restes compétitif même s’il n’y a plus de Dembélé et Aouar. De toute façon, tu ne vas pas pouvoir les garder tous. Ils ont une valeur marchande, donc ils vont partir » a indiqué Daniel Riolo, pour qui l’Olympique Lyonnais ne devrait pas se montrer trop gourmand cet été, l’ensemble du marché des transferts étant totalement chamboulé par la crise sanitaire et économique. Reste maintenant à voir si Jean-Michel Aulas l’entendra de cette oreille, lui qui rêvait sans doute de récolter une somme avoisinant les 70 ME… pour un seul des deux joueurs cités par Daniel Riolo.

 


 

Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 


Voir aussi... L'actu du Mercredi 10 Juin

 

Last modified on jeudi, 11 juin 2020 22:36