L'actu du Mercredi 10 Juin

L'actu du Mercredi 10 Juin

Voir aussi... L'actu du Mardi 9 Juin

Garcia espère garder Memphis Depay

Football365.fr

L’entraineur lyonnais, Rudi Garcia, veut garder son capitaine Memphis Depay pendant au moins une saison de plus.

Memphis Depay arrive au terme de sa quatrième saison à Lyon. Et, il y a des chances pour que celle-ci soit dernière. Il n’y a pas eu d’accord trouvé pour sa prolongation, et sans qualification en Europe pour la saison prochaine, l’ex-Mancunien aurait toutes les raisons de vouloir changer d’air. La situation est délicate, mais les Lyonnais refusent pour l’instant de s’alarmer. Au contraire, ils se veulent même optimistes, à l’instar de Rudi Garcia.


Garcia a un plan pour convaincre Depay


D’après ce que rapporte L’Equipe, l’entraineur des Gones tient à sa star hollandaise et il a même bon espoir de pouvoir le convaincre de rester. Les deux hommes entretiennent une bonne relation depuis que le technicien a offert le brassard de capitaine à son protégé. De plus, il l’a libéré tactiquement en le replaçant dans l’axe pour le succès qu’on connait. Pour Garcia, l’argument ultime serait aussi de persuader Depay qu’il aura plus de choix pour un nouveau challenge l’année prochaine quand il se sera relancé après son retour de blessure et retrouvé le meilleur de sa forme. Enfin, il compte également sur son président Jean-Michel Aulas pour séduire Depay avec une revalorisation salariale.

 


 

La composition probable pour terminer la saison

L'Equipe via Twitter

Le 11 probable qu'alignera Rudi Garcia pour la finale de Coupe de la Ligue et le match de Champions League face à la Juventus selon l'Equipe (en 4-2-3-1) :

Lopes - Dubois, Marcelo, Denayer, Marçal ou Cornet - Guimaraes, Aouar - Toko Ekambi, Memphis, Reine-Adelaïde ou Terrier - Dembele

 

 


 

Quillot heureux de l'arrêt des championnats français

Onzemondial.com

Le directeur général exécutif de la LFP Didier Quillot s'est réjouit de l'arrêt des championnats français.

Il a été confirmé par l'Etat que les championnats français ne reprendront pas cette saison, malgré le fait que ses quatre autres ligues rivales aient décidé l'inverse. Le directeur général exécutif de la LFP Didier Quillot a évoqué dans une interview pour le journal L'Equipe, cette décision prise par le Conseil d'Etat et l'a saluée, estimant que c'était la bonne, en regrettant les critiques reçues. Seul point à réévaluer, les situations d'Amiens et Toulouse, condamnés à descendre en Ligue 2, d'où l'éventualité d'une Ligue 1 à 22 clubs.

"Nous sommes satisfaits que la plus haute autorité administrative du pays ait donné raison à la Ligue. Le Conseil d'État a validé la décision d'arrêt des Championnats prise par le conseil d'administration du 30 avril ainsi que les modalités de classement de la L1. Je rappelle la séquence qui a conduit à ce choix : annonce le 28 avril du Premier Ministre que le football ne pourra pas reprendre, le même jour la Fédération validait en comité exécutif la fin de l'ensemble des championnats amateurs. Le 30 avril, notre diffuseur principal, Canal +, nous envoyait un courrier de résiliation de son contrat. La décision du 30 avril était non seulement la bonne compte tenu de la doctrine sanitaire de l'État français mais surtout c'était la seule possible." a notamment évoqué le dirigeant.

 

 


 

L'OL condamné à payer 3 000€ à la LFP

Footmercato.net

Déboutés par le Conseil d'Etat ce mardi, Jean-Michel Aulas et l'Olympique Lyonnais a toujours un espoir de reprendre la Ligue 1 et entend poursuivre les recours si nécessaire.

Les Gones, prêts à tout, doivent mettre la main au chéquier. Outre les frais d'avocats engagés dans les différentes procédures, l'OL a en effet été condamné à payer 3 000€ de frais de procédure à la Ligue de Football Professionnel par le Conseil d'Etat, « en application de l’article L. 761-1 du code de justice administrative ».

 


 

Le Graët espère un stade de France plein pour les finales des coupes

Lequipe.fr

Le président de la FFF souhaite que les finales des Coupes de France et de la Ligue se jouent devant 80 000 spectateurs.

Noël Le Graët a un rêve. Le président de la Fédération française rêve que le Stade de France soit plein comme un oeuf, avec 80 000 spectateurs, pour les finales des Coupes de France et de la Ligue. « Je vais être excessif... Cela me semble possible », a-t-il déclaré mardi soir dans un entretien au Figaro. « Je souhaite que les finales de Coupe de la Ligue et de Coupe de France se jouent devant plus de 5 000 spectateurs, puisque nous sommes tous mieux portants et qu'elles le méritent. »


« Des feuilletons interminables »


Le patron du foot français a apporté une précision : « Écoutez, il y a deux mois, la décision de l'État était : "À partir de septembre, vous pourrez jouer devant 5 000 personnes", je ne vois pas pourquoi on ne gagnerait pas un mois compte tenu de l'amélioration de la situation. Je le répète, nous appliquerons les consignes. Si c'est non, ce sera non et je ne ferai pas de comédie. » Il a d'ailleurs reproché l'attitude des dirigeants du foot français. « On a des améliorations importantes sur le respect de décisions des instances [...] Les feuilletons sont souvent interminables pour des détails. »

En ce qui concerne la reprise de la Ligue 1, Le Graët espère également que le public pourra revenir dans les stades. « Je souhaite aussi que le Championnat ait lieu avec davantage de spectateurs à partir de la fin août. »

 


 

Le Graët hausse le ton contre les clubs français et Gérard Lopez

RMC.fr
 
Le président de la Fédération française de football (FFF) Noël Le Graët, lassé par le feuilleton juridico-médiatique qui entoure l’arrêt de la saison en Ligue 1, s’en est pris à plusieurs acteurs du football français, dont le patron du LOSC, Gérard Lopez.

La journée aurait pu être idéale pour la Fédération française de football, mais l’ordonnance rendue par le Conseil d’Etat, ce mardi, n’a pas fini d’alourdir la pile des dossiers brûlants du football français qui traîne sur le bureau du président de la FFF, Noël Le Graët. Leur relégation étant suspendue et remise entre les mains des instances, Toulouse et Amiens réclament désormais leur maintien en Ligue 1. Jean-Michel Aulas, pourtant battu, a d’ores et déjà promis de réengager le combat auprès du Conseil d’Etat.

Le patron du foot français est lassé par toute cette agitation et les feuilletons interminables. "Je pense qu’on a des améliorations importantes sur le respect de décisions des instances, a-t-il estimé dans un entretien accordé au Figaro. C’est beaucoup trop long pour beaucoup de décisions. Trop de décisions, même. On est rentré dans un système qui ne correspond plus à une réalité. Je n’irai pas jusqu’à demander un tribunal des sports, mais quand même… Les feuilletons sont souvent interminables pour des détails."


Le Graët: "J'aimerais bien que certains disent merci"


Et les détails, Jean-Michel Aulas y tient personnellement, lui qui se bat depuis le premier jour contre l’arrêt de la Ligue 1. Le président de l’OL a peut-être d’ailleurs trouvé un allié de circonstance sur le fond, en la personne de Gérard Lopez, patron du LOSC, qui a qualifié la décision française de "catastrophique". "Ah oui, l’acrobate de la finance, s’est moqué Le Graët. Tout le monde peut dire aujourd’hui qu’on aurait pu jouer. Faire des matchs comme les Allemands à huis clos? Ça ne m’intéresse pas."

"On devait respecter les décisions du premier ministre. Les gouvernements décident, c’est inscrit dans le règlement UEFA", a plaidé Noël Le Graët, qui doit s’entretenir avec le président de la République dès ce mercredi. "Je l’aime bien, je l’ai eu plusieurs fois au téléphone", a-t-il expliqué. Des confidences qui pourraient faire dire à certains que la décision de la LFP est le fruit d’une instrumentalisation destinée à nuire aux intérêts particuliers d’un club comme l’Olympique Lyonnais, au hasard. "Quel reproche peut-on faire à l’exécutif ?, s’interroge Le Graët, surpris par tant de défiance.

"La France est le seul pays d’Europe qui donne de l’argent à tout le monde, même au football avec des prêts garantis par l’État, a-t-il poursuivi. Ceux qui avaient des bilans convenables ont pu s’inscrire dans la démarche de la BPI (Banque publique d’investissement). Avec un prêt global, ils ont réussi à en transformer une partie en subvention nette directe, remboursable sur trois, quatre ou cinq ans. Trouvez un État en Europe qui a fait cela! L’Angleterre, l’Allemagne? Non, aucun pays n’a pris les mesures qui ont été mises en œuvre en France pour les entreprises, dont les clubs de football professionnel. J’aimerais bien que certains disent 'merci' de temps en temps. On ne l’entend pas assez."

 


 

Le Graët sera reçu mercredi par Emmanuel Macron

Lequipe.fr

Alors qu'il était question d'un appel téléphonique, Noël Le Graët sera finalement reçu mercredi (17 heures) par Emmanuel Macron. Ils discuteront notamment de la reprise économique du foot professionnel et amateur, paralysé par l'épidémie du coronavirus.

« Le président de la République s'entretiendra avec le président de la FFF sur les conséquences de la crise Covid-19 sur le football français et les enjeux de la reprise économique du secteur », a annoncé l'Elysée mardi.

 


 

Di Meco se moque de Jean-Michel Aulas et de l'OL

RMC.fr

Ce mardi, le Conseil d'Etat a décidé de suspendre les relégations d'Amiens et de Toulouse, tout en validant le classement final de la Ligue 1, écartant donc, définitivement, tout retour du foot en France ou même la possibilité de voir une saison blanche. Une décision à laquelle l'OL a déjà réagi, et qui a interpellé Eric Di Meco, qui s'est exprimé sur les ondes de RMC Sport.

« Cette décision du Conseil d’Etat est bizarre. Car tu valides le fait que Lille, à un point du troisième, n’a rien le droit de dire, alors qu’en jouant 10 matchs de plus, Lille aurait pu être troisième de L1 et aller en Ligue des Champions… Par contre, tu valides Toulouse, qui a 25 points de retard sur le premier non-relégable… Les conséquences économiques, elles sont pour tout le monde. L’OL débouté ? Au final, la morale de cette histoire, c’est que celui qui s’est le plus battu pour aller au Conseil d’Etat, à savoir Aulas, c’est lui qui prend la carotte (rires) », a lancé le consultant. Mais nul doute que sur le fond, le président lyonnais sera d'accord avec ses propos..

 


 

Kadewere : « L’OL est un club dont j’ai rêvé »

OL.fr

Ce mercredi après-midi, l'Olympique Lyonnais a présenté à la presse son nouvel attaquant, Tino Kadewere. Le Zimbabwéen de 24 ans, recruté l'hiver dernier, a livré ses premières impressions sur son nouveau club et sa joie de le rejoindre.


Tino Kadewere


« Bonjour à tous. Je suis très heureux de rejoindre l’OL. C’est un très grand club, un club dont j’ai rêvé. J’ai beaucoup travaillé pour pouvoir m’asseoir à cette place. Je voudrais remercier le président, Juninho et Bruno Cheyrou qui ont tous facilité mon arrivée. Les joueurs ont été très sympathiques avec moi et m’ont directement intégré au groupe.

Pour être un bon joueur, il faut être un joueur d’équipe. J’ai mes propres qualités, mais je sais surtout me fondre dans un collectif. J’aime tenir le ballon. En grandissant, j’ai toujours eu un ballon entre les pieds. Je suis aussi plutôt rapide. Mais encore une fois, le plus important est d’être un joueur d’équipe.

Ma progression a été très rapide et plutôt atypique. Très jeune, juste après l’école, j’ai signé dans mon premier club, avant d’aller en Suède, au Havre puis enfin à l’OL aujourd’hui. Si l’on regarde mes choix, ils découlent d’une stratégie de développement personnel. Je fais le grand saut aujourd’hui car je me sent prêt. Beaucoup de grands joueurs sont passés par Lyon, comme Juninho, Benzema, Lacazette… C’est un club qui peut m’aider dans ma progression et que je peux aider grâce à mon expérience au Havre. Le fait d’avoir été meilleur buteur de Ligue 2 me permet d’arriver avec de la confiance.

En football, il y a des titulaires et des remplaçants. Tout dépendra de mes performances et de celles de mes coéquipiers. Je respecte ceux qui sont déjà en place. La chose la plus importante est de travailler, et le coach prendra sa décision. Je suis droitier mais je sais très bien me servir de mon pied gauche. En tant que footballeur professionnel, je ne peux pas dire que j’ai un pied meilleur que l’autre, il faut pouvoir utiliser les deux. Durant le match, on ne peut jamais décider où le ballon arrivera et il faut pouvoir être prêt. »


Juninho


« Tino est capable de jouer seul devant, mais aussi derrière un autre attaquant. Ce n’est pas quelqu’un de très gourmand dans le jeu. Il est complémentaire avec Moussa Dembélé. L’arrivée de Karl Toko Ekambi nous a permis de changer notre façon de jouer et Tino Kadewere pourra s’épanouir avec beaucoup d’espaces. Nous avons envie de réaliser une meilleure saison et Tino pourra nous apporter beaucoup. »


Jean-Michel Aulas


« Nous sommes très heureux que Tino soit là. Il a fait l’objet d’un transfert significatif au mois de janvier. Il est resté six mois avec le Havre et arrive désormais pour renforcer l’équipe qui va démarrer la préparation pour la Champion’s League et la finale de la Coupe de la Ligue. Il a beaucoup de qualités, sur le terrain et en dehors. Cela fait partie de nos critères de sélection. Il y avait beaucoup de concurrence pour intégrer le groupe et Tino s’est démarqué. Il a été sacré meilleur buteur de Ligue 2 la saison dernière et a remporté un certain nombre de trophées de meilleur joueur la saison dernière. C’est un international, un élément très fort de sa sélection, nous croyons en lui. Il sera qualifié pour jouer dès que les premiers matches arriveront. »


 


 

Aulas : « être les premiers à organiser des matches »

OL.fr

En marge de la présentation de la nouvelle recrue Tino Kadewere, le Président de l'Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas a répondu aux différentes questions des journalistes présents à l'auditorium du Groupama Stadium, ce mercredi après-midi.

Sur les deux derniers matches encore à disputer

« La finale de la Coupe de la Ligue peut nous ouvrir les portes du deuxième tour préliminaire de l’Europa League. Il y a aussi le huitième de finale retour de la Champions League. Les possibilités de qualification existent toujours. Ces matches seront décisifs. C’est une joie de jouer au foot et de représenter la France dans les compétitions européennes. L’OL est aussi toujours présent en Youth League et en Women’s Champions League. C’est un espoir de plus pour toute l’Institution de démontrer que, quel que soit le combat, on va aller jusqu’au bout des idées pour montrer qu’on a raison. »
 
Sur les décisions du Conseil d’État

« Le Conseil d’État est l’organisme le plus élevé en matière de juridiction. Le juge a précisé un point qui n’a pas encore été relevé. Celle que la décision d’arrêter le championnat n’était pas une décision d’État. Sur ce plan, c’est important parce que cela entraînera un certain nombre de réactions. J’ai défendu avec énormément de vigueur l’intérêt général. Les décisions qui ont été prises s’imposent à nous et nous allons les adopter. Il faudra aussi regarder les conséquences. Cela représente un manque à gagner de 100 millions d'euros. On est dans une situation qui fait pleurer pour les gens qui aiment le foot. »
 
Sur la reprise

« On est en train de mettre au point deux tournois. L’idée est d’être les premiers à pouvoir organiser des matches, que ce soit pour les garçons et pour les filles. On envisage un tournoi sur une ou deux semaines au Groupama Stadium avec huit équipes réparties en deux groupes. Ce serait la même chose pour l’équipe féminine. On voudrait faire venir notre équipe OL Reign si c’est en août. On a cette idée en tête. Cela permettrait de mieux préparer les matches à venir. »
 
Juninho sur le mercato

« Moussa (Dembélé) et Houssem (Aouar) font partie des meilleurs joueurs de l’équipe avec un profil différent. Houssem est formé à la maison. Il nous apporte la touche technique. On va analyser les offres. Moussa a une marge de progression. Il marque des buts. Si on perd deux joueurs de ce niveau, on aimerait les remplacer par des joueurs du même niveau. Défensivement, on discute avec Pierre (Kalulu) pour la signature de son premier contrat professionnel. On espère une réponse favorable cette semaine. On a trois arrières droits. Léo (Dubois) a joué plus de matches. On va discuter avec Kenny (Tete) et Rafa. On sera ouvert à un départ. Memphis, on savait que cela allait être un défi. On a discuté pour une prolongation. On a envie qu’il reste. Memphis est devenu un vrai leader avant sa blessure. Il a fait beaucoup d’efforts pour récupérer. Il va faire sa préparation pour jouer. On ne sait pas si on va arriver à le faire prolonger. Je pense qu’il sera prêt pour jouer contre la Juve. Quand je suis arrivé l'année dernière j'ai été surpris de voir des joueurs qui n'étaient pas contents d'être là et de jouer avec nous. J'ai été étonné car peu de clubs évoluent à un niveau supérieur au nôtre. Ces joueurs-là, s'ils ne sont toujours pas heureux, doivent partir. »


 


 

Aulas ne regrette rien

Maxifoot.fr

Débouté par le Conseil d'État, qui a rejeté son recours, mardi, Jean-Michel Aulas ne veut pas perdre la face. Le président de l'Olympique Lyonnais a gardé la même ligne directrice en accusant la LFP et les diffuseurs de ne pas œuvrer pour le bien du football français.

"Est-ce que je regrette ? Je regrette que la Ligue, comme Canal, aient pris la décision de tout stopper avant même qu'il y ait un décret d'État. D'ailleurs il n'y en a jamais eu, a soutenu le dirigeant rhodanien lors de la conférence de presse de présentation de l'attaquant Tino Kadewere. Mes combats sont d'intérêt général, même si d'autres s'amusent à les présenter autrement. Nous verrons, d'ici 5 ans, d'ici 10 ans, ce sur quoi aura débouché cet arrêt prématuré du championnat. Le déficit d'exploitation du foot français va être d'1,2 milliard d'euros."

 


 

Le nouveau tacle de Jean-Michel Aulas à Florian Maurice

Footmercato.net

Le départ inattendu de Florian Maurice, patron de la cellule de recrutement de l'OL, a surpris il y a quelques semaines. Cheville ouvrière du mercato lyonnais depuis de nombreuses années, il a rejoint le Stade Rennais, où un poste de directeur sportif l'attendait. Et c'est peu dire que Jean-Michel Aulas a mal pris la chose. Déjà auteur d'un premier tacle à son sujet, le président rhodanien a récidivé en conférence de presse.

« Je ne sais pas s'ils incarnaient l'identité lyonnaise (au sujet de Maurice et Coupet, lui aussi parti, ndlr). L'un (Maurice, ndlr) a démissionné très tôt je l'ai dit et je le répète, je l'avais vu et il m'avait dit qu'il ne voulait pas partir. C'est une grande décision. Les cimetières sont peuplés de gens qui se pensaient indispensables. C'est une déception et une possibilité de faire différemment et de faire avec des gens qu'on voulait recruter », a déclaré Aulas, avant de conclure : « on n'a pas de nostalgie particulière ».

 


 

Garcia : « garder cet enthousiasme »

OL.fr

L'entraîneur lyonnais Rudi Garcia était présent en conférence de presse, ce mercredi après-midi, deux jours après le retour de son groupe au Groupama OL Training Center.

Sur la reprise

« On est ravis de se retrouver. On a trouvé le temps très long. Cela fait trois mois sans terrain ni ballon. Les joueurs se sont entretenus individuellement. Il faut garder cet enthousiasme tout au long de la prochaine saison. On doit juste être heureux d’être ensemble. »
 
Sur la préparation

« Ce serait bien qu’on sache quand l’on va jouer. Cela change complètement d’une semaine à l’autre. On a anticipé en organisant un tournoi. On va y aller petit à petit en prenant le moins de risques possible. On va travailler physiquement et techniquement par petits groupes de dix. On a prévu une semaine de stage au bout de la quatrième semaine de préparation à Évian. Ce sera ensuite le sprint final. On va attendre la possibilité de faire des matches amicaux. On va arriver à égale préparation avec le PSG mais avec un déficit de 12 matches contre la Juventus. On encore deux possibilités de jouer une coupe d’Europe la saison prochaine. »
 
Sur son effectif

« On va continuer sans Lucas Tousart. C’est bien dommage. Il est temps de lui rendre un grand hommage. Il incarne ce que peut représenter l’Olympique Lyonnais c’est-à-dire le don de soi, penser collectif. Il nous manquera. On trouvera d’autres solutions. Les blessés de longue date vont pouvoir revenir et seront prêts à rejouer. Rayan (Cherki) et Maxence (Caqueret) ont fait leurs débuts avec nous. Ils ont démontré qu’ils pouvaient aider le groupe. L’Academy travaille très bien. J’espère que Pierre (Kalulu) va faire le bon choix de rester dans son club de cœur. Il peut jouer à deux postes. On cherche un défenseur central en priorité. On a un groupe très jeune qui doit progresser sur l’exigence. Le leadership, il en faut. Le retour de Memphis va beaucoup nous aider. »

 


 

Garcia rend hommage à Tousart, qu'il voulait garder pour la fin de saison

RMC.fr

Acheté l'hiver dernier par le Hertha Berlin, Lucas Tousart va rejoindre dès juillet son nouveau club et ne jouera pas la fin de saison avec l'OL. Rudi Garcia a tenu à lui rendre hommage ce mercredi en conférence de presse.

C'est l'un des petites bizarreries de la période actuelle. Encore engagé dans deux compétitions cette saison, avec une finale de Coupe de la Ligue à disputer face au PSG et un huitième de finale retour de Ligue des champions contre la Juventus, l'OL ne pourra pas compter sur les services de Lucas Tousart. Acheté en janvier dernier par le Hertha Berlin, avant d'être prêté aux Gones, le milieu défensif de 23 ans ne rejouera pas avec Lyon. Son nouveau club compte sur lui dès le 1er juillet, au grand dam de Rudi Garcia.

"On va continuer la saison 2019-2020 avec la finale de la Coupe de la Ligue et la Ligue des champions sans Lucas Tousart. C'est bien dommage. Il est temps de rendre hommage à Lucas. Il incarne ce que peut représenter l'OL: le don de soi, aider des coéquipiers, penser collectif. C'est l'état d'esprit qu'on attend des joueurs pour finir la saison et commencer la prochaine. Lucas nous manquera", a reconnu l'entraîneur lyonnais ce mercredi en conférence de presse.

Arrivé dans le Rhône en 2015 en provenance de Valenciennes, Tousart a disputé 165 matchs avec les Gones, dont 39 cette saison. Pion important dans le système de Garcia, il a notamment marqué le but de la victoire lyonnaise face à la Juve (1-0) en huitième de finale aller de la C1. "On a tout fait avec les dirigeants pour voir si on pouvait l'avoir pour terminer la saison. Ce ne sera pas possible. J'en prends acte. On trouvera d'autres solutions", a souligné Garcia. Tousart a donc disputé son dernier match sous le maillot lyonnais le 8 mars dernier, lors d'une défaite à Lille (1-0) en championnat.

 


 

Dijon pense à Diop

Maxifoot.fr

La saison prochaine, Dijon va tout faire pour obtenir son maintien dans la sérénité. Pour cela, il faudra considérablement renforcer l’effectif, notamment au milieu de terrain. Dans cette optique, les dirigeants ont récemment coché le nom de Pape Cheikh Diop (22 ans, 14 apparitions en Liga cette saison), actuellement prêté par l’Olympique Lyonnais au Celta Vigo.

D’après les informations de Foot Mercato, l’état-major dijonnais devrait prochainement se rapprocher de son homologue lyonnais pour entamer les négociations. Pour un nouveau prêt, ou pour un transfert définitif ? Nos confrères ne le précisent pas. Avec un contrat qui court jusqu’en 2022, Diop pourrait à nouveau être cédé une saison, à moins que le président rhodanien Jean-Michel Aulas ne décide de le vendre pour mieux acheter ensuite.



Vidéo : L'entrainement du jour

OL via Twitter

 

 

 

Voir aussi... L'actu du Mardi 9 Juin

 

Last modified on mercredi, 10 juin 2020 20:46