L'actu du Lundi 25 Mai

L'actu du Lundi 25 Mai

Voir aussi... Nouveaux Maillots de l'OL 2020-2021

Grange finalement doublé par une légende lyonnaise ?

Butfootballclub.fr

Selon L’Equipe, l’entraîneur des gardiens de l’ASSE est en pole position pour remplacer Grégory Coupet à l’OL. Mais Joël Bats pourrait faire son retour.

En pole position pour succéder à Grégory Coupet en tant qu’entraîneur des gardiens de l’OL, Fabrice Grange est toutefois loin d’avoir quitté l’AS Saint-Etienne. Justement parce que son statut de Vert pourrait poser problème auprès des ultras, mais aussi parce que la concurrence est vive.

Ainsi, L’Equipe nous apprend que si Grange est bien vu par Anthony Lopes, il ne fait pas l’unanimité en interne. Parce qu’il est le cousin d’un Florian Maurice dont le départ à Rennes est resté en travers de la gorge de beaucoup. Et aussi parce que Rudi Garcia et d’autres membres du staff plaident pour l’arrivée de Christophe Revel, actuel entraîneur des gardiens du Maroc.

Plus surprenant, le quotidien révèle que Joël Bats pourrait faire son grand retour à l’OL ! Agé de 63 ans, l’ancien international officiait à la glorieuse période des sept titres consécutifs. Il est très apprécié d’Anthony Lopes, qui ne serait évidemment pas opposé à son retour.

 


 

Garcia en danger, Juninho va faire le ménage !

Foot01.com

En 2021, l’ensemble du staff technique de Rudi Garcia sera en fin de contrat à l’Olympique Lyonnais. Le point de départ d’une nouvelle ère ?

Lyon, qui a perdu Florian Maurice et Grégory Coupet ces dernières semaines, se prépare à un grand bouleversement interne. Celui-ci n’interviendra pas cet été puisque Rudi Garcia et son staff resteront en place afin de préparer la saison 2020-2021. Mais à en croire les informations du journal L’Equipe, les dirigeants rhodaniens souhaitent profiter du fait que la totalité du staff de l’ancien coach de l’OM soit en fin de contrat en 2021 afin de réamorcer un nouveau projet collectif sous la houlette du directeur sportif Juninho. Rudi Garcia est bien évidemment en première ligne. L’ancien entraîneur de l’Olympique de Marseille va rester une saison de plus dans la capitale des Gaules, d’autant que sa direction apprécie son travail et son professionnalisme. Mais pour le champion de France 2011 avec Lille, les résultats de la saison prochaine seront décisifs.

Rien ne lui sera pardonné, et il devra impérativement ramener l’OL en Ligue des Champions s’il veut avoir une infime chance de poursuivre l’aventure à Lyon, où certains supporters ont toujours du mal à digérer sa nomination au détriment, par exemple, de Laurent Blanc. L’incertitude plane également au-dessus de la tête de Gérald Baticle. Fidèle adjoint de Bruno Genesio, le technicien de 50 ans s’est clairement mis en retrait depuis le début de la saison, déjà avec Sylvinho. L’arrivée de Claude Fichaux au côté de Rudi Garcia ne l’a pas remis sur le devant de la scène, et il quittera donc logiquement l’OL à l’issue de son contrat. Le sort de Claudio Caçapa devrait être le même, lui qui souhaitera prendre son envol alors qu’il s’implique en parallèle de sa mission avec les pros de l’OL dans le développement du futsal au sein du club rhodanien. Autant dire que les chamboulements seront nombreux en 2021, où Juninho sera plus que jamais en première ligne pour la refonte totale du staff technique.

 


 

Roxana Maracineanu : « J'entends la frustration des sportifs et des présidents de clubs de L1 »

Lequipe.fr

La ministre des Sports Roxana Maracineanu s'est exprimée dimanche sur RTL par rapport à la décision de ne pas terminer la saison 2019-2020.

Invitée ce dimanche sur RTL, la ministre des Sports Roxana Maracineanu est revenue sur l'arrêt définitif de la Ligue 1, estimant qu'une reprise du Championnat n'était pas envisageable le 13 juin (*). Ses propos étaient attendus, alors que la Bundesliga a redémarré et que la Liga s'apprête à en faire de même, le 12 juin.

« J'entends la frustration des sportifs et des présidents de clubs de Ligue 1, car c'est surtout eux qu'on entend, a-t-elle précisé. Dans le contexte qui était le nôtre au 11 mai, on ne pouvait pas avec la proposition qu'on avait sur table - un Championnat qui finisse le 3 août (**) - autoriser une reprise plus tôt que ce qu'on a fait là. Il y a au moins quatre semaines de remise à niveau. Il faut un certain temps pour se remettre d'un tel confinement et derrière, rejouer, retrouver les réflexes de jeux collectifs. Nous avons eu aussi des clusters en France, situation que n'ont pas connue nos voisins, notamment l'Allemagne. Pour reprendre des compétitions sportives, il y a une notion d'équité qui est indispensable et on n'aurait pas pu l'avoir sur tout le territoire, car certains auraient repris et pas d'autres. »

(*) La LFP prévoyait en fait de recommencer la saison la 17 juin.

(**) Une date butoir recommandée par l'UEFA pour terminer les championnats.

« On espère que les compétitions sportives vont reprendre, peut-être mi-juillet, voire début août »

Roxana Maracineanu s'est aussi tournée vers l'avenir. « Maintenant on espère que les compétitions sportives vont reprendre, peut-être mi-juillet, voire début août, a ajouté la ministre des Sports. Après, quelles compétitions, ce n'est pas à moi d'en décider, c'est aux instances sportives. Elles ont eu presque deux mois et demi, quand même, pour en discuter. Les discussions n'ont pas tellement porté sur ce sujet-là alors qu'elles auraient peut-être dû [...]  »L'ancienne nageuse a également confirmé que les finales de coupes nationales pourraient bien se disputer à huis clos, en août.

 


 

Aulas sidéré, la ministre complice du mensonge de la LFP ?

Foot01.com

Comme c’est le cas depuis plusieurs jours, Jean-Michel Aulas continue son combat afin d’obtenir la reprise de la saison 2019-2020 de Ligue 1.

Dimanche soir, le président de l’Olympique Lyonnais n’a pas manqué l’interview de la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, au micro de RTL. Et le dirigeant rhodanien a certainement halluciné en écoutant les propos de la responsable du sport et au sein du gouvernement puisque l’ancienne nageuse a de nouveau évoqué la date, butoir selon elle, du 3 août pour terminer la saison de football. « J’entends la frustration des sportifs et des présidents de clubs de Ligue 1. Dans le contexte du 11 mai, on ne pouvait finir le championnat le 3 aout et ça n'était pas envisageable de faire des sports comme le foot dès le 13 juin » a-t-elle notamment indiqué pour justifier son choix de stopper la saison dès le mois d’avril.

Des déclarations qui ont mis Jean-Michel Aulas en rogne. Il faut dire que le président de l’OL a apporté une preuve, via une lettre officielle de l’UEFA, que la Ligue 1 n’avait pas l’obligation de terminer la saison avant le 3 août. « Mais comment peut-on dire que les décisions gouvernementales ont été prises au regard du 3 Aout ? date démentie par écrit par l’UEFA et son président sauf à dire que la LFP a délibérément déformée les exigences de l’UEFA mais pourquoi ? » s’est offusqué un Jean-Michel Aulas littéralement sidéré par la décision du gouvernement de stopper la saison et de ne pas reconnaître ses erreurs au sujet de ce qui devient au fil des jours l’affaire du 3 août. Reste maintenant à voir si Jean-Michel Aulas a véritablement un espoir de voir la saison reprendre alors que le Conseil d’Etat doit rendre sa réponse dans les jours à venir après le référé déposé par le club rhodanien.

 


 

Ligue 1: "On verra à la fin si on est des cons", la réponse de l'UNFP à Aulas

RMC.fr

Co-président de l'UNFP, Philippe Piat a répondu dans un entretien à L'Equipe aux dernières déclarations de Jean-Michel Aulas concernant l'arrêt de la saison de Ligue 1. Il estime que les championnats qui reprennent ou qui vont le faire font "un pari sur l'avenir".

Convaincu qu'arrêter la saison 2019-2020 de Ligue 1 était une erreur, Jean-Michel Aulas a remis une pièce dans la machine dans les colonnes de L'Equipe. "Il est quand même paradoxal qu'un pays comme l'Espagne, qui a été plus touché que la France par la pandémie, ait réfléchi et ait trouvé des réponses. (...) On se dit qu'on est vraiment trop cons", a-t-il lancé, en référence au retour de la Liga programmé pour la semaine du 8 juin avec l'aval du gouvernement espagnol.

Co-président de l'UNFP, le syndicat des joueurs professionnels, Philippe Piat a tenu à répondre au président lyonnais. "On verra à la fin si on est des cons. C'est l'avenir qui nous le dira", affirme-t-il auprès de L'Equipe, avant d'expliquer que la LFP était prête à reprendre le 17 juin mais que "c'est le courrier de Canal+ annonçant la rupture du contrat sur les droits télé (le 30 avril), peu avant un conseil d'administration, qui a été la goutte d'eau".


"C'est facile de dire maintenant que nous avions tort"


Concernant les championnats qui reprennent ou qui s'apprêtent à le faire, il estime qu'ils font "un pari sur l'avenir". "Il y a encore un mois il y avait des centaines de morts par jour en France. C'est facile de dire maintenant que nous avions tort", appuie-t-il. La décision de mettre fin à la saison de Ligue 1 a été actée le 30 avril dernier par le conseil d'administration de la Ligue, en accord avec les consignes gouvernementales.

La Ligue 1 pourrait être le seul championnat, parmi les cinq grands européens, à rester à l'arrêt puisque la Bundesliga a déjà redémarré, la Liga a fixé une date de reprise, alors que les retours de la Premier League et de la Serie A dépendent encore de décisions politiques. Une reprise mi-juin reste un scénario envisageable en Angleterre. Côté italien, le ministre des Sports Vincenzo Spadafora a fait part vendredi de son "optimisme" concernant un retour de la Serie A dans les prochaines semaines.

 


 

Ménès affiche un gros doute sur Houssem Aouar !

Le10sport.com

Cet été, plusieurs joueurs majeurs de l'OL pourraient quitter le club rhodanien, dont Houssem Aouar, pisté par le PSG. Néanmoins, Pierre Ménès imagine mal le milieu de terrain s'imposer dans l'immédiat chez un cador européen.

Formé à l'OL, Houssem Aouar pourrait quitter son club de toujours cet été. En effet, le milieu de terrain figure sur les tablettes de plusieurs clubs prestigieux, à l'image du PSG et de la Juventus selon nos informations. Mais le joueur de 21 ans n'est pas le seul à être annoncé sur le départ du côté de Lyon puisque Moussa Dembélé serait également pisté par plusieurs écuries de Premier League, tandis que Memphis Depay n'a toujours pas prolongé son contrat, courant jusqu'en juin 2021, et suscite naturellement quelques convoitises. Interrogé sur l'avenir de ces joueurs, Pierre Ménès affiche un gros doute sur leur capacité à s'imposer chez un cador européen.


Un problème de taille pour Aouar et les autres ?


« Est-ce que vous pensez que l'un de ces trois joueurs (Aouar, Dembélé, Depay) peut prétendre à être titulaire dans un grand club européen ? Moi, je ne pense pas. (…) On sort quand même, espérons-le, d'une crise où tous les clubs, surtout les gros, ont perdu énormément, j'ai peur qu'il n'y ait pas d'offres à 50-60M€ »
, estime Pierre Ménès dans le CFC.

 


 

Le drôle de constat d'Habib Beye sur l'OL

Footmercato.net

L'Olympique Lyonnais est dans le flou en ce moment. Le club entraîné par Rudi Garcia a terminé l'exercice 2019-2020 à la 7e place de Ligue 1 après la décision de la LFP d'arrêter la saison en cours le 30 avril dernier en raison de la pandémie de coronavirus. Jean-Michel Aulas, le président des Gones, s'estime lésé par ce choix et ne démène sur tous les fronts avec l'objectif d'inverser le cours des choses, en espérant que la Ligue fasse machine arrière. La raison ? Lyon ne disputera pas de Coupe d'Europe la saison prochaine. A moins que la formation rhodanienne remporte la finale de la Coupe de la Ligue face au PSG ou qu'elle ne soulève la coupe aux grandes oreilles version 2019-2020. Présent sur le plateau du Canal Football Club dimanche, Habib Beye a analysé la situation de l'OL.

«Dans toute révolution, il y a un temps d'adaptation. On dit révolution, je pense que ça se passe dans tous les clubs où certains joueurs où certains membres du club emblématiques sont amenés à partir, c'est le cas pour Gregory Coupet (nouvel entraîneur des gardiens de Dijon, ndlr). De nouvelles personnes arrivent dans une organisation pour que cette équipe soit plus performante. C'est difficile d'avoir une lecture parce que mine de rien, ils sont en finale de la Coupe de la Ligue et sont encore engagés en Ligue des Champions avec un match aller qui a été gagné donc ça veut dire que pour l'instant, le bilan aurait pu être très positif pour cette équipe de Lyon. Ce qui est sûr, c'est qu'il faudra améliorer quelque chose sur le plan sportif puisque Lyon n'a pas battu les membres du top 5 encore cette saison. C'est problématique quand vous visez une place en C1. Et puis, il faudra s'adapter dans une saison où ils ne joueront pas la Ligue des Champions puisqu'ils ne sont pas qualifiés. Pour moi, tout n'est pas négatif pour Lyon. Ils vont être capables de redresser la barre, de s'ajuster par rapport à ce qu'ils ont fait de pas bien l'an dernier pour repartir sur une nouvelle page», a lâché l'ancien joueur de l'OM au sujet du club de JMA.

 


 

Le prochain maillot de l'Olympique Lyonnais suscite la polémique

Lequipe.fr

Publié à la faveur d'une fuite, le possible prochain maillot domicile de l'OL a rapidement fait réagir les supporters.

Ce dimanche, le possible look du futur maillot domicile de l'Olympique Lyonnais pour la saison 2020-2021 a fuité sur les réseaux sociaux via le site spécialisé Footy Headlines. On découvre une tunique blanche avec des détails aux couleurs du club, imaginée pour les 70 ans du club rhodanien (1950-2020).

 

Une pétition contre le nouveau maillot

 

Une tenue plutôt simpliste qui n'a pas manqué de faire réagir les supporters du club. Nombreux sont ceux à déplorer le manque d'originalité de ce (possible) maillot anniversaire, réalisé par la firme allemande Adidas.

Certains supporters ont même lancé une pétition pour que ce maillot ne soit pas porté la saison prochaine par les joueurs.

 

 


 

Bruno Cheyrou nouveau Responsable du recrutement

OL.fr

Bruno Cheyrou rejoint l’Olympique Lyonnais en tant que Responsable du recrutement. Il épaulera Juninho et Gérard Houllier dans ses nouvelles missions au sein de l’OL.

Bruno Cheyrou, âgé de 42 ans, devient responsable du recrutement de l'Olympique Lyonnais où il succédera à Florian Maurice.

L’ancien milieu de terrain ne débarque pas en terrain inconnu car il a évolué sous les ordres de Gérard Houllier à Liverpool. Il a aussi côtoyé Juninho au Centre de Droit et d’Economie du Sport de Limoges (CDES) où ils ont obtenu l’UEFA MIP (Executive Master for International Players).

Bruno Cheyrou arrive donc à l’OL avec une solide réputation, un réseau et un flair reconnu. Il avait notamment suggéré de manière informelle le nom de Memphis Depay à la direction de l’Olympique Lyonnais.

 


 

Aulas a écrit une lettre ouverte au Premier ministre et à la ministre des Sports

Lequipe.fr

Opposé à la décision de la LFP d'arrêter la saison à cause de la pandémie de Covid-19, le président de l'OL a rédigé une longue lettre « pour que le 2 juin soit synonyme d'espoir pour tout le football français ».

Jean-Michel Aulas ne lâche rien. Le président de l'Olympique Lyonnais est toujours déterminé à voir le Championnat reprendre afin de terminer la saison, arrêtée sur décision de la LFP le 1er mai. Particulièrement offensif dans un entretien à notre quotidien ce week-end, JMA a publié ce lundi une longue lettre ouverte à l'adresse du premier ministre Édouard Philippe et de la ministre des Sports Roxana Maracineanu.


« Une décision hâtive »


Cette longue missive est composée en trois parties. La première concerne la période entre le 21 avril et le 1er mai. Après avoir rappelé la chronologie des événements qui ont amené à la décision d'arrêter le Championnat, évoquant la déclaration du Premier ministre et les propositions de l'UEFA, il livre ses conclusions :

« Selon la LFP, la L 1 a été arrêtée sur décision du gouvernement.

Contrairement aux propositions de l'UEFA, la LFP n'a pas souhaité attendre pour prendre une décision alors qu'il lui restait alors presque un mois pour étudier l'évolution de la pandémie et des conditions sanitaires ainsi que pour définir un protocole sanitaire permettant de reprendre la compétition, comme nos voisins européens ont su le faire.

Contrairement aux hypothèses privilégiées par l'UEFA, la LFP n'a pas souhaité discuter d'un format différent autorisé durant le mois d'août.


« Un doute sur l'orientation des votes du CA de la LFP, l'intérêt particulier ayant pu primer sur l'intérêt général du football français »


Contrairement à la déclaration initiale de M. Noël Le Graët, Président de la FFF, le classement n'a pas été réalisé selon la dernière journée complète disputée (J27) mais selon un quotient qui prend en compte une journée non entièrement disputée (J28).

La décision hâtive et contraire aux préconisations de l'UEFA de ne pas reprendre sème, de fait, un doute sur l'orientation des votes du CA de la LFP, l'intérêt particulier ayant pu primer sur l'intérêt général du football français.

L'évolution très positive des conditions sanitaires a permis aux pouvoirs publics d'autoriser la reprise progressive d'activités de nombreux secteurs depuis le 11 mai. »


« Un complot »


Dans la deuxième partie de sa lettre ouverte, il évoque ce qu'il s'est passé depuis le 1er mai, notamment une « deadline » du 3 août imposée par l'UEFA selon par la ministre des Sports, qui a été informée par les présidents des clubs, une information contredite par Aleksander Ceferin, le président de l'instance européenne, dans une lettre envoyée à Jean-Michel Aulas. Ce dernier mentionne également la reprise des autres Championnats européens et les risques financiers pour les clubs de Ligue 1, fragilisés par cette décision prise par la LFP. Voici ses conclusions :

« Selon le gouvernement, la L1 a été arrêtée à partir d'informations données par certains dirigeants du football français.

Les informations données par le football français au gouvernement ne sont pas conformes aux préconisations de l'UEFA : il n'y avait pas de date limite pour finir les Championnats contrairement à ce qui a été dit et répété par les dirigeants aux plus hautes autorités.

Certains présidents de club directement favorisés par un arrêt du Championnat rejettent la responsabilité de l'arrêt sur le gouvernement (tantôt le premier ministre, tantôt le président de la République).


« Certains présidents de club favorisés par un arrêt du Championnat sont directement accusés par des journalistes d'avoir fait pression auprès du gouvernement »


Certains présidents de club favorisés par un arrêt du Championnat sont directement accusés par des journalistes d'avoir fait pression auprès du gouvernement pour arrêter le Championnat, puis d'avoir fomenté un complot pour faire la part belle à leurs intérêts particuliers.

L'État qui pourrait être mis en responsabilité d'avoir décidé à la place des instances et qui, de ce fait, pourrait engager sa propre responsabilité face au déficit colossal des clubs (700 à 900 millions d'euros), a mis en place un PGE pour combler les trésoreries des clubs de L1 à la suite de la résiliation et du non-paiement de Canal + et de beIN Sport.

Sur 55 pays membres de l'UEFA, plus de 20 ont déjà décidé de reprendre leur Championnat et seuls 7 ont décidé d'arrêter définitivement. Tous les autres étudient les conditions d'une reprise.

Parmi les 7 plus grands Championnats européens, la France est le seul à avoir choisi d'arrêter. La Bundesliga a repris les matches le 16 mai, l'Espagne reprendra le 8 juin [le 11 juin, N.D.L.R.], l'Italie, la Russie et le Portugal ont repris les entraînements collectifs, l'Angleterre travaille sur une reprise après le 19 juin. Comment la France pourra-t-elle ne pas être très rapidement déclassée et voir son football professionnel dévalorisé ?


« Les décisions prises par le football français sont à ce jour contestées par plusieurs centaines de clubs amateurs et par différents clubs professionnels »


La situation financière des clubs français est terrible. Un arrêt définitif de la saison entraînerait tout le football français vers une crise économique et sociale sans précédent.

Début mai, une loi a été proposée par la ministre des Sports. Cette loi a pour objectif de faire en sorte que la décision prématurée d'arrêt des Championnats par la LFP soit définitivement entérinée sans recours possible. Présentée dans un premier temps à l'Assemblée Nationale, afin de protéger les associations et ligues par un dispositif d'ordonnances, elle a fait l'objet de très vives contestations. En conséquence, elle a été derechef transformée pour devenir un élément constitutif du "projet de loi relatif à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d'autres mesures urgentes". Cette initiative législative viendrait paradoxalement conforter une erreur manifeste de la LFP.

Les décisions prises par le football français sont à ce jour contestées par plusieurs centaines de clubs amateurs et par différents clubs professionnels. Pourquoi vouloir conforter une décision injuste ? »


Son message au gouvernement


Jean-Michel Aulas s'adresse au Premier ministre et à la ministre des Sports à la fin de sa lettre et leur demande de revenir sur la décision de la LFP :

« Monsieur le premier ministre, madame la ministre des Sports, le 2 juin va permettre d'aménager le déconfinement, d'homogénéiser les décisions relatives à la pratique collective du culte, aux courses hippiques ou encore aux prochaines élections municipales. Beaucoup d'évolutions et d'espoirs sont attendus à cette date pour que la France retrouve progressivement une belle dynamique.

Pourrions-nous imaginer que le 2 juin soit aussi une opportunité formidable de rectifier l'erreur concernant le football français et de permettre, avec un protocole sanitaire utilisé partout, de donner le point de départ d'une reprise progressive des entraînements (en juin) et, pourquoi pas, d'une reprise des championnats de la saison 2019-2020 sur les mois de juillet ou août comme l'a suggéré précisément l'UEFA dès le 21 avril dernier et depuis confirmé par Aleksander Ceferin par courrier le 14 mai ? »

 

 


Voir aussi... Nouveaux Maillots de l'OL 2020-2021

 

Last modified on mardi, 26 mai 2020 00:43