L'actu du Jeudi 30 Avril

L'actu du Jeudi 30 Avril

Conseil d'administration de la LFP : l'OL 7e et sans Coupe d'Europe

Lequipe.fr

Le CA de la Ligue de football professionnel va acter jeudi après-midi la fin des saisons de Ligue 1 et de Ligue 2, suivant les recommandations de son bureau.

Au surlendemain des annonces du Premier ministre Edouard Philippe, le conseil d'administration de la Ligue de football professionnel va acter l'arrêt des championnats professionnels de Ligue 1 et de Ligue 2 jeudi après-midi.

La LFP a réuni dans la matinée son bureau, qui n'a pas de pouvoir décisionnaire mais peut faire des propositions. Selon nos informations, ses membres auraient trouvé un consensus pour figer les classements, avec deux relégations en Ligue 2 (Amiens, 19e, et Toulouse, 20e) et deux montées dans l'élite (Lorient, 1er, et Lens, 2e). Le PSG serait donc sacré champion.

Si l'on se fie à la tendance qui s'est dégagée lors de cette réunion, le classement pourrait être calculé selon le critère du ratio « nombre de points/matches joués » à l'issue de la 28e journée, la dernière disputée (mais pas dans son intégralité). Ce qui signifierait - dans le cas où les finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue n'auraient pas lieu - que Reims (5e) et Nice (6e) accompagneraient Lille (4e) en Ligue Europa, Marseille (2e) et Rennes (3e) disputant la Ligue des champions. Lyon, dont le président Jean-Michel Aulas militait pour des play-offs cet été, ne serait pas qualifié pour une Coupe d'Europe.

 

 


 

Aulas et Eyraud se sont insultés

Footmercato.net

Ce mardi, le conseil d'administration de la LFP s'est réuni pour réagir aux propos du gouvernement concernant la fin de la saison. Entre Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud, les mots ont fusé.

« Réuni ce 28 avril, le Conseil d’Administration de la LFP a pris acte des déclarations du Premier ministre Edouard Philippe. Comme depuis le début de cette crise sanitaire, la LFP suivra strictement les consignes du gouvernement et des autorités sanitaires. Le Bureau du Conseil d’Administration se réunira le 30 avril pour étudier les conséquences sportives et économiques des mesures annoncées par le Premier ministre. Ce Bureau sera suivi d’un Conseil d’Administration qui devra décider formellement de l’arrêt de la saison 2019/2020 et convoquer ensuite une Assemblée Générale de la LFP », lâchait dans un communiqué la Ligue de football professionnel (LFP) ce mardi après l'annonce d'absence de sport jusqu'en septembre par Edouard Philippe, le Premier ministre.

Ce mercredi, nous apprenions qu'entre Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais et invité, car patron d'un collège de club de Ligue 1, et Jacques-Henri Eyraud, le boss de l'Olympique de Marseille le ton était monté. Dans son édition du jour, L'Équipe nous en apprend encore plus puisque nous apprenons que les deux présidents ont usé de noms d'oiseaux pendant ce fameux conseil d'administration. En d'autres termes, ils se sont insultés.


Aulas s'en est aussi pris à Le Graët


Les deux hommes ont provoqué la stupeur des autres participants de ce conseil d'administration de la Ligue de football professionnel, visiblement consternés par le spectacle donné, toujours d'après le quotidien. Jacques-Henri Eyraud reprocherait les trop nombreuses sorties médiatiques de JMA et lui a rappelé son statut d'invité lors de ce fameux CA, ce qui n'a pas dû plaire au boss rhodanien.

Jean-Michel Aulas, avec de nombreuses propositions depuis le début de la crise, et récemment celles de play-offs, n'est pas en train de se faire que des amis. Lors de la réunion du syndicat Première Ligue, il s'en est pris cette fois à Noël Le Graët. Le Lyonnais considère que le patron du football français avait été au-delà de ses droits en déclarant que la saison était terminée après l'allocution du chef du gouvernement. Cela risque de se tendre encore plus avec les décisions qui vont être prises dans les prochains jours...

 


 

Aulas détaille son idée de play-offs

Goal.com

Le président de l'OL a transmis un document à la Ligue de football professionnel (LFP), selon une information de L'Équipe, dans lequel il détaille sa proposition de play-offs. Un document de 23 pages.

Un plan qui s'articule autour de trois phases. Les équipes situées entre la 10e et la 15e place s'affronteraient ainsi pour trois tickets. Ces formations rejoindraient les neuf meilleurs clubs sur la saison (PSG, Marseille, Rennes, Lille, Reims, Nice, Lyon, Montpellier et Monaco) pour une phase de poules avec quatre groupes de trois équipes.

Les deux premiers des quatre poules seraient qualifiés pour une phase à élimination directe à huit formations. Le lauréat de cette phase serait champion, le finaliste deuxième et le vainqueur de la petite finale troisième. De quoi déterminer les qualifiés en Ligue des Champions. Le perdant de la petite finale étant de son côté qualifié en Europa League.

Le PSG devra donc se battre pour être champion. Car même le quinzième, le FC Metz, pourrait prétendre au titre selon ce plan imaginé par le cacique lyonnais.

 


 

Thomas Tuchel prêt à piocher… à l’OL ?

Le10sport.com

Intéressé par le profil de Tanguy Ndombele l’été dernier, le PSG songerait toujours à recruter à l’OL cet été et viserait deux joueurs de l’effectif de Rudi Garcia.

Pour se renforcer à l’occasion du prochain mercato, le PSG scruterait différents marchés. Étant un fin connaisseur de la Serie A, Leonardo aurait activé plusieurs pistes au sein de l’élite du football italien, mais ne se fermerait aucune porte. Ainsi, le directeur sportif du PSG regarderait également en France. En janvier dernier, le 10 Sport vous révélait en exclusivité que le profil de Houssem Aouar aurait des admirateurs au sein de la direction du PSG. Depuis, le club parisien suivrait avec attention l’évolution de la situation du milieu de terrain de l’OL, dans les petits papiers de la Juventus et de Manchester City. Hormis Houssem Aouar, le PSG pourrait ouvrir un autre dossier du côté de l’OL.


Après Aouar, le PSG en pincerait pour Memphis Depay


Selon les informations d’Abdellah Boulma, Thomas Tuchel serait admiratif du style de jeu de Memphis Depay, pouvant évoluer à plusieurs postes dans le secteur offensif. Le journaliste assure en outre que certains dirigeants parisiens partageraient la même vision que l’entraîneur du PSG pour Depay alors que le président rhodanien Jean-Michel Aulas a publiquement fait part de sa volonté de prolonger le contrat du Néerlandais courant jusqu’en juin 2021. Affaire à suivre.

 


 

Le conseil d’administration reporté, encore une semaine de zizanie ?

Butfootballclub.fr

Selon L’Equipe, le conseil d’administration de la Ligue, qui devait déterminer le classement final de la Ligue 1, n’aura pas lieu aujourd’hui.

Les amateurs de luttes intestines ont des raisons de se réjouir : selon toute vraisemblance, le conseil d’administration de la LFP, qui devait entériner la fin des compétitions, va être reporté. Ce qui signifie que pendant encore quelque temps, les présidents de Ligue 1 vont s’entredéchirer pour savoir qui sera qualifié pour les Coupes européennes, qui sera maintenu, etc. C’est L’Equipe qui annonce ce report dans son édition du jour.

« La LFP tient un bureau ce matin dont l’ordre du jour porte sur la situation économique et l’arrêt du championnat. Elle avait envisagé aussi de convoquer un conseil d’administration dans l’après-midi pour se prononcer sur l’arrêt de la saison et cesser ainsi la multiplication des propositions qui embrouillent des débats déjà tendus. Le conseil d’administration devrait avoir lieu finalement la semaine prochaine. »

« Il faudra ensuite tenir une assemblée générale, dans la deuxième quinzaine de mai, afin de valider les modalités du classement 2019)20 et des montées et des descentes. Trois scénarios ont été évoqués pour figer cette saison : à la 19e journée, une option très peu probable, à la 27e journée, la dernière disputée dans son intégralité, ou à la 28e en y appliquant un quotient, puisque Strasbourg-PSG a été reporté. »

 


 

Garde n'exclut pas de revenir

Maxifoot.fr

Actuellement libre de tout contrat, l'entraîneur Rémi Garde n'a pas fermé la porte à un éventuel retour à l'Olympique Lyonnais, son club de cœur, qui lui a offert sa première expérience sur un banc (2011-2014).

"C'est toujours difficile de répondre à une telle question. Il faut beaucoup de paramètres pour que cela se produise, a souligné l'ancien coach de l'Impact Montréal au micro d'OLTV, avant de revenir sur les circonstances de son départ. Je suis parti de l'OL et je m'en suis expliqué. Je n'avais rien contre l'OL et les personnes qui travaillaient à ce moment-là. C'était une réponse à une situation personnelle. Cela avait été plus ou moins bien pris à l'époque. Mon amour de l'OL est toujours le même depuis mon enfance. Je dirais donc pourquoi pas revenir à l'OL. Je dis ça avec beaucoup de prudence. Je ne postule en rien. Je ne suis pas fâché avec l'OL."

Des propos que les supporters lyonnais, qui conservent une belle estime à son égard, vont apprécier !

 


 

Alerte générale, la hype Kalulu inonde le Bayern

Foot01.com

Prometteur défenseur central de l’Olympique Lyonnais (19 ans), Pierre Kalulu n’a pas encore signé son premier contrat professionnel en faveur des Gones.

Ces dernières années, l’OL a plutôt bien géré les contrats de ses jeunes les plus prometteurs à l’image du dossier Rayan Cherki. Mais en ce qui concerne Pierre Kalulu, rien n’est simple pour Jean-Michel Aulas et Juninho. Les deux hommes ont proposé à l’entourage du défenseur de 19 ans de signer pro à Lyon avant d’être prêté une saison sans option d’achat en Ligue 2. Une offre refusée par le clan Kalulu, qui souhaite intégrer dès la saison prochaine la rotation des défenseurs centraux au sein de l’équipe première de Lyon. Les négociations patinent, et plusieurs clubs dont Séville et le Milan AC souhaitent en profiter. Samedi, RMC dévoilait même l’intérêt du Bayern Munich, sans pour autant qu’une offre concrète de la part du champion d’Allemagne soit évoquée.

Mais ce mardi, la piste Pierre Kalulu au Bayern Munich prend de l’ampleur. Car cette fois, ce sont les médias allemands qui se font l’écho de l’intérêt grandissant du club de la Bavière pour le défenseur lyonnais. A en croire les informations récoltées par le très sérieux Bild, le capitaine de la réserve de l’Olympique Lyonnais fait partie d’une short-list de quatre jeunes joueurs à fort potentiel qui pourraient être recrutés lors du prochain mercato. Pierre Kalulu figure dans cette liste très séduisante aux côtés de Barry Hephburn (Celtic Glasgow), Jonathan David (La Gantoise) et Samuel Iling (Chelsea). Reste maintenant à voir quel rôle le Bayern Munich proposera à Pierre Kalulu lors des négociations, une place dans la rotation des défenseurs de l’équipe première ou un passage avec la réserve dans un premier temps ? La question se pose puisque le champion d’Allemagne compte déjà Jérôme Boateng, David Alaba, Lucas Hernandez ou encore Benjamin Pavard comme joueurs capables d’évoluer en défense centrale même si les trois derniers cités sont polyvalents, et capables de jouer sur les ailes.

 


 

OM, OL, PSG : les trois géants, vainqueurs économiques de la crise ?

Butfootballclub.fr

Pour avoir davantage misé sur les grandes sociétés pour leurs partenariats, l’OM, l’OL et le PSG pourraient être moins impactés par la crise sanitaire.

Dans son édition du jour, L’Equipe consacre un article aux sponsors des clubs de Ligue 1. En constatant que beaucoup pourraient suivre l’exemple des Bistro Régent, qui ont de verser de l’argent aux Girondins de Bordeaux en vertu d’une clause prévue dans leur contrat. Les petites entreprises, fortement touchées par la crise, pourraient stopper leurs donations. D’après le quotidien, seuls les mastodontes comme l’OM, l’OL ou le PSG seraient épargnés.

« Il y a une crainte qu’il y ait une reconcentration sur les clubs les plus puissants, explique Christophe Lepetit, responsable des études économiques du Centre de droit et d’économie du sport de Limoges. La stratégie du PSG, par exemple, a été orientée autour du « less is more », moins de partenaires, mais à des contrats très élevés avec des multinationales. Le club est donc moins inquiété aujourd’hui. »

« Le PSG, tout comme l’OM, ne compte, en effet, qu’une trentaine de partenaires. Et, selon leurs dires, aucun de leur sponsor ne prévoirait de quitter le navire. »

 


 

Parker snobe Saint-Etienne, ce n'est pas du Aulas

Foot01.com

Accro à Twitter, Jean-Michel Aulas n’en est pas encore à fait des « live » sur Twitch. Il laisse cela à celui qui est annoncé comme son successeur pour dans quelques années : Tony Parker.

Ancien basketteur all-star de la NBA, « TP » apprend pour le moment le métier dans l’ombre du président de l’OL. Très concentré sur l’équipe de basket de Villeurbanne, qu’il a installé comme le ténor en France, l’ancien meneur de San Antonio a encore du travail s’il veut parfaire sa culture football. Même s’il a parfois pris la pose avec des joueurs du PSG ou s’il suit de plus près les performances de l’OL depuis quelques mois, Tony Parker n’a jamais caché qu’il n’avait pas le football dans le sang. Et cela s’est vu lors d’un live avec Gaël Monfils et d’autres invités, où il a été question de tout et de rien, de son avenir et de sport. Mais quand le tennisman s’est amusé à poser une question en forme de quizz à ses invités, la réponse, ou plutôt l’absence de réponse de Tony Parker a pu surprendre. Monfils a ainsi, dans une question très facile selon ses propres mots, demandé dans quelle ville trouve-t-on « Le Chaudron » ?

« Wahou, je sais pas. Il y a Le Portel dans le basket on appelle ça le chaudron, mais ce n’est pas possible, ce n’est pas ça. Dans le foot ? Je ne vois pas », a avoué « TP » avant d’être mis sur la voix par le joueur français, qui lui a soufflé qu’il s’agissait du stade d’un « ennemi ». De quoi aiguiller le président de l’ASVEL vers la bonne réponse, qui est donc Saint-Etienne. « C’était tout simple et je suis parti sur des trucs compliqués », en a rigolé Tony Parker, qui a tout de même surpris les suiveurs en direct par son manque de connaissance sur le foot, et notamment sur le voisin de l’Olympique Lyonnais. Et vue sa réaction devant la question posée, impossible de penser qu'il a oublié volontairement de citer Saint-Etienne par pure goût de la provocation. Nul doute que, malgré son statut, ses qualités louées de gestionnaire et de meneur d’hommes, son contact facile et sa bonne image, l’ancien basketteur va tout de même devoir travailler un peu sa connaissance du football s’il veut succéder à Jean-Michel Aulas dans les prochaines années.

 


 

Pourquoi l'OL doit s'attendre à être privé de Coupe d'Europe

RMC.fr
 
En attendant que ces décisions soient votées et validées, le bureau de la LFP a acté ce jeudi matin l'arrêt de la saison de Ligue 1 et figé le classement selon le système du quotient. Une configuration qui priverait l'OL de Coupe d'Europe pour la saison prochaine, dans le cas où les finales de Coupes nationales ne se joueraient pas.
 
C'est une décision qui ne devrait pas beaucoup plaire à Jean-Michel Aulas. Réuni ce jeudi, deux jours après les annonces du Premier ministre Edouard Philippe devant l'Assemblée nationale, le bureau de la Ligue de football professionnel a acté l'arrêt de la saison 2019-2020 de Ligue 1. Il a aussi figé le classement suivant le système du quotient, qui s'établit selon le rapport entre le nombre de points pris et le nombre de matchs disputés.

Dans cette configuration, qui doit être votée par le conseil d'administration avant d'être validée et confirmée par l'assemblée générale, l'OL serait 7e et donc privé de Coupe d'Europe. La faute à une défaite à Lille le 8 mars dernier qui a fait chuter Lyon de la 5e place.

Derrière le PSG, l'OM, Rennes et Lille, les 5e et 6e places reviendraient à Reims et Nice. Les hommes de David Guion et ceux de Patrick Vieira accompagneraient donc le Losc en Ligue Europa, dans le cas où les finales de Coupe de France (PSG-Saint-Etienne) et de Coupe de la Ligue (PSG-OL) ne se joueraient pas.

L'incertitude plane sur ces deux finales. Il y a une semaine, avant donc le plan de déconfinement présenté par Edouard Philippe, Noël Le Graët avait émis l'idée de faire redémarrer le football français par ces deux finales. Le patron de la Fédération française de football a ensuite expliqué mardi soir auprès de L'Equipe qu'il était important selon lui de faire jouer la finale de la Coupe de France au début de la saison prochaine: "On a intérêt à la jouer tout début août, sinon elle n'est pas jouable, car l'UEFA voudra les qualifiés français en Coupe d'Europe le plus rapidement possible."

Si ces finales sont annulées, les Lyonnais auront encore un mince espoir de disputer la prochaine Ligue des champions. Il leur faudra la remporter cette saison puisque le vainqueur de la C1 est directement qualifié pour l'édition suivante. Mais là encore, les clubs toujours en lice dans la plus prestigieuse des compétitions européennes font face à un flou inédit. L'UEFA aimerait qu'elle se termine en août et réfléchirait, selon The Guardian, à la possibilité de faire jouer les matchs restants sur terrain neutre. Vainqueur à l'aller au Groupama Stadium (1-0), l'OL n'a pas encore pu jouer son huitième de finale retour contre la Juventus, à Turin.

Pour rappel, les Gones auraient été les grands gagnants d'une saison blanche en Ligue 1 puisqu'ils avaient terminé la saison 2018-2019 à la troisième place du podium. Figer le classement à la 27e journée de la saison actuelle leur aurait par ailleurs permis d'accrocher la cinquième place.

 


 

Canal+ résilie son contrat avec la LFP !

Football365.fr

Canal+ a fait parvenir un courrier, ce jeudi, à la Ligue de football professionnelle pour mettre fin à son contrat pour cette saison selon L'Equipe.

D’après une information de L’Equipe, le président du groupe Canal+ Maxime Saada, a fait parvenir ce jeudi matin un courrier à Didier Quillot, le directeur général exécutif de la Ligue pour lui annoncer la rupture du bail de diffusion de la Ligue 1 et de la Ligue 2 pour la fin de campagne actuelle. Plus aucun autre versement ne sera effectué. L’Equipe rappelle que les deux diffuseurs Canal+ et beIN Sports devaient encore fournir 243 millions d’euros d’ici la fin de la saison à la LFP. Ce courrier de Canal+ a été adressé à la Ligue pour court-circuiter les projets de play-offs imaginés par Jean-Michel Aulas. Le président de l’OL ayant envoyé un document de 23 pages à la LFP détaillant son projet. Dans cette lettre, Canal+ assure également avoir hâte que la saison prochaine reprenne et indique vouloir qu’elle démarre le plus rapidement possible.

 


 

Aulas dément les insultes avec Jacques-Henri Eyraud

Footmercato.net

Affaire Aulas-Eyraud, ça continue ! Alors que la LFP doit entériner cet après-midi la fin de la saison pour les championnats de Ligue 1 et Ligue 2, les deux présidents de l'Olympique Lyonnais et de l'Olympique de Marseille, Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud, continuent de nous donner un triste spectacle. Ce matin, on apprenait dans le journal L'Équipe que lors d'un conseil d'administration de la LFP mardi, les deux hommes s'étaient écharpés suite aux annonces du Premier ministre Édouard Philippe de ne pas pouvoir poursuivre la saison de football. Allant même jusqu'à s'insulter. Mais le président lyonnais a tenu à réagir à cette information via son compte Twitter.

Et Aulas a carrément démenti les insultes entre les deux hommes. «Non à ce que vous dites : il n’y a pas eu d’insultes», a écrit JMA. Tout en expliquant par la suite pourquoi la discussion avait été houleuse avec son homologue marseillais : «le ton est monté, car Jacques-Henri Eyraud prétendait que je monopolisais la parole dans un conseil où j’étais invité !» Un nouveau petit tacle glissé à l'encontre de son meilleur ennemi. Et au vu de la situation qui devrait déboucher de la réunion de la LFP plus tard dans la journée (l'OM en Ligue des champions et l'OL privé de Coupe d'Europe la saison prochaine), ce ne sera sans doute pas le dernier pic que les deux hommes vont s'envoyer dans les prochaines semaines. On attend la suite.

 


 

Le terrain, c'est fini, place aux contestations devant les tribunaux

RMC.fr

La décision de la Ligue de football de figer le classement devrait entraîner des recours des clubs qui se sentent lésés par une telle issue. Ils en ont le droit même si la position des instances (FFF, LFP) semble protégée à plusieurs titres.

Après la gronde des clubs amateurs, la Fédération française de football se prépare à subir, avec la Ligue de football professionnel (LFP), celles des clubs professionnels. L’arrêt du championnat et la décision d’acter le classement selon le quotient à la 28e journée de la Ligue 1 feront inévitablement des mécontents qui ont des leviers pour demander réparation. Plusieurs clubs des niveaux inférieurs l’ont déjà fait. Et ils sont dans leur droit le plus stricts

"On ne peut pas empêcher les clubs d’attaquer et ils attaqueront certainement", confie Tatiana Vassine, avocate chez RMS Avocats, spécialisée dans le droit du sport. Cela pourrait se concrétiser de plusieurs façons avec, pour commencer, la possibilité de saisir le tribunal administratif en référé suspension parallèlement à une demande d’annulation, pour obtenir la suspension de la décision de la Ligue. Le juge devra alors se prononcer sur le caractère urgent ou non de la demande.

En droit du sport, le chemin classique de la procédure mène d’abord vers une tentative de conciliation obligatoire avec le CNOSF (Comité national olympique et sportif français), déjà empruntée par plus d’une cinquantaine de clubs amateurs.  Si celle-ci n’aboutit pas, les clubs pourront saisir le tribunal administratif et c’est le juge qui tranchera. "Le centre du débat sera sur l’équité sportive", pronostique Gautier Kertudo, également avocat en droit du sport.

A quoi s’exposeraient alors la Fédération et la Ligue? "Elles risqueraient de voir leurs décisions invalidées", estime Tatiana Vassine. Un tel scénario pourrait alors provoquer un nouveau casse-tête avec la nécessité de prendre une nouvelle décision. Mais surtout en raison du temps judiciaire qui pourrait être plus long que le temps sportif. "On pourrait alors se retrouver dans une décision partiellement exécutée, ajoute l’avocate. Si le championnat reprenait avec une configuration différente de celle établie, on se retrouverait avec des équipes qui n’étaient finalement pas éligibles. On pourrait se retrouver avec une annulation du championnat a posteriori au cours de la saison. Ce risque est quasiment inexistant puisqu’on a plusieurs éléments qui vont dans le sens des instances sportives."

En effet, si les clubs ont le droit et des moyens d’agir, leurs marges de manœuvre apparaît restreinte. Premièrement, les instances ont pris cette décision en réponse à une situation exceptionnelle. Deuxièmement, elles bénéficient de l’appui du gouvernement qui travaille sur un projet de loi pour "sécuriser le principe juridique de changements des règlements". Avec un objectif : protéger la décision prise par les instances sportives.

Cela n’empêchera pas les recours des clubs mais les instances bénéficieraient de cet appui très fort pour consolider leurs positions devant un juge. Autre avantage en leur faveur, "les magistrats, en matière sportive, ne rentrent pas dans l’appréciation de tout ce qui est à caractère technique", explique Tatiana Vassine. "On peut s’attendre à ce que le magistrat, dans ce contexte particulier, refuse de rentrer dans des considérations techniquo-sportives qui lui échappe et aille plutôt dans le sens d’une validation des décisions qui sont prises par des instances sportives."

"C’est toujours difficile de prédire ce que vont dire les juges mais avec une décision du ministère et des circonstances exceptionnelles, l’argument pour les clubs va être complexe à monter même si, en tant qu’avocat, on peut toujours tout démontrer", souligne Gautier Kertudo.

Le combat judiciaire s’annonce déséquilibré même si les clubs auront des arguments à faire valoir sur l’équité de la décision. "Les juges auront une appréciation sur la proportion de la mesure, détaille l’avocat. Il va demander si d’autres décisions auraient pu être prises. Ce scénario était-il le meilleur?" Jean-Michel Aulas, et ses play-offs, ou Gerard Lopez, avec sa simulation de la fin de saison, pourront avancer qu’ils existaient d’autres alternatives s’ils contestaient la décision de figer le classement. Leur champ d’action ne serait pas très étendu mais ils pourront se faire entendre.

 


 

Le PSG officiellement déclaré champion de France, l'OM en Ligue des champions

Lequipe.fr

La LFP a officialisé ce jeudi le titre de champion de France du PSG, le 9e pour le club de la capitale. L'OM est directement qualifié pour la C1 tandis qu'Amiens et Toulouse sont relégués.

Alors que la LFP a mis fin officiellement aux Championnats de Ligue 1 et de Ligue 2, le PSG a été officiellement désigné champion de France. « Le classement prend en compte un indice de performance selon le nombre de points marqués sur tous les matches joués, a expliqué Didier Quillot. Pour départager les égalités sur cet indice de performance, les confrontations particulières ont été retenues. C'est la même règle que celle adoptée par la Fédération française de football. »

Le classement de la Ligue 1

1. Paris-SG
2. Marseille
3. Rennes
4. Lille
5. Nice
6 Reims
7. Lyon
8. Montpellier
9. Monaco
10. Strasbourg
11. Angers
12. Bordeaux
13. Nantes
14. Brest
15. Metz
16. Dijon
17. Saint-Étienne
18. Nîmes
19. Amiens
20. Toulouse

Le PSG, l'OM et le Stade Rennais sont qualifiés pour la Ligue des champions tandis qu'Amiens et Toulouse sont relégués le principe de deux montées et deux descentes ayant été adopté par le conseil d'administration de la Ligue. « Il n'y aura pas de barrages entre la Ligue 1 et la Ligue 2 », a précisé Didier Quillot.

Par ailleurs, Lorient est champion de Ligue 2 et sera accompagné de Lens dans l'élite la saison prochaine. Concernant les descentes et les montées avec le National, c'est l'assemblée générale du 20 mai qui se prononcera comme l'a indiqué Quillot.

 


 

Saison arrêtée, le club contre-attaque !

Maxifoot.fr

L'Olympique Lyonnais contre-attaque. Non-content de l'arrêt définitif de la Ligue 1, avec une septième place finale, le club rhodanien a annoncé qu'il pourrait intenter un recours pour contester la décision de la LFP.

"L’Olympique Lyonnais a pris acte de la décision proposée par le Bureau de la Ligue de Football Professionnel et entérinée cet après-midi ensuite par son Conseil d’Administration, de mettre un terme à la saison 2019/20 de Ligue 1 et de Ligue 2, en se basant sur les propos tenus par le Premier Ministre Edouard Philippe lors de sa prise de parole à l’Assemblée Nationale sur les conditions du déconfinement. Cette position gouvernementale ne semblait pas imposer de façon rédhibitoire un tel arrêt définitif dès aujourd’hui de la Ligue 1 et la Ligue 2, la Ministre des Sports Roxana Maracineanu ayant préalablement indiqué la possibilité de jouer en août si l’évolution de la situation sanitaire le permettait", peut-on lire dans un communiqué.

"(...) Compte tenu de l’arrêt du Championnat de France de Ligue 1, décrété aujourd’hui par la Ligue, l’Olympique Lyonnais se réserve la possibilité d’intenter un recours contre cette décision et réclamer des dommages et intérêts, notamment au titre de la perte de chance et au regard des jurisprudences d’autres sports professionnels qui sont actuellement en cours, car le préjudice pour le club s’élève à plusieurs dizaines de millions d’euros", a rajouté l'OL.

 

 

 

 

Last modified on jeudi, 30 avril 2020 19:47