L'actu du Jeudi 23 Avril

L'actu du Jeudi 23 Avril

Aulas évoque des "décisions juridiques" face aux choix de l'UEFA

RMC.fr
 
En cas d'arrêt des compétitions, l'UEFA ne souhaiterait pas qualifier les finalistes des coupes nationales pour les prochaines Coupes d'Europe. L'OL pourrait alors voir son objectif européen s'éloigner, même si Jean-Michel Aulas ne semble pas envisager ce scénario.

Très attendu par les fédérations, les ligues et les clubs, le comité exécutif de l'UEFA s'est réuni ce jeudi matin pour faire le point sur l'avenir des compétitions suspendues en raison de la pandémie de coronavirus. L'occasion de définir une ligne directrice et les critères à retenir pour établir les qualifiés pour les Coupes d'Europe en cas d'arrêt des championnat. Si le football ne reprend pas, l'UEFA ne souhaiterait pas qualifier les finalistes des coupes nationales pour les prochaines Coupes d'Europe. Selon le Times, l'UEFA aurait acté le mérite sportif, et donc la prise en compte des classements actuels, comme critère pour trancher les qualifiés européens.

Lyon et Saint-Etienne, qui doivent affronter le PSG, déjà qualifié pour la prochaine C1, en finales de la Coupe de la Ligue et de la Coupe de France sont donc concernés. Les deux billets pour la Ligue Europa seraient attribués aux 5e et 6e de L1. Des places occupées par Lyon et Montpellier si le classement est arrêté par la LFP après 27 journées. Mais si la 28e journée est comptabilisée, ce sont Reims et Nice qui sont respectivement 5e et 6e. Sans surprise, cette information a fait réagir Jean-Michel Aulas.


"L'OL a 10 matchs pour revenir"


"L'OL a 10 matchs pour revenir, la Coupe de la Ligue, la Champion’s League pour se qualifier et tous les décisions juridiques après!"
, a commenté le président de l'OL sur son compte Twitter. Reste à savoir ce qu'il entend par "décisions juridiques" et s'il pourrait entamer des actions dans le cas où les décisions de l'UEFA priveraient l'OL d'une compétition européenne.

Aulas penche pour une fin de saison entre septembre et décembre en Ligue 1, avant que la nouvelle saison démarre en 2021. "Je ne suis pas favorable à un arrêt. Tout ce qui peut permettre de terminer les compétitions me va bien. Si par malheur on ne pouvait pas, l'analyse juridique des règlements n'est pas celle que j'entends", a-t-il expliqué lundi à L'Equipe, précisant que "l'analyse juridique nous amènera peut-être vers une année blanche ou des choses que les gens n'apprécient pas a priori".

 

 



La réponse à la polémique Gouiri, ça monte haut

Foot01.com

Considéré comme l’un des grands espoirs de l’Olympique Lyonnais en attaque, Amine Gouiri n’arrive toutefois pas à se faire sa place.

Les entraineurs se succèdent et le jeune espoir ne s’impose pas, bénéficiant d’un temps de jeu réduit malgré des buts enfilés à la pelle avec la réserve ou avec les équipes de France de sa catégorie. De quoi forcément faire perdre patience au joueur, qui refuse d’être prêté, et demande désormais à avoir du temps de jeu, ou bien à aller voir ailleurs. Un transfert à hauteur de 7 ME serait nécessaire pour boucler l’opération, et Bordeaux serait déjà à l’affût. De quoi mettre le feu, notamment chez les supporters lyonnais qui ne comprennent pas pourquoi Gouiri n’a pas réellement sa chance.

Mais visiblement, ce n’est pas du tout la position de l’Olympique Lyonnais. Jean-Michel Aulas a ainsi fait suivre sur les réseaux sociaux un message de David Barbet, journaliste de La Une en Belgique, et qui répondait à ce buzz autour de Gouiri. « Amine Gouiri est encore sous contrat, le club compte sur lui ! Si Amine devait partir , sa valeur serait  estimée à 30M par l’OL », a fait savoir le journaliste, dans des propos approuvés par Jean-Michel Aulas. Ainsi, Amine Gouiri ne sera ni oublié dans l’effectif, ni bradé surtout. Car le prix de 30 ME a de quoi donner le vertige pour un joueur sous contrat jusqu’en juin 2022, et qui ne compte qu’une poignée de matchs en Ligue 1. La question reste donc totale pour les fans de l’OL : pourquoi un jeune joueur estimé à 30 ME n’a-t-il pas sa chance ?

 

 


 

OL, OM : duel musclé et olympique pour deux ados prometteurs

Butfootballclub.fr

Entre l’OL et l’OM, la lutte fait également rage au sujet de très jeunes joueurs. C’est actuellement le cas en coulisses avec bon nombre de coups bas.

C’est un article fort intéressant que propose ce matin l’Equipe sur la lutte que se livrent désormais les clubs de Ligue 1 au sujet des très jeunes joueurs. En l’occurrence, entre l’OL et l’OM concernant Kalil Rekaoui et Djibrail Dib. Le premier, âgé de 14 ans, était au centre de formation de l’Olympique de Marseille avant de le quitter pour retourner dans son club d’origine, Marignane-Gignac.

Numéro 10, et doté d’un talent certain, ce très jeune joueur continue aujourd’hui de s’entraîner avec le Pôle Espoirs d’Aix-en-Provence, où il a été sélectionné après avoir brillé lors des six tours de détection début 2019. Et comme nous l’apprend le quotidien sportif, Jacques-Henri Eyraud, le président marseillais, a piqué une belle colère lorsqu’il a appris que son ancien pensionnaire allait s’engager avec l’OL, à l’horizon de la saison 2021-2022 !

L’OM, toutefois, pourrait à son tour jouer un vilain tour à l’OL. Avec un certain Djibrail Dib, âgé de 17 ans, et qui s’est récemment vu proposer un premier contrat pro par l’OL. Problème, les deux parties ne sont pas encore parvenues à un accord et Dib vient tout juste de s’adjoindre les services des mêmes agents que le milieu de terrain de l’OM, Valentin Rongier.

 


 

Une troisième signature de jeune actée à Lyon

Foot-sur7.fr

Et de trois pour l’OL ! Après avoir obtenu les signatures de deux jeunes joueurs la semaine dernière, l’Olympique Lyonnais en a officialisé une nouvelle, ce jeudi.

L’OL profite bien de la période de confinement et la suspension des compétitions pour consolider ses acquis. En témoignent les signatures de Yaya Soumaré (19 ans) et Kévin Ousmane (18 ans), la semaine dernière. Ce jeudi 23 avril, c’est au tour de Mathys Lefebvre de signer. Initialement détenteur d’un contrat aspirant, le jeune milieu de terrain de la génération 2002 est désormais titulaire d’un contrat stagiaire.

Il s’est lié à l’OL pour les deux prochaines saisons, soit jusqu'au 30 juin 2022. Mathys Lefebvre (18 ans) se dit fier de poursuivre son apprentissage entre Rhône et Saône. « C’est une nouvelle étape de franchie et j’en suis fier », a-t-il confié, sur le site internet du club rhodanien.

« Tout est passé si vite. Trois ans de formation à l’OL, et maintenant le parcours continu. Je me sens prêt, j’ai beaucoup appris et compris. Je suis beaucoup plus fort mentalement et physiquement. Le travail qu’il reste à fournir est encore important, j’en suis conscient. Je suis déterminé », a déclaré le néo-stagiaire.

 


 

L'UEFA dévoile sa position sur la qualification des clubs pour les prochaines Coupes d'Europe

Footmercato.net

Ce jeudi 23 avril, le Comité Exécutif de l'UEFA s'est réuni afin de faire un état des lieux et de prendre des décisions importantes concernant la suite de la saison. Voici les principales décisions prises par l'instance dirigeante du football européen.

Jour J. Ce jeudi 23 avril était un jour très attendu par les fédérations comme par les clubs européens. En effet, c'est aujourd'hui que le Comité Exécutif de l'UEFA devait se réunir par vidéoconférence. L'instance dirigeante du football européen avait expliqué cela la semaine dernière dans un communiqué de presse publié sur son site officiel. «Une séance d’information pour les associations membres aura lieu le 21 avril. Le Comité exécutif de l’UEFA se réunira par vidéoconférence jeudi 23 avril pour faire le point sur la situation et discuter des derniers développements concernant l’impact de la pandémie de coronavirus sur le football européen. Cette séance fera suite à une séance d’information à l’intention des secrétaires généraux des 55 associations membres de l’UEFA, qui aura lieu le mardi 21 avril. Ces séances examineront les développements qui concernent les compétitions nationales et les compétitions européennes. De plus amples informations seront communiquées, si nécessaire, après la séance du Comité exécutif.»

Un rendez-vous très important et capital lors duquel le Comité Exécutif de l'UEFA devait notamment dresser un état des lieux suite à l'épidémie de Covid-19 et exposer ses choix concernant la suite des événements lors de cet exercice 2019-2020. Parmi les décisions attendues, il y avait celles concernant la poursuite ou non de la Ligue des Champions et l'Europa League, ainsi que la façon de déterminer quelles équipes seront qualifiées pour la prochaine édition. Alors que les championnats belges, néerlandais et écossais n'iront pas à leur terme, l'UEFA a rappelé que la priorité devait être de terminer les ligues nationales.

« L'UEFA exhorte les associations et les ligues nationales à explorer toutes les options possibles pour jouer toutes les compétitions nationales de haut niveau donnant accès aux compétitions interclubs de l'UEFA jusqu'à leur conclusion naturelle. Cependant, l'UEFA souligne que la santé des joueurs, des spectateurs et de tous les acteurs du football ainsi que du grand public doit rester la principale préoccupation à l'heure actuelle. Le scénario idéal, si la situation pandémique le permet, est de terminer les compétitions nationales actuellement suspendues, permettant aux clubs de football de se qualifier pour les compétitions interclubs de l'UEFA sur la base du mérite sportif dans leur format d'origine. Si ce résultat n'était pas possible, en particulier en raison de problèmes de calendrier, il serait préférable que les compétitions nationales suspendues recommencent avec un format différent de manière à faciliter encore la qualification des clubs sur la base du mérite sportif. »


L'UEFA laisse les instances nationales décider des qualifiés pour la saison prochaine


Cependant, l'instance est bien obligée de travailler sur l'hypothèse où les plus grands championnats européens ne pouvaient pas aller à leur terme. Quid du choix des équipes qualifiées pour la prochaine compétition ? L'UEFA a répondu en instaurant des critères impératifs devant justifier le bien-fondé de l'arrêt d'un championnat. « Tout en faisant de leur mieux pour terminer les compétitions nationales, les associations et / ou ligues nationales peuvent avoir des raisons légitimes de mettre fin prématurément à leurs compétitions nationales, en particulier dans les cas suivants:

• existence d'un arrêté officiel interdisant les manifestations sportives afin que les compétitions nationales ne puissent être terminées avant une date qui permettrait de terminer la saison en cours en temps utile avant le début de la prochaine saison.

• des problèmes économiques insurmontables qui rendent impossible la fin de la saison car cela mettrait en danger la stabilité financière à long terme de la compétition nationale et / ou des clubs.»

Si un pays décidait de l'arrêt de son championnat sans remplir ces conditions, l'UEFA se réserverait le droit de refuser l'accès aux compétitions européennes ! Par contre, si l'arrêt du championnat colle aux critères mentionnés, alors l'UEFA souhaite que les équipes qualifiées le soient en fonction du mérite sportif, à savoir le classement tel qu'il serait arrêté. Elle laisserait chaque ligue choisir, en toute transparence, de sa sélection. « Si une compétition nationale est interrompue prématurément pour des raisons légitimes conformément aux conditions ci-dessus, l'UEFA exigerait de l'Association nationale concernée qu'elle sélectionne les clubs pour les compétitions interclubs de l'UEFA 2020/21 en fonction du mérite sportif des compétitions nationales 2019/20:

• la procédure de sélection des clubs devrait être fondée sur des principes objectifs, transparents et non discriminatoires. Les associations et ligues nationales devraient autrement avoir la possibilité de décider des positions finales dans leurs compétitions nationales, compte tenu des circonstances spécifiques de chaque compétition;

• la détermination finale des places éligibles pour les compétitions interclubs de l'UEFA doit être confirmée par les instances compétentes au niveau national.» Au cas où l'UEFA n'était pas satisfait des conditions d'attribution des places européennes, elle pourrait refuser l'admission des clubs. Cela donne probablement déjà des maux de tête à la LFP !

 


 

Rafael cartonne Neymar sur son leadership

Footmercato.net

Considéré parmi les trois meilleurs joueurs du Monde, derrière Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, Neymar Jr (28 ans) ne fait pas toujours l'unanimité. Notamment au Brésil où il est régulièrement critiqué pour son comportement. Et c'est aussi le cas chez ses compatriotes de Ligue 1. Rafael (29 ans), le défenseur de l'Olympique Lyonnais, doute des capacités de l'attaquant parisien à devenir un leader pour sa sélection. Alors que la Seleção comptera sur son numéro 10 pour les prochaines échéances internationales (Copa America 2020 et Coupe du Monde 2022), le latéral Lyonnais espère que son compatriote se sera assagi en dehors du terrain.

«Nous avons vraiment besoin de Neymar, c’est sûr, mais il doit améliorer des choses en dehors du terrain. C’est important dans le football. Il doit s’améliorer beaucoup en dehors du terrain pour faire de son mieux sur une pelouse. J’espère qu’il pourra le faire. Et s’il le fait, nous avons une grande chance de gagner. Sera-t-il assez mature pour être le leader dont le Brésil a besoin ? Je pense que Neymar n’est pas un leader. Je ne pense pas qu’il soit un leader. Ce n’est pas lui, estime l'ancien joueur de Manchester United dans un entretien accordé à ESPN. Il peut faire de bonnes choses sur le terrain s’il est concentré. Et concentré, il est le meilleur joueur du monde. Mais je crois que le football n’est pas sa priorité dans la vie. Il a tellement de choses autour de lui… Il croit qu’il n’a pas besoin d’autant travailler pour être bon… Il a du mal à écouter. J’ai essayé de lui parler, lui dire la vérité, mais parfois les gens ne veulent pas écouter la vérité. Ils veulent que vous disiez ‘tu es bon, tu es magique’, ils veulent que tu dises que des bonnes choses mais la vie n’est pas comme ça. Il a besoin d’écouter un peu plus.»

 


 

Des huis clos « à minima jusqu'en septembre » selon la ministre des Sports

Footmercato.net

Le sport professionnel devrait reprendre le chemin de l'entraînement le 11 mai, date de fin du confinement si celui-ci n'est pas prolongé. Les supporters sont quant à eux dans l'incertitude. Alors que les compétitions se dérouleront à huis clos jusqu'en juillet comme l'a déclaré le Président de la République, Emmanuel Macron, la ministre des Sports a elle affirmé sur Eurosport que cette mesure sera prolongée « à minima jusqu'en septembre ».

L'ancienne nageuse a ajouté que l'interdiction du public dans les événements sportifs pourrait même durer « jusqu'à nouvel ordre, jusqu'à ce qu'on trouve un vaccin » contre le coronavirus. Comme le préconisait le ministère des Sports, les saisons de Ligue 1 et de Ligue 2 se termineront sans public et il n'est même pas sûr que l'exercice suivant débute avec la présence des supporters.

 

 

 

Last modified on vendredi, 24 avril 2020 14:33