L'actu du Samedi 11 Avril

L'actu du Samedi 11 Avril

Voir aussi... Maillots 2020-2021 : les créations des supporters

Le club rassure pour Emirates

Maxifoot.fr

A partir du 1er juillet prochain, Fly Emirates va remplacer Hyundai en tant que sponsor maillot principal de l’Olympique Lyonnais. Malgré la crise du coronavirus et l’éventualité que la saison en cours se termine en juillet, le club rhodanien se montre rassurant à ce sujet.

"Nous avons signé le contrat avec Emirates sur cinq ans qui offre une belle visibilité à partir de la saison prochaine. Il est signé au 1er juillet. Je ne vois pas pourquoi le contrat serait remis en cause. (…) Les choses vont se réguler", a affirmé le directeur général de l’OL, Thierry Sauvage, à l'AFP.

Il n’est toutefois pas exclu qu’un aménagement ait lieu en cas de poursuite de la saison en juillet. "Nous pouvons imaginer faire cohabiter les uns et les autres. Nous avons des discussions pour trouver des équilibres entre partenaires. Il y a un équilibrage à trouver en fonction des scénarios. Car nous ne voudrons pas mettre en péril le contrat Emirates", a indiqué Sauvage. On comprend le dirigeant puisque le contrat avec Emirates doit rapporter entre 20 et 25 millions d'euros par an aux Gones contre 5 à 7 M€ pour le contrat actuel.

 


 

Ce témoignage fort sur l'avenir de Bruno Guimaraes !

Le10sport.com

Recruté par l'OL cet hiver, Bruno Guimarães a les moyens de s'imposer en sélection brésilienne dans les années à venir selon Kléberson.

Recruté cet hiver par l'OL, Bruno Guimarães n'a pas eu beaucoup de temps pour s'illustrer puisque la saison a rapidement été interrompue suite à la propagation du coronavirus. Néanmoins, les supporters lyonnais sont déjà emballés par le niveau du jeune brésilien, et dans son pays, Bruno Guimarães impressionne également comme l'explique Kléberson. « Il a beaucoup de qualités et une très bonne vision du jeu. Mais ce qui me frappe le plus, c’est qu’il maintient un très bon niveau dans tous les matches. Il est difficile, je ne m’en souviens pas, de le voir passer une journée en dessous de son niveau. Il participe toujours, se présente, apparaît et, sans aucun doute, c’est très important. Malgré le peu de temps, je vois déjà beaucoup de choses positives à propos de lui jouant en Europe. Je vois Bruno se renforcer au sein de l’équipe nationale. Il a le potentiel, la qualité pour jouer une Coupe du monde. Non seulement pour jouer, mais pour s’imposer », explique-t-il dans des propos accordés à Globo Esporte et relayés par Onze Mondial.

 


 

Le départ de Florian Maurice au Stade Rennais toujours aussi chaud ?

Butfootballclub.fr

Même si les clubs de Ligue 1 sont en pause forcée depuis quelques semaines, cela n’empêche des discussions. Notamment du côté du Stade Rennais et de l’OL.

Voilà plusieurs semaines désormais que la Ligue 1 a dû se mettre en veille, et cela a forcément une incidence sur les dossiers chaud du moment. Au Stade Rennais notamment, la quête d’un directeur sportif était une des priorités.

Après le départ d’Olivier Létang et son remplacement par Nicolas Holveck, la venue d’une pointure pour prendre les rênes sportives est dans les petits papiers. Le nom le plus régulièrement cité depuis quelques semaines est celui de Florian Maurice, actuellement responsable du recrutement à l’OL. Et ce dossier semble plus chaud que jamais puisque l’Equipe assure, dans son édition du jour, que Maurice reste « toujours le favori » pour prendre le poste.

Une option validée par le coach Julien Stéphan il y a quelques jours sur l’antenne de Canal Plus, en même temps que la piste Grimandi. « Ce sont deux personnes qui ont un très gros vécu de joueur, très compétentes. Deux personnes qui pourraient très bien remplir la fonction. Mais je ne suis que l’entraîneur, et au club il y a un actionnaire et un président, et ils prendront la meilleure décision possible pour le bien du Stade Rennais. Je ne connais pas le timing, mais on peut imaginer que cela puisse arriver prochainement », avait estimé le coach rennais.

 


 

Les positions diamétralement opposées de Jean-Michel Aulas et Nasser Al-Khelaïfi

Footmercato.net

En Ligue 1, il n'y a toujours pas d'accord pour les conditions de reprise du championnat. Les clubs ont des idées bien différentes, à l'image de l'OL et du PSG.

Un peu partout en Europe, les réunions commencent à devenir de plus en plus intenses. Et pour cause, dans chaque pays, les institutions et les clubs cherchent une date de reprise qui convienne à tout le monde. Même si tout dépendra logiquement de l’évolution de cette pandémie de coronavirus, on commence tout de même à avoir quelques indications. En France par exemple, si on ne sait pas encore quand reprendra l’exercice en cours, on sait que l’intention des dirigeants de la LFP est de lancer la saison 2020/2021 le 23 août prochain.

Et pour cette saison alors ? Hier, une nouvelle réunion du bureau de la Ligue de football professionnel a eu lieu afin de dessiner les contours d’une reprise plus ou moins proche. Mais les désaccords sont parfois colossaux et la tension serait palpable lors de ces réunions, à tel point que comme l’explique Le Parisien, le président de la FFF Noël Le Graët a poussé un énorme coup de gueule, agacé par le manque d’unité dans le football français en ce moment. Mais surtout, le journal nous apprend que les idées du président lyonnais Jean-Michel Aulas et de son homologue parisien Nasser Al-Khelaïfi sont encore très éloignées.


Aulas insiste pour la saison blanche


Ainsi, ce dernier s’est montré très clair : il faut terminer la saison à tout prix. Une volonté motivée par des enjeux sportifs évidents, puisque le titre de champion de France semble promis au PSG, mais aussi financiers. En cas de fin de saison, le club de la capitale toucherait logiquement l’intégralité des droits TV nationaux, dont il a besoin pour rester dans les clous du fair-play financier de l’UEFA. Si l’institution qui régit le football européen a déjà annoncé qu’elle sera plus clémente à ce niveau la saison prochaine, ces millions perdus risqueraient de coûter cher sur le moyen terme. Toujours selon le média, il estime aussi que son club a de vraies chances d’aller au bout en Ligue des Champions, et ses troupes ont donc besoin des matchs de championnat pour garder le rythme.

Jean-Michel Aulas lui reste fidèle à ses idées. On se rappelle que ses déclarations concernant une annulation totale de la saison avaient fait énormément parler, et ce même si un peu partout en Europe, d’autres dirigeants influents ont également manifesté leur volonté d’avoir une saison 2019/2020 blanche. Et si le patron de l’OL mise pour une telle solution, c’est pour être certain de pouvoir démarrer la saison prochaine et toucher l’intégralité des droits TV qui reviendront aux clubs français. Les droits TV de cette saison sont déjà en majorité tous déjà tombés dans les comptes des écuries françaises, qui ne peuvent en revanche pas se permettre de risquer de toucher moins d’argent la saison prochaine (au total plus d’un milliard d’euros sont attendus). C’est donc pour cette raison que l’avis d’Aulas est partagé par de nombreux clubs en Ligue 1, principalement des petites formations. Autant dire qu’un accord est encore loin d’être trouvé...

 


 

Juninho a chauffé l’Europe entière sur le cas N’Golo Kanté

Butfootballclub.fr

Juninho, le directeur sportif de l’OL, était visiblement d’humeur taquine ce vendredi. En quelques émojis, il a mis le feu aux observateurs du club gone.

Visiblement, Jean-Michel Aulas n’est pas le seul dirigeant de l’OL à passer du temps sur Twitter. Le directeur sportif Juninho est apparemment un observateur attentif de l’actualité. Et hier, il a répondu à l’une d’elles sans doute de manière taquine.

Alors que le compte Twitter de beIN Sports évoquait la possibilité d’un départ de N’Golo Kanté de Chelsea en fin de saison, Juninho a répliqué avec deux émojis traduisant son intérêt. Ce qui ressemble plus à un clin d’oeil amusé qu’autre chose.

Le Progrès, par la suite, a en effet rappelé que voir N’Golo Kanté du côté de l’OL était « difficilement réalisable ». Mais cela n’a pas empêché les suiveurs du football de s’enflammer. Les réactions ont été vives toute la journée sur les réseaux sociaux. Alors que des médias anglais, italiens ou espagnols se sont vite emparés de cette déclaration qui n’en est pas une. Visiblement, Juninho apprend vite l’art du buzz sur Twitter aux côtés de son président…

 


 

Juninho au secours d'un SDF toxicomane, agressé au Brésil

Francetvinfo.fr

Revenu en France l’été dernier, Juninho garde un regard avisé sur le Brésil. Alors quand vendredi la vidéo d’une agression d’un SDF a enflammé les réseaux sociaux brésiliens, le directeur sportif de l’Olympique lyonnais a pris les choses en mains. Retrouvé par Juninho, le toxicomane agressé a été défendu puis pris en charge et placé en cure de désintoxication.

Sur les terrains, il émerveillait le monde par ses coups francs. En dehors, Juninho est devenu un retraité influent, qui n’hésite pas à s’exprimer sur des sujets bien loin du monde du football. Ainsi, le directeur sportif de l’Olympique lyonnais vient de prendre la défense d’Anderson. Cet homme, SDF et toxicomane, avait été giflé par un conducteur avant que la vidéo de cette agression n’enflamme la toile brésilienne. Mais Juni veille.

Sur Twitter, l’ancien milieu de terrain de la Seleçao a expliqué avoir retrouvé le SDF en question, avant de donner une leçon de tolérance : "Anderson est toxicomane, avant de le critiquer, sachez que la plupart du temps, le chemin de la drogue, est le seul qui permette, pour beaucoup, d'apporter du plaisir à vivre. Je n'encourage personne à l'utiliser, mais je ne me sens pas en droit de dire ce que chacun doit faire de son corps". Dans une série de tweets, le Brésilien a ensuite critiqué la politique de lutte contre la drogue de son pays, encouragé les gens à briser le tabou de la drogues et détailler ses actions pour aider Anderson.

Ainsi, Juninho a déconseillé le recours à des cagnottes : "Il ne sert à rien de lui faire les dons que bon nombre d'entre nous voulaient faire, car bien sûr, il ne résisterait pas à la tentation de l’utiliser". A la place, le directeur sportif de l’OL a envoyé Anderson en cure de désintoxication: "Nous envoyons Anderson, avec son consentement, dans une clinique spécialisée dans la dépendance chimique, où il restera au moins trois mois. (…)  S'il a besoin de rester 1 an, il le restera, mais nous voulons qu'il soit rétabli et renvoyé à la société comme exemple pour les autres".

Toujours dans cette série de tweets, le boss sportif de l’OL a dénoncé vivement l’agression dont a été victime ce sans-abri : "Il sera beaucoup, mais beaucoup plus difficile, de l'oublier, que de se débarrasser de la dépendance. Après la torture (incommensurable, inexplicable) l'humiliation est la pire agression contre l'homme, elle attaque bien plus que la gifle elle-même". Avant de préciser que des poursuites seraient menées. S’il est aussi rare que louable de voir un (ex-)footballeur s’emparer de telles causes, cela n’est pas aussi étonnant pour Juninho. En effet, avant de revenir en France, l’ancien joueur de l’OL avait été un des très rares footballeurs à se positionner contre Jaïr Bolsonaro, le président d’extrême-droite brésilien.

 

 

Voir aussi... Maillots 2020-2021 : les créations des supporters

 

Last modified on samedi, 11 avril 2020 15:24