L'actu du Mercredi 4 Mars

L'actu du Mercredi 4 Mars

Voir aussi... OL - PSG : L'Avant Match

«Si j’avais quitté Lyon, je n’aurais pas réglé le problème», explique Marcelo

Leparisien.fr

Tout allait mal pour Marcelo. Poussé sur le banc des remplaçants lors de la première partie de saison. Moins bon. Le Brésilien était aussi en conflit ouvert avec le groupe le plus influent des supporters de l'OL. Contre Leipzig, mi-décembre 2019 (2-2), un supporter était même descendu sur le terrain avec une banderole « Marcelo dégage ».

S'en était suivie une véritable cacophonie. Le défenseur avait réagi par de mauvais gestes (des doigts d'honneur en direction de ses supporters). La cassure semblait irrémédiable. Mais tout le monde s'est réconcilié. Et il est même redevenu incontournable au sein de la défense lyonnaise qui va se frotter au PSG en demi-finale de Coupe de France.

Comment vous sentez-vous au milieu d'une saison si particulière pour vous ?

MARCELO. Je me sens bien. Je suis libre dans ma tête. Je me sens fort. Vous savez, tout ça m'a rendu plus fort. La négativité, les mauvaises influences, ça m'a donné de la force. Aujourd'hui, tout ça est derrière moi. Je veux profiter de ce moment-là dans ma vie.

Ils ont été difficiles à gérer ces problèmes ?

Je m'attendais à ce que tout se retourne dans le bon sens. J'ai toujours été professionnel. J'essaye d'être toujours loyal avec le club, de respecter tout le monde. Les mauvais moments reviendront peut-être. C'est pour ça qu'il faut se renforcer, être toujours plus fort. C'est la vie tout simplement… Je suis chrétien, coupable ou pas, on apprend à pardonner. Pas de haine, pas de vengeance. Avec le supporter, on se bat pour la même équipe. Pour l'OL, un grand club où je suis fier de jouer. Un club que je respecte énormément.

Memphis avait eu une réaction forte…

Oui, c'était très fort (NDLR : il avait foncé en direction du supporter muni de la banderole ). Mais aussi ma famille, le président, Juninho. Ils savent qui je suis. Qui est Marcelo. Les gens qui me connaissent savent que c'était une situation très frustrante dans la vie. Je me rends compte que certaines choses, certains gestes (les doigts d'honneur aux supporters) n'étaient pas adaptés. Ce n'était pas moi. J'ai perdu le contrôle. Je m'excuse auprès de tous les fans, auprès de toutes les personnes qui ont été touchées par ce geste.

Avez-vous pensé à tout abandonner ? Partir de Lyon ?

Oui, j'avais envie de partir de Lyon. C'était une situation très difficile pour moi. Puis j'ai réalisé que ce n'était pas le moment de faire ça. J'ai aussi parlé avec le président, avec Juninho. Ils m'ont beaucoup encouragé. Ils m'ont donné la force de continuer.

Pas le moment de partir, c'est-à-dire ?

J'ai pensé à partir, mais si j'étais parti, je n'aurais pas réglé le problème. Il aurait toujours été là. L'histoire ne pouvait pas se terminer ainsi. C'est pour ça que j'ai décidé de rester. Les moments de doute, ça fait avancer.

Vous êtes redevenus l'un des leaders de l'OL sur le terrain…

C'est ma manière d'être. J'aime partage mon expérience, conseiller. Sur le terrain, j'aime aller au combat. Si je ne fais pas ça, je ne me sens pas bien.

Vous retrouvez le PSG, qui vous a battu deux fois cette saison (1-0 à Lyon et 4-2 à Paris en Ligue 1). Comment les battre ces fois-ci ?

Ça va être difficile. Nous allons jouer contre la meilleure équipe de France. Nous n'avons pas réussi face à eux cette saison. Mais on a aussi des qualités. On croit en nous. On est dans une meilleure dynamique. Il faut rester positif avant d'affronter une telle équipe.

Le PSG a également beaucoup de joueurs brésiliens dans son effectif. Les connaissez-vous un peu ?

On s'est juste croisés sur le terrain. On est Brésilien mais ça ne veut pas dire qu'on est tous amis (rires). Neymar notamment, c'est une star au Brésil. Il fait beaucoup pour l'équipe nationale. C'est l'un des meilleurs joueurs du monde.

En parlant de Brésilien, un petit nouveau fait sensation à l'OL, Bruno Guimarães…

Il avait une belle cote au Brésil, je savais qu'il avait beaucoup de qualités mais il a vraiment surpris tout le monde en l'espace de trois matchs. Il va devenir l'un des meilleurs joueurs de l'OL. Je sais aussi que l'équipe nationale le surveille. J'espère pour lui qu'il va rejoindre la Seleção.

 


 

La Juventus ne veut pas jouer Lyon à Turin !

Foot01.com

A moins de deux semaines du match, difficile de savoir si l’opposition entre la Juventus et l’Olympique Lyonnais aura bien lieu.

L’Italie semble prête à prendre des mesures drastiques pour tenter d’enrayer la propagation du Coronavirus. De son côté, l’UEFA se contente d’envisager des rencontres à huis-clos et de suivre les instructions des gouvernements. Les chances de voir le Juventus Stadium être plein pour la réception de Lyon en 1/8e de finale retour sont en tout cas plus minces chaque jour. Et pour éviter de disputer une rencontre à huis-clos jamais facile à gérer, les dirigeants turinois ont demandé à délocaliser le match face à l’OL. Selon le journaliste Tancredi Palmeri, la Vieille Dame aimerait disputer cette rencontre dans le sud de l’Italie, plus épargné que le Piémont ou la Lombardie par exemple. Avec du public bien évidemment.

Cela permettrait de conserver une chaude ambiance pour cette rencontre capitale pour les Turinois, battus 1-0 à l’aller à Lyon. Reste à savoir si cette solution sera acceptée. Car si l’UEFA peut l’autoriser en raison de l’actualité exceptionnelle, le gouvernement italien n’est d’ores et déjà pas chaud pour voir des tifosis tenter de se balader du nord au sud du pays pour encourager leur équipe, alors que les déplacements massifs et les regroupements sont déconseillés. Néanmoins, comme beaucoup d’équipes concernées par les matchs européens des prochains jours, la Juventus tente sa chance pour éviter les matchs à huis-clos, qui risquent tout de même de devenir inévitables à la vue des dernières nouvelles.

 


 

50 ME pour un Memphis Depay sur une jambe, la Lazio ne comprend pas

Foot01.com

Leader provisoire de la Série A avec un match d’avance sur la Juventus Turin, la Lazio Rome disputera la Ligue des Champions la saison prochaine. Dans cette optique, le club romain rêve de Memphis Depay…

Il faut dire qu’une attaque composée de Ciro Immobile et de l’international néerlandais de l’Olympique Lyonnais aurait fière allure, et pourrait faire bien des dégâts en Europe. C’est ainsi que selon les informations du Corriere dello Sport, le manager romain Simone Inzaghi a fait de Memphis Depay l’une de ses priorités en attaque pour le prochain mercato estival. Mais pour plusieurs raisons, l’opération sera très délicate à boucler… pour ne pas dire totalement impossible. Tout d’abord, la blessure de Memphis Depay soulève quelques inquiétudes chez les hauts dirigeants de la Lazio Rome. En effet, la direction romaine ne serait pas très chaude à l’idée de consentir un gros effort financier sur un joueur victime d’une rupture des ligaments croisés en décembre dernier, et qui semble revenir beaucoup plus vite que prévu.

Surtout, c’est le prix de Memphis Depay qui rend l’opération quasiment impossible. Car pour les médias italiens, l’attaquant de l’OL va prolonger son contrat dans les prochaines semaines en faveur des Gones, ce qui va réévaluer son prix aux alentours des 50 ME. Malgré une qualification d’ores et déjà acquise pour la prochaine édition de la Ligue des Champions, la Lazio Rome n’entend pas consentir un tel effort financier pour le recrutement de son prochain attaquant. La piste est donc déjà à oublier ou presque pour la Lazio. A moins que Memphis Depay ne prolonge pas à l’Olympique Lyonnais. Ce qui serait véritablement étonnant quand on sait que Jean-Michel Aulas avait évoqué l’idée d’une prolongation dans la semaine qui a suivi la grave blessure du joueur. L’international néerlandais avait alors apprécié la marque de soutien de son président, même si l'ancien de Manchester United a aussi plusieurs fois confié par le passé qu'il se verrait bien rejoindre un grand club européen.

 



Un supporter écope d'une amende pour avoir craqué un fumigène

RMC.fr

Jugé plus de deux ans après les faits, un supporter de l'Olympique Lyonnais des Bad Gones a écopé ce lundi de 2.000 euros d'amende. Ce fan comparaissait devant le tribunal correction de Lyon pour avoir fait entrer et allumer un fumigène dans le Groupama Stadium à l'occasion de l'anniversaire du groupe ultras.
 
Le 17 décembre 2017, le groupe de supporters des Bad Gones fêtaient leurs 30 ans lors d'une affiche de Ligue 1 face à l'Olympique de Marseille. Un anniversaire fêté à grands coups de fumigènes, dont certains repris par des joueurs.

Mais un supporter de l'OL en particulier était poursuivi depuis pour "détention de fusée ou artifice dans une enceinte sportive lors d'une manifestation sportive" par le tribunal correctionnel de Lyon.

Comme le rapporte l'édition du Progrès ce mercredi, le supporter est passé au tribunal ce lundi, plus de deux ans après cette affaire. "C'est quelqu'un qui a participé de façon massive à l'introduction de ce fumigène", a commenté le procureur, indiquant à ce supporter qu'il a été filmé alors qu'il remettait son objet à deux joueurs.

"Le patron de l'OL et les joueurs avaient à l'époque écopé d'un rappel à la loi pour avoir eux-mêmes craqué un fumigène", a rappelé l'avocat du supporter. Le tribunal correctionnel de Lyon n'a pas relaxé le supporter contrairement à la demande de l'avocat de la défense mais a allégé sa peine avec une amende de 2.000 euros.

 


 

Ménès juge les débuts de Guimaraes

Butfootballclub.fr

Le journaliste de Canal+ Pierre Ménès apprécie énormément le jeu de la recrue de l’OL Bruno Guimaraes, qui a bonifié son équipe.

Deux titularisations pour des chocs de très haut niveau contre la Juventus Turin (1-0) et l’ASSE (2-0), deux victoires : Bruno Guimaraes n’a pas raté ses débuts avec l’OL. Le milieu brésilien, recruté cet hiver, s’impose déjà comme un maillon fort des Gones. En tout cas, il s’est déjà mis Pierre Ménès dans la poche…

« Il fait forte impression. Johan Cruyff disait que le plus dur au foot, c’était de jouer simplement et il en est l’incarnation parce que ce qu’il fait avec la balle n’est pas extravagant. Il prend très peu de risques au niveau du dribble, du jeu long, dans les intervalles. Par contre, il donne toujours le ballon dans le bon tempo, vers l’avant. Ce sont des petites passes de 10-15 mètres qui font toujours avancer l’équipe. »

« Et puis, ça a le double avantage d’enlever Tousart de ce rôle de sentinelle dans lequel il était trop mièvre au niveau de la relance alors que là, un petit peu plus haut sur le côté droit, il apporte plus de densité ; et ça a aussi le mérite de décharger Aouar des tâches défensives pour se concentrer sur l’attaque. Donc, c’est quelqu’un qui bonifie les autres. C’est un maillon déjà très important dans l’effectif lyonnais. »

 



CdF : le PSG presque imbattable en demi-finale

Maxifoot.fr

Le Paris Saint-Germain affronte l'Olympique Lyonnais, ce mercredi (21h10), lors de la première demi-finale de la Coupe de France. Autant le dire tout de suite : le club rhodanien va devoir réaliser une sacrée performance pour éliminer le double champion de France en titre.

En effet, le club de la capitale a atteint ce stade de la compétition à 19 reprises dans son histoire... pour 17 qualifications en finale ! Pour rappel, le PSG a gagné l'épreuve à 12 reprises, ce qui constitue un record. De leur côté, les Gones ont remporté 8 des 11 demi-finales disputées. La dernière, perdue contre Rennes (2-3), avait scellé le sort de Bruno Genesio.

 


 

Pourquoi le match va démarrer à 21h10

RMC.fr

L'OL et le PSG s'affrontent mercredi soir en demi-finale de la Coupe de France. Le coup d'envoi, prévu à 21h10, est un peu plus tardif que pour les matches de Ligue 1. Un horaire qui s'explique par la programmation de France 2.

Ce coup d'envoi tardif s'explique par la programmation de France 2, où le match est diffusé. La chaîne n'a pas souhaité déplacer son feuilleton quotidien Un si grand soleil, diffusé chaque soir à 20h35. La présence du programme, qui dure 22 minutes, explique le décalage du début du match. C'est le cas pour chaque rencontre diffusée en prime-time sur France 2.

La situation était similaire pour les diffusions sur France 3 lors des tours précédents. Les matches en prime-time, comme le quart de finale OL-OM,  ont débuté à 21h05 en raison de la diffusion du feuilleton Plus Belle La Vie et du magazine sportif Tout Le Sport.

Horaire tardif ou pas, le match sera évidemment à suivre en direct commenté sur le site et l'appli RMC Sport et à la radio sur l'antenne de RMC avec l'indispensable Jano Rességuié.

 


 

Lyon est très fort, Sidney Govou hallucine

Foot01.com

En une semaine, l’Olympique Lyonnais s’est donné le droit de rêver d'une fin de saison en boulet de canon en battant la Juventus Turin (1-0) puis Saint-Etienne (2-0) à domicile.

Encore en lice dans toutes les compétitions, l’Olympique Lyonnais monte en régime au meilleur moment de la saison, dans le sprint final. Et au-delà des résultats, c’est la solidité défensive et le jeu proposé par l’équipe de Rudi Garcia durant les deux derniers matchs qui rassurent les supporters et les observateurs de l’OL. Dans les colonnes du Progrès, Sidney Govou s’est dit particulièrement impressionné par la performance collective des Gones face à l’ASSE lors du 120e derby de l’histoire, dimanche soir au Groupama Stadium, qui s’est soldé par un succès logique 2-0 grâce à un doublé de Moussa Dembélé.

« Certains diront que la deuxième mi-temps a été moins convaincante que la première. Mais, personnellement, j’ai tout aimé dans ce derby. Je ne me souviens pas depuis quand Lyon n’avait plus évolué à un tel niveau, y compris contre Turin. On a vu ce que c’est un sport d’équipe. Il y a eu beaucoup de mouvements, de disponibilité, de générosité et un niveau technique qui m’a impressionné. J’ai surtout apprécié la qualité des transmissions avec ce qu’on appelle des passes “Champion’s League”. Le ballon arrivait vite, repartait vite, il n’y avait pas d’individualisme. C’était remarquable » a expliqué Sidney Govou, lequel a par ailleurs tenu à mettre en lumière la recrue hivernale Bruno Guimaraes.

Govou salue l'apport de Guimaraes

« S’il y a un homme à ressortir, c’est Bruno Guimaraes. C’est l’intelligence pure. Il perd très peu de ballons, il joue vers l’avant. Comme des joueurs qui courent beaucoup sont parfois contagieux, lui déteint sur toute l’équipe grâce à la qualité de son jeu. Face à Saint-Etienne, tous les joueurs ont élevé leur niveau parce qu’il régule tout au milieu. Il permet à tout le monde de s’exprimer. C’était le chaînon manquant ! Juninho l’avait identifié en début de la saison. Il l’a trouvé ». Autant dire que tout roule pour l’OL depuis une semaine. Espérons pour les Gones que ce bilan soit toujours valable dimanche soir après les matchs contre le PSG en Coupe de France et Lille en championnat.


Voir aussi... OL - PSG : L'Avant Match

 

Last modified on mercredi, 04 mars 2020 18:36