L'actu du Mardi 12 Novembre

L'actu du Mardi 12 Novembre

Un ailier au mercato, Garcia pose sa première condition

Footradio.com

Si le club rhodanien est plutôt en ballotage favorable en Ligue des Champions, avec une deuxième place et trois points d’avance sur son poursuivant à deux journées de la fin de la phase de groupes, l’OL est en difficulté en championnat. Suite à sa défaite à Marseille dimanche (1-2), la première sous les ordres de Rudi Garcia en L1, Lyon se classe quatorzième. Situés à mi-chemin entre le podium (à cinq points) et la zone rouge (à quatre unités), les Gones réalisent un très mauvais départ. La faute à qui ? Si le fusible de l’entraîneur a déjà été changé, les joueurs sont de plus en plus pointés du doigt. Surtout sur les côtés. C’est donc pour cette raison que Garcia envisage déjà de renforcer son effectif en vue de la deuxième partie de saison, comme l’explique Mohamed Bouhafsi.


Un ailier dans le viseur au mercato


« Rudi Garcia voudrait un joueur offensif de couloir lors du prochain mercato hivernal à l’OL. Il n’est pas forcément satisfait des joueurs qu’il a actuellement sur les côtés. Il y a eu beaucoup de critiques sur Bertrand Traoré, il y a aussi eu des critiques sur Cornet… Donc l’OL veut agir en janvier », a avoué, sur Breaking Foot, le journaliste de RMC, qui sait que Lyon ne dispose pas de joueurs de classe internationale sur les ailes, comme cela peut être le cas dans l’axe avec Memphis Depay.

 


 

Examens pour Houssem Aouar, rassurant pour Memphis Depay

Lequipe.fr

Le milieu relayeur français, touché à une cuisse contre l'OM, dimanche, va passer des examens ce mardi. L'attaquant néerlandais (ischios) pourrait retrouver le groupe pour la réception de Nice après la trêve internationale.

Touché aux ischio-jambiers de la cuisse gauche lors de la défaite (1-2) de l'OL à Marseille, dimanche soir, le milieu lyonnais Houssem Aouar passera ce mardi des examens pour déterminer la nature exacte de sa blessure.

Au sein du club rhodanien, on estime que son absence pourrait durer entre quinze jours et un mois. En plus de la réception de Nice (le 23 novembre), le milieu relayeur (21 ans) risque donc de manquer le match capital de Ligue des champions au Zénith Saint-Pétersbourg (le 27 novembre).


Depay apte pour Nice ?


En revanche, l'OL pourrait profiter de cette trêve internationale pour récupérer Memphis Depay. Victime d'une lésion aux ischio-jambiers de la cuisse gauche lors de la victoire contre Benfica, mardi dernier (3-1), l'international néerlandais (25 ans) avait dû déclarer forfait pour le déplacement dans les Bouches-du-Rhône. Il a rejoint lundi sa sélection pour y faire constater sa blessure. Sa situation serait toutefois rassurante et son retour dans le groupe contre Nice n'est pas exclu.

 


 

Antony Gautier ouvertement désavoué par le patron des arbitres

Butfootballclub.fr

Même si cela ne changera pas le résultat final du match OM – OL (2-1), Pascal Garibian a reconnu que les Lyonnais avaient raison. Il n’y avait pas penalty pour Marseille.

Dimanche soir, à l’issue de l’Olympico OM – OL (2-1), Jean-Michel Aulas a pesté contre l’arbitrage d’Antony Gautier coupable à ses yeux de deux erreurs grossières : avoir sifflé un penalty pour Marseille alors que la première main était phocéenne et ne pas avoir exclu Dario Benedetto pour sa gifle à Léo Dubois.

Sur le premier cas, le président de l’OL peut bénéficier du réconfort du directeur technique de l’arbitrage français Pascal Garibian. En effet, présent au centre VAR de la LFP pour un point sur le système devant la presse, le patron des arbitres a reconnu l’erreur de son confrère.

« Le ballon tombe sur la main de Sanson. Et les lois du jeu considèrent que c’est une main en phase offensive d’un attaquant et qu’elle doit être sanctionnée. Le penalty aurait dû être annulé », a-t-il reconnu dans des propos rapportés par Julien Froment (« Europe 1 »). Pour détailler son propos, Garibian s’appuie sur le nouveau règlement de l’IFAB publié en juin dernier. Notons que l’erreur n’est pas du fait du seul Antony Gautier et que l’arbitre du car vidéo aurait aussi pu l’avertir de cette main préalable à celle de Thiago Mendes.

 


 

Vidéo : Le discours de Garcia à la mi-temps d'OM-OL

Twitter

 


 

Garcia ne fait pas mieux que Sylvinho

Football.fr

L’Olympique Lyonnais battu par l’Olympique de Marseille (2-1), dimanche, à l’occasion de la 13e journée, Rudi Garcia a enregistré sa première défaite à la tête de l’OL en Ligue 1.En quatre matches, le technicien rhodanien en est donc à deux victoire pour un nul et une défaite, soit sept points sur 12 possibles. C’est exactement le même bilan que Sylvinho après ses quatre premiers matches sur le banc lyonnais.A noter que parmi les dix derniers entraîneurs qui ont officié à la tête de l’OL, c’est Claude Puel qui a signé les meilleurs débuts avec 10 points sur 12 possibles.

 


 

Aulas a tué Juninho, Riolo est stupéfait !

Foot01.com

Après la défaite subie à Marseille dimanche (2-1), Jean-Michel Aulas a monopolisé l’attention du côté de l’Olympique Lyonnais. Au contraire du directeur sportif Juninho, assez discret.

Certes, le Brésilien s’est brièvement exprimé sur OL-TV. Mais dès le coup de sifflet final, c’est Jean-Michel Aulas qui attirait la lumière en dézinguant l’arbitrage et en dénonçant le guet-apens dont le bus de l’OL avait été victime, sur l’antenne de Canal Plus. Pour Daniel Riolo, il est absolument évident que Jean-Michel Aulas a définitivement enterré son directeur sportif en se mettant en avant de cette manière, alors qu’il avait promis en début de saison de prendre du recul grâce à la venue de Juninho.

« Jean-Michel Aulas avait tenté une mini-révolution, mais il est très rapidement revenu en arrière. On pensait qu’il ne devait plus trop s’exprimer et finalement, mardi soir (après OL-Benfica sur RMC) puis dimanche soir (sur Canal +), c’est lui qui parle. Dimanche soir, immédiatement après un match important, on le revoit. Quand il est venu parler du contexte et du match, vous l’aurez remarqué comme moi, il a enterré Juninho. C’est terminé Juninho, c’est terminé. Il l’a foutu au placard ! » a argumenté le consultant de RMC, intimement persuadé que Jean-Michel Aulas a repris les opérations en main, et qu’il allait désormais être très difficile pour Juninho de regagner la confiance de son président. Le come-back de l’idole commence sérieusement à tourner au vinaigre dans la capitale des Gaules…

 


 

Une première depuis 24 ans !

Football.fr

Battu, dimanche, par l’Olympique de Marseille au Stade Vélodrome (2-1), l’Olympique Lyonnais ne décolle pas. Alors qu’il avait l’occasion de remonter à la quatrième place du classement en cas de victoire sur la pelouse de l’OM, l’OL pointe au final en 14e position.

Avec quatre victoires, quatre nuls et cinq défaites après 13 journées, les Lyonnais n’affichent toujours que 16 points au compteur.A noter que cette 14e place en Ligue 1 est le pire classement de l’OL depuis la saison 1995-1996 lorsque les hommes de Guy Stéphan émargeaient également au 14e rang. Depuis l’arrivée de Jean-Michel Aulas à la tête du club, les Gones n’ont fait pire qu’à une seule reprise avec une 16e place lors de la saison 1991-92.

 


 

Aulas dégomme l'arbitrage, la LFP le comprend

Foot01.com

Après la défaite de l’OL au Vélodrome dimanche soir, Jean-Michel Aulas n’avait pas pris de pincettes pour critiquer la prestation de l’arbitre Antony Gautier.

« Il y a de grosses erreurs d'arbitrage et une pression qui est trop grande. Quand, pendant le match, on peut citer au moins deux cas de difficulté sur le plan de l'application du VAR, parce qu'il me semble qu'il y a une main de Sanson juste avant la main (de Thiago Mendes) qui amène le penalty qui change le destin du match. Et puis il y a la gifle de Benedetto sur Dubois, qui en fait n'est pas du tout sifflée » expliquait notamment le président de l’Olympique Lyonnais. Des propos qui auraient pu être sanctionnés par le Conseil national de l’éthique ou par la commission de discipline de la LFP.

Mais à en croire les informations glanées par L’Equipe, Jean-Michel Aulas ne sera pas puni malgré sa prise de position à l’issue de l’Olympico perdu par Lyon. « La commission de discipline de la Ligue, qui a déjà beaucoup de dossiers à gérer chaque mercredi, estime en effet que c'est au CNE de prendre ses responsabilités. Dans le cas de Jean-Michel Aulas, elle ne va pas changer d'idée, considérant par ailleurs qu'il serait étonnant de le sanctionner alors que c'est tout de même le car de l'OL qui a été attaqué... Du côté du CNE, assez discret ces derniers mois, on ne devrait pas non plus, sauf surprise, bouger dans cette affaire » affirme le média. Voilà qui rassurera le patron de l’OL, qui s’est certainement rendu compte après coup qu’il avait tout de même été assez loin dans ses accusations, notamment envers le corps arbitral.

 


 

Juninho veut faire revenir Karim Benzema !

Footmercato.net

Le directeur sportif de l'Olympique Lyonnais Juninho a livré plusieurs informations de taille ce mardi soir au cours d'une émission sur OL TV. Et il a confié que l'un de ses objectifs était de recruter Karim Benzema !

Entre Karim Benzema et l’Olympique Lyonnais, l’histoire pourrait-elle redémarrer ? Formé au club, l’attaquant français a évolué entre 2004 et 2009 au sein de l’équipe première, avant d’aller exploiter tout son potentiel au Real Madrid, où il est encore, 10 ans après, un joueur phare. Sous contrat jusqu’en 2021 avec le club merengue et âgé de 31 ans, Benzema connaîtra-t-il un nouveau transfert d’ici la fin de sa carrière ? C’est le souhait de Juninho, le directeur sportif de l’Olympique Lyonnais.

Sur le plateau d’OL Night System sur l’OL TV, la légende du club rhodanien a fait plus qu’ouvrir les portes à un retour de Benzema. « Mon envie c’est de proposer à Karim qu’il termine la carrière chez nous. Il a tout réussi, il a sa vie économique équilibrée. Il est d’ici. Pourquoi pas faire un peu d’effort au niveau économique, car on ne pourra pas payer le même salaire qu’à Madrid. J’ai fait ça avec Vasco. J’ai envie de discuter avec Karim. Je vais attendre le bon moment. On a déjà échangé des messages à l’époque quand j’étais au Brésil. (…) J’ai un peu ressenti qu’il aimerait venir. Il a beaucoup de respect. Il passe souvent voir le kiné Abdel ici aussi. Il a déjà amené Abdel chez lui. Je garde l’espoir. J’aimerais bien qu’il vienne jouer 2 ans avec nous, encadrer certains jeunes. (…) Et Karim pourrait être ce leader-là. Je rêve qu’il termine sa carrière ici chez nous. »


Benzema n’était pas chaud en mai dernier


C’est une sacrée information que Juninho a lâché, devant un public de supporters acquis à sa cause. Voilà un objectif clairement énoncé et sur lequel il travaille déjà. Karim Benzema pourrait-il être sensible à cette opportunité ? L’attaquant français est particulièrement fier de durer sur du long terme à Madrid, dépassant quelques légendes au nombre de buts marqués par exemple (la dernière en date, Di Stefano, désormais dépassée au nombre de buts inscrits en Coupe d’Europe sous le maillot blanc).

Et en mai dernier, avant le retour de Juninho au club, il déclarait ceci : « j’ai laissé une très bonne image à Lyon, donc j’aimerais que ça reste comme ça. Donc la réponse est non, pour le moment non, je ne reviendrais pas ». Le discours du dirigeant brésilien peut-il influer cette position exprimée il y a plusieurs mois ? Juninho a fait passer le message que ce n’était pas impossible.

 


 

Juninho ferme la porte pour Depay et Dembélé et prépare le mercato hivernal

Footmercato.net

Juninho a fait le point sur les intérêts récemment exprimés pour Memphis Depay et Moussa Dembélé. Et il a évoqué le mercato hivernal à venir, pour lequel une réunion importante va se tenir.=

Il n’a pas fallu attendre longtemps pour voir les premières informations mercato sortir du côté de l’Angleterre. Ce matin, le Daily Mirror assurait que Tottenham allait passer à l’action pour tenter d’arracher Memphis Depay à l’Olympique Lyonnais. Une rude tâche au regard de l’importance de l’international néerlandais pour le club rhodanien. Invité sur le plateau d’OL Night System sur OL TV, Juninho a pu faire le point sur les intérêts annoncés pour Depay, avec une précision de taille sur l’option prioritaire dont bénéficie Manchester United.

« C’est vrai que Manchester United a la priorité, s’ils viennent pour acheter Memphis. Pour Reine-Adelaïde, c’était la même chose avec Arsenal. Ça existe dans le foot. Mais on n’a rien reçu concernant Memphis jusqu’à présent. On est très content. Il va lui rester un an de contrat. C’est plutôt difficile la conversation dans ces cas-là. Mais je pense qu’il est vraiment heureux en ce moment à Lyon. Et je pense que Rudi est proche de lui donner le brassard. C’est le leader technique de l’équipe. On n’a pas reçu de propositions. (…) On va commencer à discuter pour une prolongation de contrat à la fin de l’année. » Lié jusqu’en 2021, Memphis Depay sera effectivement en position de force pour les négociations, alors qu’il n’a jamais caché viser plus haut en termes de standing.


« On n’a pas vraiment de leader »


Au-delà de Depay, à quel mercato hivernal s’attendre du côté de Lyon ? Juninho a révélé qu’une réunion avec Rudi Garcia, l’entraîneur, Jean-Michel Aulas, le président, Florian Maurice, responsable du recrutement, et lui-même était prévue dans la semaine à venir. Et il a clairement souligné certains manques. « On va faire une première réunion pour discuter par rapport à ça. On n’est pas sûr de beaucoup bouger sur le marché, mais certains n’ont pas le niveau qu’on pensait. Mais peut-être le récupéreront-ils bientôt. On n’a pas vraiment de leader dans le vestiaire, ni sur le terrain. Personne n’appelle les autres, pour donner du calme, etc. Mais on travaille pour ça », a-t-il d’abord lancé. Un constat implacable.

Par contre, Juninho n’a pas développé plus que cela sur les besoins identifiés. « Ce n’est pas bien de citer des noms ou des postes. Mon premier rôle, c’est d’essayer de récupérer certains joueurs. J’ai déjà parlé avec Rudi pour certains joueurs. (…) On va voir comme certains vont réagir. Certains vont avoir plus de temps de jeu, pour montrer qu’ils peuvent garder leur place. (...) On a parlé avec Rudi du match de dimanche. On est un peu inquiet concernant les blessures. (…) Il faut voir le temps de contrat, quel poste, quelles possibilités, quels joueurs veulent partir, le pouvoir économique. C’est important de garder Moussa Dembélé par exemple, qui a beaucoup d’intérêts de la part de plusieurs clubs, même s’il n’y a pas encore eu d’offre officielle. » Ce que l’on peut comprendre, c’est qu’avant de recruter de nouveaux éléments, il faudra savoir résister aux offres pour les meilleures gâchettes du club.

 

 

Last modified on mardi, 12 novembre 2019 22:03