L'actu du Mardi 12 Mars

Voir aussi... Barcelone - OL : L'Avant Match

Marcelo est bien du voyage

Maxifoot.fr

Touché à une cuisse contre Strasbourg (2-2), samedi, le défenseur central Marcelo (31 ans, 36 matchs toutes compétitions cette saison) effectue bien le déplacement à Barcelone avec l'Olympique Lyonnais pour le huitième de finale retour de la Ligue des Champions (0-0 à l'aller). En revanche, sa présence dans le groupe ne garantit pas qu'il sera dans le onze de départ sur la pelouse du Camp Nou mercredi (21h).

Le groupe lyonnais : Lopes, Gorgelin, Racioppi - Rafael, Dubois, Denayer, Marçal, Marcelo, Tete, Mendy, Morel, Solet - Aouar, Ndombele, Diop, Tousart - Dembélé, Terrier, Traoré, Cornet, Memphis, N. Fekir, Y. Fekir.

 


 

Lyon-Montpellier se jouera dimanche

Maxifoot.fr

Lundi, la Ligue de football professionnel (LFP) annonçait le report du match Lyon - Montpellier, initialement programmé le samedi 16 mars à 17h, à la demande de la préfecture du Rhône (voir la brève d'hier à 19h12). L'instance indique ce mardi que cette rencontre de la 29e journée de Ligue 1 se jouera finalement le lendemain, le dimanche 17 mars, à 14h30.

 


 

Aulas a discuté avec Benzema pour un retour "l’année dernière"

RMC.fr

Sur France 3, ce lundi, Jean-Michel Aulas a expliqué avoir eu des discussions avec Karim Benzema et son agent en 2018 afin d’étudier la possibilité d’un retour de l’attaquant français.

Karim Benzema reportera-t-il un jour le maillot de l’OL ? Né à Lyon, formé au club, il y a brillamment débuté sa carrière en 2005, remportant quatre titres de champion de France (2005, 2006, 2007, 2008) et une Coupe de France (2008) avant de s’envoler à 21 ans pour le Real Madrid (2009) et de décrocher notamment quatre sacres en Ligue des champions (2014, 2016, 2017, 2018). Jean-Michel Aulas rêve de le voir revenir.

"Ce serait magnifique, a expliqué le président de l’OL sur France 3 ce lundi. On en a parlé l’année dernière parce qu’il se posait un certain nombre de questions aussi. Mais économiquement, on ne peut pas le faire. (La saison dernière ?) Oui, on en a discuté avec son agent, avec lui. Ça fait partie des idées que l’on peut avoir."

Benzema sous contrat jusqu’en 2021

Dix ans après son départ de l’OL pour le Real Madrid, où il est sous contrat jusqu’en 2021, Karim Benzema réalise une grande saison sur le plan personnel (22 buts, 8 passes décisives en 44 matchs). Et le retour sur le banc de Zinedine Zidane devrait encore accentuer sa confiance. L’OL semble donc bien loin… Ce n’est pourtant pas la première fois que Jean-Michel Aulas aborde le sujet.

"C’est tellement complexe , confiait le président lyonnais en décembre dernier sur le plateau de Breaking Sport, sur RMC Sport. Il a atteint de tels sommets, ça sera difficile. Mais vous avez raison de le citer. C’est un joueur exceptionnel, formé à l’OL. Economiquement, on en est loin, mais ça serait formidable."

 


 

Rémi Garde démonte la rumeur de son retour !

Butfootballclub.fr

Annoncé en contact avec l’OL pour un retour, Rémi Garde (Impact Montréal) a démenti tout contact récent avec son club de cœur.

Il y a quelques jours, la rumeur d’un retour de Rémi Garde à l’Olympique Lyonnais avait circulé dans la presse nord-américaine. En fin de contrat à l’issue de la saison de MLS, l’actuel coach de l’Impact Montréal aurait eu des contacts directs avec Jean-Michel Aulas dans l’optique d’un retour… Sans que l’on sache réellement à quel poste (entraîneur ? Directeur sportif?).

Interrogé sur ce bruit de couloir ce jour en conférence de presse, Rémi Garde a répondu sans détour : « Je démens tout contact récent avec Lyon sur le sujet qui a été voqué. J’ai plutôt le sentiment que c’est une information qui a été créée de toute pièce ».

Si son bail canadien arrive à échéance en décembre 2019, Rémi Garde dispose d’une année supplémentaire en option. Les discussions autour de la levée ou non de celle-ci n’ont pas encore été amorcées…

 


 

Aulas lâche des indices sur sa succession à Lyon !

Foot01.com

Président de l’Olympique Lyonnais depuis 1987, Jean-Michel Aulas a réalisé un travail colossal dans la capitale des Gaules.

En effet, le dirigeant français a réussi à remonter l’OL de la L2 au sommet du football français, faisant ainsi du club une écurie de dimension européenne et propriétaire de son stade. Néanmoins, il y a bien un jour où JMA, qui fêtera ses 70 ans en mars prochain, devra transmettre le flambeau. Un sujet délicat pour le principal intéressé, qui a néanmoins lancé quelques indices sur sa succession dans les colonnes du journal L’Equipe.

« Ma succession se prépare, mais pas obligatoirement en public. Jérôme Seydoux et deux ou trois autres dirigeants savent précisément ce qu’on a l’intention de faire, quand et comment. Évidemment que nous parlons de ça entre nous. 2023 ? Non, ce n’est pas une date en l’air. Pour une succession capitalistique, cela peut être un moment opportun. Mais on peut aussi imaginer une succession exécutive avant cette date. Quand on a soixante-dix ans, et qu’on est à la tête d’un groupe avec 300 M€ de chiffre d’affaires, on ne peut pas se permettre de ne pas envisager l’avenir » a confié le président rhodanien, qui aura sans doute beaucoup de mal à laisser sa place mais qui sait qu’il sera un jour temps de le faire pour le bien de l’OL.

 


 

Le Barça "prenable" pour Puel

Maxifoot.fr

Grâce au 0-0 heureux décroché à domicile à l’aller, l’Olympique Lyonnais sera toujours en vie au moment de défier le FC Barcelone au Camp Nou mercredi (21h) en 8e de finale retour de la Ligue des Champions. Et pour l’ancien entraîneur des Gones, Claude Puel, l’exploit est largement envisageable.

"Il y aura des possibilités pour Lyon contre cette équipe de Barcelone et je pense que l'OL a les atouts pour faire une différence sur un long contre, a glissé le technicien, libre depuis son limogeage de Leicester, au micro de RMC Sport. Cette équipe du Barça est moins performante dans la récupération collective. Elle est prenable sur des situations de contre, on l'a vu lors de la première période à Lyon. Le plus dur, ce sera de résister, d'être patient et de garder du jus pour mener à bien ces contres, qui pourront être meurtriers."

"S’ils ne font que défendre (les Lyonnais), ne pas avoir cette qualité de transmission, pour trouver la bonne passe pour casser une ligne et aller vers l’avant, ça les mettrait en difficulté", a toutefois prévenu Puel en plaidant pour la titularisation d’Houssem Aouar, moins indéboulonnable ces dernières semaines, dans l’entrejeu.

 


 

Un entraîneur étranger à Lyon ? C’est du pipeau balance Vincent Duluc

Footradio.com

Actuellement troisième du championnat de France à sept points du deuxième Lillois et avec seulement trois points d’avance sur le quatrième Marseillais, l’Olympique Lyonnais a comme pour objectif depuis le début de saison de se qualifier directement pour la Ligue des Champions.

Si l’entraîneur, Bruno Genesio, ne remplit pas ses objectifs et que son équipe ne se qualifie pas en quarts de finale de C1 face à Barcelone, son poste pourrait bien être remis en question. Si les différentes presses ont déjà cité quelques noms depuis plusieurs semaines (Jardim, Blanc), l’incertitude demeure sur le nom d’un potentiel successeur.

Aulas se veut méfiant

Et pour Vincent Duluc, très proche du club rhodanien, on n’est pas prêt de voir un coach étranger débarquer à Lyon en raison d’un organigramme resserré : « Mais à présent que l’OL a trouvé un certain équilibre dans son fonctionnement, il est peu probable qu’il décide de le rompre. En regard de ce fonctionnement, la question du profil de l’entraîneur n’est pas innocente. En clair, est-ce que n’importe quel entraîneur, par exemple un étranger débarquant avec six adjoints, peut s’adapter à ce modèle ? Face à cette question, Jean-Michel Aulas est prudent : « Disons que l’on pourrait au moins en déduire qu’il faudrait que l’entraîneur soit ouvert à la décentralisation des décisions, et qu’il accepte de n’avoir pas son cheptel personnel, comme on a pu le voir dans certains clubs où cela s’est mal passé. » En décrypté : dans ce fonctionnement, l’entraîneur ne peut pas faire venir six joueurs qui appartiennent à l’écurie de son agent, ni avoir la totale mainmise sur le recrutement, et il lui faudra en partie travailler avec les techniciens en place. Sans oublier la nécessité de répondre à la vocation du club, qui est de faire prendre de la valeur aux jeunes formés au club ou achetés en post-formation, » a écrit le journaliste dans le quotidien L’Équipe qui croit savoir que le recrutement d’un coach étranger n’est pas vraiment la priorité du président de l’OL.

 


 

Fekir, avant d'affronter le Barça : "On vient ici pour créer l’exploit"

Goal.com

Présent en conférence de presse à la veille du 8e de finale retour de Ligue des champions face au Barça, Nabil Fekir est apparu ambitieux et déterminé

Les récents exploits de l’Ajax ou de Manchester United lors des matches retours vous donnent-ils des idées ?

C’est vrai que ça nous donne des idées, on a vu qu’il y a eu quelques surprises. Maintenant même sans ça, on vient ici pour créer l’exploit même si on sait que ça va être très compliqué à faire. Il faudra être concentré du début à la fin pour ne pas faire d’erreurs parce qu’on sait que les matches de Ligue des champions se jouent souvent sur des détails.

Le Barça reste-t-il le favori après le résultat du match aller ?

C’est vrai que le Barça est favori. Mais on a vu qu’il y a des équipes qu’on attendait pas forcément qui se sont qualifiées. Tous les joueurs sont prêts à donner le maximum et à faire un bon match.

Après une première partie de saison compliquée Moussa Dembélé semble mieux, comment jugez-vous son évolution à l’OL ?

En ce moment il est bien, en pleine confiance. Il marque, il aide l’équipe. Il faut toujours un temps d’adaptation dans une nouvelle équipe. Ça a été un peu compliqué pour lui mais aujourd’hui il nous fait énormément de bien et j’espère que demain il va continuer sur cette lancée là.

Craignez-vous particulièrement Lionel Messi ?

On connait tous les qualités de Lionel Messi mais on sera tous en bloc équipe demain, on va mettre de la densité, de l’agressivité. Et on espère qu’on pourra le tenir du mieux possible.

Le match de demain sera-t-il spécial pour vous qui êtes le capitaine de l’équipe ? Est-ce que cela vous rajoute de la pression ?

Non parce que ça reste du foot. C’est du plaisir pour moi. Ce sera un match spécial mais j’ai hâte de le jouer et de donner le maximum sur le terrain.

Est-ce le match le plus important de votre carrière en club ?

C’est l’un des matches les plus importants de ma carrière, c’est sûr. C’est un huitième de finale de Ligue de champions donc c’est important pour tout le monde, au club, pour les joueurs, pour les supporters. C’est un des matches les plus importants même si j’ai eu la chance de participer à la Coupe du monde. C’est un rêve de gosse de pouvoir jouer un match de Ligue des champions ici. Mais ce n’est pas le plus important. On vient ici pour essayer de se qualifier. Ce sera spécial pour moi mais il faudra en faire abstraction.

 


 

Aulas rêve d'un coup à la façon d’Ajax, contre le Barça

Foot-sur7.fr

Jean-Michel Aulas envisage pour l'OL face au FC Barcelone, le scénario de l'Ajax Amsterdam qui a renversé le Real Madrid en Ligue des Champions (4-1) à Santiago Bernabeu. Le club néerlandais avait pourtant perdu (1-2) le match aller aux Pays-Bas.
Aulas, « contre le Real, l’Ajax a démontré que le football espagnol pouvait être attaqué ».

Le FC Barcelone a bien retenu la leçon du renversement du Real Madrid et du PSG, respectivement par l’Ajax Amsterdam et Manchester United privé de nombreux cadres, en 8e de finale retour de Ligue des Champions.

C’est pourtant le même coup réussi par le club néerlandais contre les Merengues que Jean-Michel Aulas rêve de faire à Lionel Messi et ses coéquipiers au Camp Nou (21h).

« Le foot n’est toujours pas inspiré de logique. Je crois toujours aux belles histoires. Contre le Real Madrid, l’Ajax a démontré que le football espagnol pouvait être attaqué », a confié le président de l’Olympique Lyonnais sur France 3, dans l’émission Tout le Sport.

Cependant, le dirigeant est bien conscient que la tâche s’annonce compliquée pour les Gones au Camp Nou. « Maintenant, Barcelone est infiniment supérieur à Madrid », a admis Aulas, avant de réaffirmer l’ambition de son équipe face à l’ogre catalan.

« Il y a toujours beaucoup d’humilité parce que Barcelone est probablement le club le plus respecté et respectable, mais aussi beaucoup d’ambition », a-t-il déclaré.

Rappelons que Lyon et les Blaugrana s'étaient séparés dos à dos (0-0) à Décines lors du match aller.

 

Voir aussi... Barcelone - OL : L'Avant Match

 

Contribuez au maintien de 100%OL avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on mardi, 12 mars 2019 19:00