L'actu du Vendredi 12 Octobre

Bleus : Ndombele, l’autre entrant décisif

Football365.fr

Entré en jeu jeudi soir contre l’Islande (2-2), Tanguy Ndombele est l’un des rares joueurs à avoir marqué des points. Retour sur une première réussie.

Il est comme ça, Tanguy Ndombele. « C’est quelqu’un de très discret, réservé. Il met du temps à s’ouvrir quand vous ne le connaissez pas », disait de lui dans France Football son ancien coéquipier à Guingamp, Roman Laspalles. Sur le banc de touche, jeudi soir, difficile de dire que son visage transpirait la pression. Impassible, presque absent. Jusqu’au moment où l’on fait appel à lui. Ce moment est intervenu peu après la demi-heure de jeu. 25 minutes pour se montrer pour sa première sélection en équipe de France. Et l’ancien Amiénois a saisi sa chance. « La réaction était là sur la fin », a soufflé Didier Deschamps en conférence de presse. Si les Bleus ont bien fini, ce n’est pas uniquement grâce à Kylian Mbappé. Plus mordant, plus bagarreur, plus à-même de jouer vers l’avant, le milieu lyonnais a effectué une entrée remarquée.


Ndombele : « Je suis entré sans appréhension »


« Il a fait voir ses qualités, avec ses passes vers l’avant. Il a été performant dans les duels aussi. C’est bien qu’il ait pu mettre à profit le temps de jeu qu’il a eu. Tant mieux », a souligné Didier Deschamps au sujet du néo-international. Ce dernier est l’un des rares remplaçants à avoir marqué des points contre l’Islande. Pendant que Florian Thauvin, Presnel Kimpembe ou Ousmane Dembélé décevaient, lui montrait de quoi il était capable sur un laps de temps réduit, et prenait rendez-vous pour l’avenir, au moins pendant la durée d’indisponibilité de Corentin Tolisso, dont le profil parait assez proche. « Je suis entré sans appréhension, on perdait 2-0. C’est encore plus facile d’entrer dans un match comme ça, a souri Tanguy Ndombele en zone mixte. C’est une belle histoire pour moi, c’est vrai. Mais je retiens la première (sélection). Que ce soit à Guingamp ou au Stade de France, c’est la même chose. »

 


 

Un lieu de prière au Groupama Stadium pour les footballeurs et les artistes

Foot01.com

Dans un communiqué, l'Olympique Lyonnais a annoncé ce vendredi midi que désormais les sportifs et les artistes qui seront présents au Groupama Stadium auront accès à un lieu de prière. Histoire de ne froisser personne, cet endroit sera bien évidemment multiconfessionnel et a reçu l'assentiment du Cardinal de Lyon, du Grand Rabbin de la capitale des Gaules et de l'Imam de Villeurbanne. De tels lieux existent déjà dans plusieurs stades européens.

« L’Olympique Lyonnais propose désormais aux sportifs et aux artistes qui joueront ou se produiront au Groupama Stadium, un Espace de Recueillement multiconfessionnel. Cet espace situé à proximité immédiate des vestiaires et des loges a été conçu avec un souci de sobriété, sans artefact ni symbole religieux, pour permettre à chacun, croyant ou non, de se recueillir. Inspiré par la figure Marie emblématique pour les lyonnais qui est présente dans la Bible et le Coran, cet Espace de Recueillement a été réfléchi en concertation notamment avec le Cardinal, le Grand Rabbin de Lyon, l’Imam de Villeurbanne, ou leurs représentants, dans un esprit œcuménique, d’ouverture et de rassemblement symbolisé par les quelques versets du Coran (en français et en arabe), de la Bible et de la Torah (en français et en hébreux) qui ornent un mur », précise l'Olympique Lyonnais. Les dieux du football ont eux une place sur la pelouse.

 


 

5-0 face au PSG, pourquoi les Lyonnais sont remontés contre Neymar

Foot01.com

Certains joueurs de l'Olympique Lyonnais estiment que Neymar aurait dû se faire exclure sous le maillot du Paris Saint-Germain lors du dernier choc de la Ligue 1.

Dimanche dernier, le match au sommet entre Lyon et Paris a d'abord été tendu, puis flamboyant. Avant le quadruplé de Mbappé, qui a scellé la victoire du club de la capitale (5-0), la partie avait viré au rouge, avec les expulsions de Kimpembe pour gros tacle sur Ndombele (35e) et de Tousart pour une faute sur Mbappé (45e). Mais le match aurait très bien pu se terminer à 10 contre 9 en faveur du club rhodanien. En effet, selon Le Parisien, les Gones estiment que Neymar aurait mérité de rentrer aux vestiaires après une double faute, au cours de laquelle il a violemment fait tomber Rafael avant de laisser traîner son pied sur la semelle de Morel (38e).

Une « action litigieuse qui aurait pu faire pencher la décision de l’arbitre vers un carton rouge », surtout que le latéral droit de l'OL est ensuite sorti sur blessure, avec une entorse à l’épaule qui va l'éloigner des terrains pendant un mois. De plus, « les Olympiens ont regretté que Neymar ne prenne pas la peine de venir s’excuser auprès de son compatriote ou de prendre des nouvelles », explique ainsi que le quotidien francilien. Un fait de jeu qui s'ajoute à la blessure rapide de Nabil Fékir pour un engagement maximal, mais régulier de Thiago Silva, et qui énerve donc les Lyonnais, qui ont perdu plus que trois points au Parc des Princes.

 


 

Rafael devrait être absent quatre semaines

Footmercato.net

Dimanche soir dernier, les défenseurs de l’Olympique Lyonnais ont vécu un calvaire face à Neymar et Mbappé. Battus sèchement 5-0, les hommes de Bruno Genesio ont en plus perdu leur capitaine, Nabil Fekir sur blessure. Outre l’international français, Rafael a également cédé sa place sur blessure après un contact avec son compatriote Neymar.

Selon Le Parisien, le Brésilien de l’Olympique Lyonnais devrait manquer quatre semaines de compétition. Il souffrirait en effet d’une entorse acromio-claviculaire. Pour le remplacer, Léo Dubois, arrivé cet été en provenance du FC Nantes, semble être le meilleur atout. Un nouveau soucis à gérer pour l’entraîneur lyonnais, Bruno Genesio, alors que son équipe recevra Nîmes (vendredi 19 octobre, 20h45).

 


 

Juninho fervent opposant au candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro

Foot01.com

Alors que de nombreux joueurs brésiliens ont appelé à voter en faveur du candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro pour la présidentielle brésilienne, Juninho a apporté une voix discordante.

Le premier tour de l'élection présidentielle brésilienne a été marqué par la percée de Jair Bolsonaro, 63 ans, ancien officier militaire et homme politique d'extrême droite, qui a obtenu 46% des voix. Celui-ci a été soutenu par de nombreux joueurs brésiliens (Ronaldinho, Rivaldo ou Lucas Moura). Sous le choc, l'ancien chef d'orchestre lyonnais Juninho a exprimé son opposition dans un entretien à El Pais, et a érigé la France en modèle : «Ce qui m'a surtout frappé pour la politique, c'est le côté humain des Français. Je pensais que le Brésilien était solidaire. Mais c'est un mensonge. Le Français est solidaire pour de vrai ! Il y a les extrémistes, la partie qui méprise les musulmans, la partie raciste. Mais la majorité du peuple français a une humanité très développée.»

«Beaucoup de Brésiliens ignorent que d'autres ont été torturés et assassinés pendant la dictature. C'est désespérant de voir des gens soutenir les interventions militaires», a-t-il poursuivi, alors que le programme de Bolsonaro prône la répression.

 

 

Contribuez à la survie de 100%OL.fr avec un don


> Vous pouvez aussi désactiver votre bloqueur de publicité pour 100ol.fr/centpourcentol.fr ;-)

 

Last modified on vendredi, 12 octobre 2018 13:52