L'actu du Samedi 22 Septembre

Lopes veut changer son image

Maxifoot.fr

Comme lors des échauffourées à Marseille (2-3) le 18 mars dernier, Anthony Lopes (27 ans, 3 matchs en L1 cette saison) est souvent impliqué dans les mauvais coups. Résultat, le gardien de l’Olympique Lyonnais s’est fait une réputation de "petit con" selon ses propres mots. Une image que l’international portugais espère changer dans les prochaines années.

"On a envie de laisser une image positive. Là, la mienne, elle est clairement négative, a reconnu le portier de l’OL dans L’Equipe. A la fin de ma carrière, je n'ai pas envie qu'on dise que j'étais taré complet, présent dans toutes les mêlées. J'ai envie que la balance revienne, au moins, au kiff-kiff (sourire). Ce que je suis dans la vie de tous les jours et ce que je renvoyais sur le terrain, ce sont deux facettes très différentes."


"C'est aussi important pour la tranquillité des miens, a ajouté le Gone. Je sais que ça va prendre du temps car les gens ne changent pas facilement d'avis. Mais le temps, je vais le prendre. Le jour où on dira que j'ai changé, mûri et pris mes responsabilités, j'aurai la banane !" Pour Lopes, l’Olympico sera déjà un premier test dimanche soir (21h)…

 


 

La plainte osée de l'OM déposée devant le Tribunal de Lyon

Foot01.com

Cela s’est vu ce jeudi à huis-clos contre Francfort, évoluer sans son public est toujours un gros point négatif, surtout à Marseille où le 12e homme joue souvent son rôle.

Dans ces conditions, l’OM n’a pas trop apprécié que les pouvoirs publics et l’OL n’effectuent pas de réunions pour préparer le déplacement des fans provençaux au Groupama Stadium, prévu dimanche. Il faut dire que l’interdiction de déplacement des supporters marseillais ne faisait pas grand doute, et elle a été confirmée par un arrêté préfectoral cette semaine.

Mais l’OM a tout de même tenté d’inverser la tendance en déposant une plainte devant le tribunal administratif de Lyon, affirme La Provence. L’objet du courroux était l’impossibilité pour l’OM de compter sur ses supporters, et le préjudice «  sportif et commercial » lié à cette absence. Le référé-liberté déposé par le club marseillais a été rejeté faute de preuve, il est vrai qu’il est difficile de prouver que Marseille est moins performant sportivement sans ses supporters. Bien tenté quand même.

 


 

Comparatif de la balance en transferts des Olympique depuis 7 ans

Football365.fr

L’OL revient au Groupama Stadium, dimanche. La dernière visite des Phocéens était pour la finale de la Ligue Europa.

L’OL et l’OM s’opposent mais dans le fond, les deux clubs des choses en commun. Et d’abord cette capacité à animer chaque période nouvelle, sur le marché des transferts. Différemment sur la stratégie, Jean-Michel Aulas a plus de trente années derrière lui, son club est devenu une puissante et séduisante machine qui tourne et progresse. A Marseille, après l’arrivée d’un nouvel actionnaire en août 2016, les efforts se sont d’abord portés vers le recrutement. Dans plusieurs années viendra le bénéfice de la formation sur lequel les Phocéens ont décidé de pointer les efforts. La formation, c’est justement un domaine où l’OL fait référence, en France.


Le mercato de l’OL est positif autant que celui de l’OM est déficitaire


Sur les 7 dernières saisons, depuis l’exercice 2012-2013, la balance en transferts (entre les dépenses et les ventes) est à l’exact opposé d’un club à l’autre. Tandis que l’Olympique Lyonnais est en bénéfice de 130,4 millions d’euros selon les estimations données par la plateforme Transfermarkt, l’OM est à moins 92 millions d’euros, sur la période. Ce grand écart s’est accentué ces deux dernières saison : les deux premières pleines de Frank McCourt et ses collaborateurs, à l’Olympique de Marseille. Alors que l’homme d’affaire américain a naturellement investi pour lancer son nouveau business sur de bons rails, l’OL a rempli les caisses grâce à la valeur ajoutée, de son centre de formation.

 


 

Genesio prêt à changer ses plans face à l’OM ?

Foot01.com

Jean-Michel Aulas l’avait bien fait comprendre : des deux matchs de la semaine de l'Olympique Lyonnais, le plus important était celui contre Marseille ce dimanche.

Le discours n’a bien évidemment pas changé, mais la victoire surprise acquise sur le terrain de Manchester City a totalement fait évoluer la perception entre les titulaires et les remplaçants. Pour le match en Angleterre, Bruno Genesio avait décidé de donner du temps de jeu à des joueurs peu utilisés, comme Pape Diop ou Maxwel Cornet. Ils ont évidemment marqué des gros points.

Et selon Le Progrès, alors que les retours de Tousart et Terrier étaient logiquement attendus pour la venue de l’OM, l’entraineur lyonnais penserait sérieusement à aligner le même onze de départ que celui qui a débuté le match face à City. Seul petit changement possible, le retour de Terrier, qui devait être titulaire en Angleterre, mais a finalement laissé sa place en raison d’une petite gêne musculaire. Quoi qu’il en soit, et il ne s’en plaindra pas, Bruno Genesio peut compter sur des joueurs qui se tirent la bourre pour avoir une place dans le 11 de départ pour le choc de dimanche.

 


 

OL-OM : qui gère le mieux ses matchs d'après Coupe d'Europe?

RMC.fr

L'OL et l'OM s'affrontent dimanche (21h) en clôture de la 6e journée de championnat, à peine quelques jours après avoir disputé leur premier match de Coupe d'Europe. Lors de la saison 2017-2018, Marseille a joué 18 matchs de Ligue 1 trois jours après s'être employé en Ligue Europa, et Lyon 10. Lequel des deux s'en est le mieux sorti?

C'est le choc de cette 6e journée de championnat. Dimanche soir, l'Olympique lyonnais accueille l'Olympique de Marseille au Groupama Stadium, pour un match qui s'annonce déjà décisif pour la course au podium. Et les joueurs des deux équipes devront gérer la fatigue accumulée au cours de la semaine, puisque Lyon a dû s'employer pour créer l'exploit sur la pelouse de Manchester City mercredi (1-2), et que Marseille a fait son entrée en lice en Ligue Europa le lendemain, soldée par une défaite face à l'Eintrach Francfort (1-2).

Des statistiques quasi similaires

Les deux Olympiques, souvent qualifiés en Coupe d'Europe, ont l'habitude de cet enchaînement. Au cours de la saison précédente, Lyon, qui disputait la Ligue Europa, a dû assurer 10 rencontres de championnat trois jours après avoir joué un match européen. L'OM de son côté, qui a été contraint de disputer un tour préliminaire et les barrages de la Ligue Europa, avant de se hisser en finale de la compétition, a dû en gérer 18.

OL-OM : Quand Di Meco craint le coté double-face de l'OL

Et les deux clubs ont des statistiques plutôt positives pour leurs matchs de Ligue 1 d'après Coupe d'Europe. Lyon compte 6 victoires (60%), 3 matchs nuls (30%) et 1 défaite (10%). Marseille comptabilise pour sa part 11 victoires (61,1%), 4 matchs nuls (22,2%) et 3 défaites (16,6%).

L'OM à la peine contre les grosses équipes la saison dernière

Mais quand on rentre dans le détail, on s'aperçoit que l'OM pèche lorsqu'il doit rencontrer des grandes équipes après avoir joué un match de Ligue Europa. Ainsi, ses trois défaites engrangées la saison passée l'ont toutes été contre une grosse écurie.

Marseille s'est incliné à Louis II face à Monaco le 27 août 2017, pour sa plus grosse déconvenue de la saison (6-1), trois jours après avoir dominé le NK Domzale (3-0). Il a également été largement défait sur la pelouse du PSG (3-0) le 25 février 2018, juste après avoir perdu à Braga (1-0). Et surtout, le club sudiste a perdu au Vélodrome contre l'OL (2-3) le 18 mars, après s'être imposé à l'Athletic Bilbao.

Lyon de son côté a accusé son unique défaite sur la pelouse du Parc des Princes (2-0), le 17 septembre 2017, après avoir ramené un match nul de Limassol.

L'OL pourra surtout s'appuyer dimanche sur une statistique infaillible: les Gones n'ont jamais perdu la saison précédente après s'être imposés en Coupe d'Europe. Encore mieux, ces succès européens leur ont donné la motivation d'aller chercher de larges victoires en championnat.

Après leurs 6 succès en Ligue Europa, ils ont remporté 4 victoires et fait 2 matchs nuls. Et parmi ces victoires, on en compte trois sur le score de 5-0: à Troyes le 22 octobre 2017, après avoir gagné à Everton, à Saint-Etienne le 5 novembre, après avoir une nouvelle fois battu Everton, et à Nice le 26 novembre, après avoir pris leur revanche sur l'Apollon Limassol à domicile.

Dans un même temps, l'OM réagit plutôt bien après une défaite en Ligue Europa. L'an passé, le club a empoché 4 victoires, 1 nul et 1 défaite en championnat dans cette configuration. Dont deux succès significatifs: le 1er octobre 2017 à Nice (2-4) après avoir perdu à Salzbourg, et le 5 novembre face à Caen (5-0), après s'être incliné sur le terrain de Vitoria Guimaraes.

Si les statistiques de la saison 2017-2018 donnent donc un léger avantage à l'OL, l'OM a de sérieux arguments à mettre en valeur pour se relever après son revers européen face à Francfort.



Last modified on samedi, 22 septembre 2018 15:42