L'actu du Dimanche 11 Février

Voir aussi... OL - Rennes : L'Avant Match

Malgré la fermeture de leur tribune, les Bad Gones présents contre Rennes

Lequipe.fr

Groupama Stadium, 17 décembre 2017. Les joueurs lyonnais célèbrent leur victoire sur l'OM (2-0) et le 30e anniversaire des Bad Gones. Des fumigènes qui passeront mal à la Ligue...

Une tribune du Groupama Stadium sera vide, ce dimanche soir. Le repaire du Kop Virage Nord et de son association la plus puissante, les Bad Gones, a fait l'objet d'une fermeture pour un match après avoir allumé des fumigènes pour fêter son trentième anniversaire, face à l'OM (2-0), le 17 décembre. Les joueurs et les dirigeants lyonnais ayant également brandi des fumigènes en hommage, Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, fait l'objet d'une enquête de police.

Mais les six mille supporters lyonnais qui occupent généralement la tribune basse, derrière le but, seront au stade, pour la majeure partie d'entre eux. Leurs abonnements seront désactivés mais rien ne leur interdit, à condition de s'acquitter d'un nouveau billet (10 euros), de s'installer dans une autre tribune : ils se regrouperont donc au troisième niveau de la tribune Est, en face de la tribune présidentielle, ce qui changera la géographie des encouragements.

 


 

Les Gones ont réglé un problème qui les plombait depuis des années

Butfootballclub.fr

Après plusieurs années de galère, l’OL est enfin parvenu à esquiver les nombreuses blessures qui frappaient son effectif.

Durant plusieurs saisons, l’OL a été victime d’une malédiction au niveau des blessures : il n’était pas rare qu’une bonne moitié de l’effectif passe par la case infirmerie au cours d’un même exercice. Une période désormais révolue, comme l’a souligné Bruno Genesio en conférence de presse. Il faut dire que le club rhodanien a investi dans du matériel de pointe.


« On insiste beaucoup sur l’entraînement invisible comme la nourriture, le sommeil… »


Le staff lyonnais se montre également bien plus exigeant concernant la « préparation invisible », c’est-à-dire l’hygiène de vie des joueurs.

« Il y a eu beaucoup d’amélioration dans le travail de prévention, on a beaucoup investi sur des méthodes de récupérations comme la cryothérapie. On insiste beaucoup sur l’entraînement invisible comme la nourriture, le sommeil… On répète les choses et ça rentre dans les têtes. C’est un ensemble de choses qui font qu’il y ait moins de blessures musculaires. Il y a un travail personnalisé de renforcement. »

Des méthodes dont ferait bien de s’inspirer l’ASSE, elle aussi confrontée à une véritable hécatombe depuis la saison dernière…

 


 

L’OL a grillé tous ses jokers et n’a plus le droit à l’erreur

Football365.fr

L’Olympique Lyonnais accueille le Stade Rennais, ce dimanche (21h00). Après deux défaites consécutives en championnat (3-2 contre Monaco et 3-1 contre Bordeaux), l’OL doit impérativement se ressaisir pour rester dans le bon wagon dans la course à la deuxième place.

Deux revers consécutifs. L’Olympique Lyonnais n’avait encore jamais connu cela depuis le début de l’exercice 2017-18. Défaits à Bordeaux (3-1) puis à Monaco (3-2) et après une qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France (1-2 contre Montpellier), les Gones retrouvent leur antre du Groupama Stadium pour la réception de Rennes, ce dimanche (21h00), à l’occasion de la 25eme journée de Ligue 1. Impérial à l’extérieur avant cette série négative, l’OL compte désormais sur un retour à la maison pour engranger de la confiance et les points qui vont avec. Les Rhodaniens auront surtout à cœur de profiter du petit coup d’arrêt subi par Marseille à Saint-Etienne (2-2), ce vendredi, afin de se rapprocher d’un de ses adversaires directs pour la place de dauphin du PSG.


Cornet : « On a perdu mais il ne faut pas tout remettre en cause »


Dans son jardin, Lyon n’a plus subi le moindre revers depuis le 29 novembre dernier (1-2 contre Lille). Une dynamique sur laquelle le club rhodanien tentera de surfer au moment de se confronter à la formation bretonne. Présent en conférence de presse ce vendredi, l’attaquant lyonnais Maxwel Cornet (21 ans) s’est montré plutôt confiant quant à la suite des événements : « On n’a pas grillé nos jokers. On a perdu mais il ne faut pas tout remettre en cause, notamment ce qu’on a pu faire avant. On est sur une bonne dynamique. On a renoué avec la victoire. On ne regarde pas forcément les autres équipes ». Meilleure équipe du championnat à l’extérieur à l’aube de la 23eme journée, l’OL s’est donc écroulé sur ses deux dernières sorties.


Genesio : « Le problème, c’est le rythme de vie »


Pour Bruno Genesio, l’explication est toute trouvée : « On a joué 11 matchs à l’extérieur sur les 14 derniers toutes compétitions confondues. Ce n’est pas le fait de jouer à l’extérieur qui est un problème, c’est le rythme de vie. C’est plus compliqué pour la répétition et pour enchaîner des performances de haut-niveau. Cette lassitude peut aussi expliquer qu’on ait été moins bien à Bordeaux ». En attendant, le coach rhodanien pourra, une nouvelle fois, compter sur un effectif presque au complet, de quoi aborder cette rencontre capitale dans les meilleures conditions possibles. Avec forcément dans un coin de la tête, un certain 16eme de finale aller de Ligue Europa (jeudi 21h05) contre Villarreal…

 


 

Gourcuff absent du groupe à Lyon

Topmercato.com

Malade, Yoann Gourcuff ne figure pas dans le groupe du Stade Rennais, en déplacement ce dimanche à Lyon dans le cadre de la 25e journée de Ligue 1. Ludovic Baal et Benjamin André manquent aussi à l'appel. Edson Mexer, Mehdi Zeffane et Brandon Thomas sont de retour.

 


 

Pourquoi Lucas Tousart est indispensable à l'OL

Goal.com

Titulaire depuis le début de la saison, Lucas Tousart s'est imposé comme un cadre en puissance de l'OL. Sur le terrain, son apport est essentiel.

Le départ de Maxime Gonalons au mois de juin dernier avait libéré la place sur le terrain pour Lucas Tousart dont la montée en puissance était programmée. L'ancien joueur de Valenciennes, qui jouait tout de même l'essentiel de ses matches titulaire la saison passée, occupe désormais seul la place de numéro 6. Car dans l'effectif de Bruno Génésio, l'unique sentinelle de métier qui pourrait se poser en alternative se nomme Elisha Owusu (20 ans), capitaine de la réserve. Dans un double pivot au sein d'un 4-2-3-1 très offensif ou dans le 4-3-3 plus utilisé ces dernières semaines, le rôle de Lucas Tousart est essentiel. D'autant que, en plus du profil singulier qu'il possède, l'international Espoirs français se distingue aussi par un rôle de leader qu'il assume naturellement du haut de ses 20 ans.

Au coeur de la préparation estivale, Lucas Tousart avait eu le plaisir de se voir nommer parmi les "joueurs référents" du vestiaire qui tous les mois rencontrent Bruno Génésio en réunion pour remonter les informations du groupe. Un statut qu'il honore dans un vestiaire d'internationaux grâce à une mentalité de leader également transmise sur le terrain. Dans une équipe très offensive, des latéraux aux créateurs en passant par les ailiers, le numéro 29 lyonnais veille à l'équilibre souvent rendu précaire par les caractéristiques de ses coéquipiers. "Dans le système et l’animation utilisée par Bruno Génésio il tient une place prépondérante. C’est un joueur qui a cette capacité à être la clé de voute de l’organisation d’une équipe", analyse Ludovic Batelli, son ancien sélectionneur chez les U19 français. Un travail de l'ombre qui se traduit majoritairement en couverture et en courses de compensation.

Aux cotés d'Houssem Aouar, de Tanguy Ndombélé ou de Nabil Fekir qui manient davantage le ballon pour le porter chez l'adversaire, Lucas Tousart permet donc à ses coéquipiers de s'exprimer tout en prévenant les contre-attaques adverses. Un domaine où il peut parfois se sentir esseulé mais dans lequel il excelle grâce à des qualités qu'il faut savoir apprécier. "Il a un sens du placement aiguisé et une lecture du jeu très poussée qui lui permettent d’être toujours au bon endroit au bon moment pour couper les trajectoires et les lignes de passes adverses, reprend Ludovic Batelli. Grâce à ses qualités athlétiques, il court beaucoup et gagne aussi beaucoup de duels. Pour moi sa qualité première est de bien identifier les couloirs de jeu utilisés par l’adversaire et de les bloquer."

L'influence de Lucas Tousart sur le jeu lyonnais est facilement mesurable lorsque l'équipe adverse possède le ballon, s'invite dans la moitié de terrain et presse haut sur le porteur. Le milieu rhodanien peine toutefois plus à s'exprimer lorsque l'OL fait face à une équipe regroupée, aux lignes serrées et ordonnées pour contrer les offensives. Même si Bruno Génésio rappelait mardi dernier en conférence de presse que plus de courses et de mouvements dans la profondeur aideraient à trouver des solutions, Lucas Tousart, lui, ne joue pas comme un poisson dans l'eau et multiplie les passes latérales lorsque la configuration se présente.

Un axe de progression identifié par le joueur qui évolue dans le bon sens selon Ludovic Batelli. "Je trouve qu'il devient intéressant dans la transition parce qu’il arrive à trouver la bonne première passe à la récupération. Le fait d’enchaîner les matches lui a permis de progresser techniquement et tactiquement mais surtout, je trouve qu’il s’est affiné physiquement ce qui lui a permis d’augmenter sa vitesse d’exécution". Même s'il ne parvient pas toujours à jouer le rôle de meneur de jeu reculé, le récupérateur n'en reste pas moins essentiel face aux équipes qui contrent. Face au Stade Rennais de Sabri Lamouchi qui met de la densité dans l'entrejeu et utilise la vitesse de ses ailiers, Lucas Tousart aura bien l'occasion de le prouver.

 


 

Rafael veut des titres et vite avec l'OL !

Foot01.com

Même s'il est encore forfait pour la réception de Rennes, ce dimanche soir au Groupama Stadium, Rafael sera bien présent dans les tribunes afin de soutenir ses coéquipiers lyonnais. Malgré sa grosse expérience, le défenseur brésilien est toujours aussi motivé, et il ne le cache pas, il n'a pas l'intention d'enchaîner des saisons sans aucun titre à l'Olympique Lyonnais. Se confiant sur le site de l'OL, Rafael est clair, il veut des trophées et vite.

« À terme, il faut qu’on atteigne notre objectif en championnat et qu’on fasse quelque chose en Europa League. Après, la Coupe de France reste la compétition la plus facile à gagner dans le sens où c’est plus rapide d’aller au bout. Mais si je devais choisir entre les trois, je préfèrerais plutôt remporter la Coupe de France et l’Europa League (rires). C’est normal, en tant que joueur on veut gagner des titres. C’est difficile mais on peut y arriver. J’ai gagné beaucoup de trophées quand j’étais à Manchester et j’ai eu cette envie dès mon arrivée à l’OL. Je savais avant de venir ici que l’OL avait remporté pas mal de titres et on a la possibilité de le faire cette saison aussi. Ce qu’on peut me souhaiter ? Un titre. Ça fait deux ans et demi que je suis ici, j’ai tellement envie d’en gagner un avec l’OL… », prévient très clairement l'ancien joueur de Manchester United, déterminé à remettre l'Olympique Lyonnais en haut de la hiérarchie au moins dans une des trois compétitions dans lesquelles l'OL est encore en course à ce stade de la saison.

 

 

Voir aussi... OL - Rennes : L'Avant Match

 

Last modified on dimanche, 11 février 2018 13:45