L'actu du Dimanche 24 Décembre

Une offre colossale pour Geubbels, Aulas sort les crocs !

Foot01.com

Agé de 16 ans, William Geubbels s'est fait connaître de la Ligue 1 depuis le début de la saison, car même si l'attaquant lyonnais a eu un temps de jeu réduit, il est devenu l'un des plus jeunes footballeurs à avoir débuté en Europa League, c'était face à Bergame il y a quelques semaines. Et déjà plusieurs clubs tournent autour de William Geubbels, et notamment le Bayern Munich, qui a bien compris que le jeune lyonnais hésitait encore à signer son premier contrat professionnel avec l'OL.

Récemment, l'Olympique Lyonnais a reçu des offres supérieures à 10ME, ce qui est évidemment énorme pour un joueur de cet âge. Alors, quand L'Equipe l'interroge sur le cas de son attaquant, Jean-Michel Aulas affirme être optimiste, tout en se faisant légèrement menaçant. « Je n’ai pas d’inquiétude. J’ai toute confiance en Willem, qui m’a dit les yeux dans les yeux qu’il voulait rester, en son papa et en son avocat. Ça serait contre-nature pour lui d’aller ailleurs. L’objectif est de réussir une carrière professionnelle. Et objectivement, on a de meilleurs arguments que ceux qu’ils pourraient trouver ailleurs. Au sein du modèle lyonnais, les jeunes peuvent être bien formés et peuvent ensuite jouer. La deadline est fixée au 31 janvier. Je n’y pense pas à l’instant T mais s’il faut faire un exemple, dans un sens ou dans l’autre, on le fera. Soit en le gardant, en lui faisant un contrat sur mesure, soit en le cédant. Car, dans la stratégie qui est la nôtre, on ne peut pas, pour des raisons financières, ébranler l'“académie” et l’institution. C’est un dossier que je suis personnellement car je le trouve passionnant », confie, dans le quotidien sportif, le président de l'Olympique Lyonnais, conscient qu'il y a évidemment du danger dans le dossier Geubbels.

 


 

Génésio revient sur la polémique Fekir

Maxifoot.fr

Le 5 novembre dernier, l'attaquant Nabil Fekir (24 ans, 16 matchs et 13 buts en L1 cette saison) avait créé la polémique en brandissant son maillot vers les tribunes pour célébrer le 5e but de la démonstration de l’Olympique Lyonnais (5-0) sur la pelouse de l’AS Saint-Etienne. Avec du recul, l’entraîneur rhodanien, Bruno Génésio, estime que cette affaire ne méritait pas de prendre une telle ampleur.

"En revoyant ce qui s’est passé, j’ai compris qu’en marquant à ce moment-là, on est dans un état second. Finalement, il n’y avait rien de méchant, de provocateur, d’agressif. (…) C’est juste le délire d’un mec qui marque le cinquième but d’un derby historique et dont les émotions prennent le pas sur le reste, a défendu le technicien lyonnais dans les colonnes du Progrès. C’est indescriptible pour des gens qui n’ont jamais vécu cela. Il l’a fait de manière tellement inconsciente qu’il n’a pas pensé qu’il avait déjà deux cartons jaunes, et qu’en enlevant son maillot, il serait suspendu. Il a oublié ce que cela impliquait, et après coup, j’ai trouvé toutes ces critiques un peu déplacées."

Après l’avoir convoqué, la Commission de discipline de la LFP avait décidé d’abandonner les charges à l’encontre du Gone.

 


 

Aulas répond sèchement à Eyraud !

Maxifoot.fr

Samedi, le président de l’Olympique de Marseille, Jacques-Henri Eyraud, a laissé entendre que l’Olympique Lyonnais était favorisé par l’arbitrage (voir ici). Sans surprise, ces propos n’ont absolument pas été du goût de son homologue rhodanien, Jean-Michel Aulas, qui l’a remis en place sur Twitter.

"Ce n'est pas très fair-play d'attaquer l'OL quand on a perdu sur le terrain. On signe tous une charte d'éthique et de non-agression et on vient copier ses prédécesseurs (présidents de l'OM) pour exister ? Je te rassure J-H je continuerai de te soutenir à la LFP et à l'UEFA, a d’abord glissé Aulas. Quant aux raisons du + grand nombre de penalties en faveur de l'OL, tous les connaisseurs savent que l'OL attaque + que l'OM, de grâce ne suspecte pas les arbitres ils ne le méritent pas et le foot français n'a pas besoin de cette rengaine étriquée et erronée. Alors ne nous plaignons plus et occupons-nous de nos supporters plutôt que les critiquer ! L'OM a besoin d'eux pour grandir."

Jusqu’à présent en bons termes avec Eyraud, Aulas n’avait rien vu venir.

 


 

Riolo traite Eyraud de « chialeur démagogue »

Foot01.com

Dans un très long entretien accordé samedi à L'Equipe, Jacques-Henri Eyraud a longuement attaqué l'Olympique Lyonnais, ses joueurs, ses supporters et plus généralement le patron de l'OM a expliqué qu'il y avait de nombreux freins au développement de Marseille. De quoi faire rire et agacer en même temps Daniel Riolo, lequel estime que Jacques-Henri Eyraud tire sur de vieilles ficelles afin de faire croire à un complot anti-OM, une thèse qu'il sait très populaire chez certains fans de l'Olympique de Marseille.

Pour le journaliste de RMC, le président phocéen a cependant dépassé les bornes et s'est légèrement ridiculisé. « ITW d’Eyraud. Ok donc l’OM c’est devenu le Ouin Ouin Project ! ? (...) Il ne defend rien du tout justement. Il chouine et fait de l’Om une pleureuse avec un discours demago usé et entendu mille fois. Résultat pour l’image ? Neant », explique Daniel Riolo, clairement étonné que Jacques-Henri Eyraud puisse s'appuyer sur de tels propos pour plaider la cause de l'Olympique de Marseille, alors que les résultats de l'OM sont plutôt bons depuis le début de la saison.

 


 

N'empêche, cet achat XXL du mercato est une énorme affaire

Foot01.com

Lorsque l'Olympique Lyonnais a déboursé 8ME pour faire venir Mariano Diaz du Real Madrid, nombreux sont ceux qui ont douté du choix fait par le club rhodanien pour remplacer Alexandre Lacazette. Car cet effort financier fait pour l'attaquant de 24 ans, pas vraiment connu, pouvait sembler colossal. Cependant, cinq mois plus tard, il est évident que l'OL a fait une très belle opération, Mariano Diaz étant troisième du classement des buteurs de Ligue 1 à égalité avec Nabil Fekir et devant un certain...Neymar.

Un sacré bilan pour un joueur à part et qui peut paraître agaçant compte tenu de son jeu très individualiste. Mais pour Bruno Genesio, Mariano Diaz est incontestablement un attaquant de très haut niveau. « Si Mariano est la recrue qui m’a le plus étonné ? Oui, mais avec aussi Marcelo, qui est entré dans le groupe comme s’il était là depuis très longtemps, et s’est imposé comme un patron. Mariano, lui, est surprenant dans ses stats. Marquer 13 buts, sans tirer les penalties, ça veut dire qu’il pourrait en être à 17 ou 18 aujourd’hui, juste derrière Cavani. Il est encore à 24 ans un jeune joueur et ce qu’il fait est remarquable. Il arrivait derrière Alex Lacazette. Il fallait assumer, et il l’a fait. Cela prouve que c’est un très bon joueur et qu’il a un vrai mental. Son côté individualiste ? C’est un profil d’attaquants différent de ce qu’on a connu à Lyon ces dernières années. Mais je trouve qu’il fait énormément d’efforts et de progrès. Et puis, qu’est-ce qu’on demande d’abord à un attaquant ? Marquer, et lui, il est d’une adresse et d’une efficacité peu communes », fait remarquer, dans Le Progrès, l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, conscient d’avoir un bel atout dans les mains avec Mariano Diaz.

 


 

Marçal a un rival dans le vestiaire et il adore ça !

Foot01.com

Arrivé l'été dernier dans la peau d'un titulaire à l'Olympique Lyonnais, Fernando Marçal doit cependant composer avec la concurrence de Ferland Mendy. Ce qui n'est pas un problème, bien au contraire.

Première recrue du mercato estival de l'OL, Fernando Marçal a connu des débuts mitigés. Titulaire en début de saison, l'ancien Guingampais a ensuite été doublé par Mendy en septembre avant de retrouver un rôle central depuis le mois d'octobre. Au final, le Brésilien a bien plus joué que son concurrent, avec 1 372 minutes de jeu toutes compétitions confondues contre 936 pour Mendy. Grâce à ses bonnes prestations, et notamment ses deux passes décisives contre Troyes et Metz en Ligue 1, le latéral de 28 ans a donc pris le dessus sur le jeune gaucher de 22 ans dans l'esprit de Bruno Genesio. Mais il sait que rien n'est jamais figé pour autant.

« Franchement, cette concurrence, c’est plutôt une bonne chose. Elle est nécessaire dans un club comme l’OL et pas seulement pour les latéraux, mais pour tous les postes. Et puis cela permet de toujours se surpasser, de tirer le maximum de son potentiel. C’est sain, car cela porte ses fruits au niveau des résultats de l’équipe. Une trace à l’OL ? Je veux laisser l’image d’un joueur qui travaille énormément, qui donne tout à chaque fois. Je vous ai parlé des messages que je reçois de supporters de Guingamp, j’aimerais recevoir les mêmes de Lyonnais. Être respecté, c’est quelque chose d’important. Humainement, j’espère qu’on dira que je suis quelqu’un de joyeux et sympathique », a lancé, sur le site Olympique et Lyonnais, Marçal, qui doit encore améliorer quelques points faibles, comme « l'agilité », pour franchir un cap à Lyon. Et la concurrence de Mendy va donc l'aider dans cette quête de perfection.



Last modified on dimanche, 24 décembre 2017 15:56