L'actu du Mercredi 1er Avril

L'actu du Mercredi 1er Avril

Une incroyable bataille derrière le transfert de Reine-Adelaïde

Foot01.com

L’été dernier, l’OL a réalisé l’une des très belles opérations durant le mercato en s’attachant les services du très prometteur Jeff Reine-Adelaïde contre 25 ME en provenance d’Angers.

Certes, le prix d’achat est très élevé mais au vu du potentiel de l’international espoir français, l’Olympique Lyonnais a certainement réalisé un très gros coup. D’autant plus que dans ce dossier, Lyon était confronté à une rude concurrence, notamment celle de l’AS Monaco. Avant que le transfert finisse par aboutir avec Lyon, le joueur était d’ailleurs plus proche de la Principauté comme l’a raconté le journaliste Romain Molina dans l’une de ses vidéos sur YouTube. Mais d’après l’insider, c’est parce que Jorge Mendes était inclus dans le deal de Jeff Reine-Adelaïde à Monaco que le joueur n’a finalement pas pris la direction du Rocher. Une aubaine dont Jean-Michel Aulas a immédiatement profité afin de boucler l’opération et s’attacher les services du joueur, actuellement indisponible en raison d’une blessure aux ligaments croisés.

« Olivier Pickeu a essayé d’intégrer Jorge Mendes sur le deal de Jeff Reine-Adelaïde. Ils ont été sur quelques deals ensemble (Mendes et Pickeu). Officiellement, il était mandaté pour envoyer Reine-Adelaïde à Monaco. Or aujourd’hui, Jorge Mendes ne met plus les pieds à Monaco. La preuve, l’ASM a négocié le départ de Falcao à Galatasaray sans faire intervenir Jorge Mendes alors qu’il s’agit pourtant de l’agent du Colombien. Je ne sais pas grâce à qui, mais Jorge Mendes est finalement rentré à Monaco cet été alors qu’il était black-listé. Ils ont essayé de boucler le deal de Jeff Reine-Adelaïde à l’ASM mais quand l’état-major monégasque s’est aperçu que Jorge Mendes était dans le deal, ils ont fait une offre salariale dégueulasse à Reine-Adelaïde pour dire en gros, s’il y a Jorge Mendes on ne fait pas le deal. Et c’est pour ça que le deal n’a pas abouti et que finalement, le président Chabane a bouclé lui-même le dossier avec Jean-Michel Aulas pour Lyon » a raconté Romain Molina, pour qui Jeff Reine-Adelaïde était véritablement tout proche de s’engager avec l’AS Monaco avant de poser ses valises dans le Rhône.

 


 

Gonalons toujours amoureux du club

Maxifoot.fr

Parti à l’été 2017, Maxime Gonalons (31 ans, 24 matchs et 1 but toutes compétitions cette saison) reste le premier fan de l’Olympique Lyonnais. Le milieu de terrain prêté à Grenade par l’AS Rome a évoqué son amour du club rhodanien, où il a évolué durant 8 saisons.

"Les gens qui me connaissent savent l'importance que j'ai pour ce club et tout l'amour que j'ai pour l'OL. Je les suis depuis que je suis parti. J'ai souvent des gens du club au téléphone, que ce soit des joueurs ou des membres de l'effectif, ou des gens du club parce que j'ai passé 17 ans incroyables à l'OL. Maintenant, j'ai fait mon chemin et j'ai connu deux autres championnats étrangers dans lesquels j'ai vécu de grands moments. On verra ce que me promet l'avenir, en tout cas je prends beaucoup de plaisir à vivre ce que je vis aujourd'hui", a indiqué le natif de Vénissieux pour L’Equipe du Soir.

 


 

Un avocat règle cash le dossier Yanga-Mbiwa

Foot01.com

En raison de l’épidémie de coronavirus, les différents championnats dont la Ligue 1 se termineront sans doute après la date butoir du 30 juin.

Cela change beaucoup de choses pour les clubs et pour les joueurs, dont certains seront en fin de contrat le 30 juin prochain. C’est notamment le cas de Cavani au PSG… et de Yanga-Mbiwa à l’OL. Mais pour l’heure, le flou règne encore sur les éventuels avenants qui pourraient permettre aux clubs de prolonger les joueurs en fin de contrat pour quinze jours ou un mois. Comment s’articuleront-ils et seront-ils obligatoires, que ce soit pour les joueurs ou pour les clubs ? Interrogé par So Foot, l’avocat spécialisé en droit du sport Julien Plancque a répondu à la question. Et ses propos vont rassurer Jean-Michel Aulas, lequel n’a certainement aucunement l’intention de prolonger Yanga-Mbiwa, un joueur au salaire imposant et qui ne bénéficie d’aucun temps de jeu cette saison.

« Ce sera uniquement une question de gestion d’effectif : le club a-t-il besoin de trois ou quatre semaines de plus d’un joueur dont le contrat devait initialement expirer au 30 juin ? Ce sera du cas par cas. Quant aux joueurs, ils pourront toujours refuser cette prolongation, pour quelque raison que ce soit, qu’ils se soient engagés ailleurs ou non, qu’ils soient en mauvais termes ou non avec leur club » a indiqué cet avocat spécialisé. Voilà qui rassurera donc l’Olympique Lyonnais en raison de la situation de Mapou Yanga-Mbiwa. Le 30 juin prochain, Marseille sera également confronté à un cas similaire avec Grégory Sertic, lequel n’a jamais été utilisé par André Villas-Boas depuis le début de la saison et qui, comme le défenseur de l’OL, arrive en fin de contrat.

 


 

Tatarusanu : « Passer au plus vite cette période »

OL.fr

Le portier de l’OL s’est exprimé sur ses occupations du moment. Ciprian Tatarusanu profite notamment de cette période sans football pour passer du temps avec sa famille et ses enfants.

Confinement et travail

« Ce n’est pas facile de rester toute la journée à la maison. Je respecte le confinement pour passer le plus vite possible cette période. Je reste avec ma famille. Le staff a envoyé un programme pour toute la journée. Il y a notamment les choses normales qu’on fait d’habitude chaque jour avant l’entraînement. »
 
Tes occupations

« Je suis ce programme et je fais en plus des activités avec mes enfants dans le jardin. Quand je peux, je fais un petit tour de vélo. Je regarde aussi des documentaires, dont un sur la nutrition notamment, et je suis la série House of Cards. En ce moment, je lis Sapiens : une brève histoire de l’humanité. »
 
Un message aux supporters

« J’espère que les supporters vont bien. Il faut essayer de rester à la maison pour passer le plus vite possible à autre chose. »

 


 

Aulas écoeuré par cette « saloperie de coronavirus » qui a tué Pape Diouf

Foot01.com

Même s'ils s'étaient opposés verbalement, Jean-Michel Aulas et Pape Diouf avaient un profond respect l'un pour l'autre. Et forcément, le patron de Lyon est sidéré par le décès de l'ancien boss de l'OM.

Lorsque les deux étaient en même temps en poste, quelques flèches avaient été lancées entre Jean-Michel Aulas et Pape Diouf, mais toujours avec de l'élégance et du verbe. Et une fois qu’il avait quitté ses fonctions à l’Olympique de Marseille, Pape Diouf avait reconnu qu’il appréciait de croiser le fer avec le patron de l’OL. Mais ce mercredi, Jean-Michel Aulas ne cache pas sa désolation après avoir appris la mort de Pape Diouf, emporté par le coronavirus. Et JMA de rappeler la relation amicale qu’il avait avec celui qui s’est éteint mardi soir au Sénégal.

S’exprimant dans La Provence, Jean-Michel Aulas ne masque pas sa désolation. « C’est une immense tristesse. Pape était le président d’un club opposant, il y avait de la rivalité, mais c’était un président respectable parce que c’était un mec bien. C’était quelqu’un qui s’engageait à 100 % pour son club, avec l’expérience du football et on s’en rend compte aujourd’hui, c’est ce qui manque le plus aux dirigeants. Il était respecté car il était respectable pour tout ce qu’il a fait. Je perds quelqu’un que j’appréciais beaucoup, qui était devenu une relation, presque un ami. On s’est téléphoné à plusieurs reprises, on s’envoyait des messages (…) C’est d’une tristesse absolue. Ce coronavirus est une saloperie et il faut que le football ne veuille pas redémarrer trop vite non plus. On se rend compte qu’il y a une responsabilité des hommes sur la vie. C’est très triste de voir partir quelqu’un comme Pape. C’était vraiment quelqu’un de très bien. Je n’ose pas dire que je l’aimais beaucoup, mais c’est vrai », explique le président de l’Olympique Lyonnais.

 


 

Ligue 1 : une reprise anticipée et un nouveau calendrier fixé ?

Butfootballclub.fr

Si la pandémie du coronavirus n’a pas encore atteint son pic en France, l’hypothèse d’une reprise anticipée des sports est évoquée en coulisses. Le football en fait partie.

Il ne faut surtout pas crier victoire trop vite. Non, la pandémie du coronavirus fait et fera encore des ravages en France. Le confinement est plus que jamais d’actualité, et plus il sera respecté par les citoyens, plus efficace sera l’éradication de la maladie.

Avec ce constat, les premiers effets positifs du confinement apparaissent déjà dans le pays. Au point que L’Équipe fait savoir que l’hypothèse d’une reprise des entraînements pourrait être étudiée en détails si un calendrier de sortie de crise se dessine un peu plus clairement. Par exemple, on pourrait partir sur un confinement sur le lieu d’entraînement de chaque club. « Si une telle mesure devait être mise en place, joueurs, staff, personnel médical, administratif, d’entretien et autres cuisiniers devraient être parfaitement identifiés et localisés, explique le quotidien sportif. On peut même imaginer qu’ils seraient tous testés avant de se réunir afin d’éviter un potentiel foyer de contagion. »

Selon des informations du Corriere della Sera – confirmées par Le Parisien – l’UEFA envisage d’annoncer ce mercredi que la date de clôture des compétitions domestiques et des Coupes nationales sera reportée (au moins) au 31 juillet. L’UEFA devrait bien exposer trois options pour la suite des événements. La première, qualifié de « très optimiste » prévoit un redémarrage mi-mai. Elle permettrait à tous les championnats nationaux, Coupes nationales et Coupes européennes ainsi que les matches internationaux de se terminer au 30 juin. Cela impliquerait que les clubs reprennent leurs activités au plus vite. Le deuxième plan, jugé « un peu plus réaliste », tablerait sur une reprise des compétitions fin mai ou début juin. Et le troisième, enfin, avant l’été : le 21 juin.

 


 

Les 3 lyonnais aux stats révélatrices

Opta via Twitter

 

 

 

Last modified on mercredi, 01 avril 2020 13:09