L'actu du Dimanche 1er Décembre

L'actu du Dimanche 1er Décembre

Voir aussi... Strasbourg 1-2 OL : L'After

Le verdict est tombé pour Dubois

Maxifoot.fr

Dans son malheur, Léo Dubois (25 ans, 18 matchs toutes compétitions cette saison) a très certainement appris une "bonne nouvelle" ce dimanche matin. Entré en jeu puis rapidement sorti contre Strasbourg (1-2), samedi en Ligue 1, le latéral droit de l'Olympique Lyonnais, touché au genou gauche, ne souffre pas d'une rupture des ligaments croisés, comme le craignait son staff, mais d'une lésion au ménisque. Un pépin physique qui va l'écarter des terrains au moins jusqu'à la trêve hivernale mais qui ne remet pas en cause sa possible participation au prochain Euro.

 


 

Les deux joueurs qui ont marqué des points à Strasbourg

Footradio.com

Trois jours après son revers contre le Zenit en Ligue des Champions, l’Olympique Lyonnais a retrouvé le chemin de la victoire à Strasbourg (2-1). Grâce à plusieurs joueurs.

Avec les absences de Memphis Depay, Houssem Aouar, Thiago Mendes et Fernando Marçal, Rudi Garcia a dû bricoler un peu son effectif pour coucher un onze de départ sur la feuille de match en Alsace. En conservant son 4-2-3-1, le technicien français a donné les clés du jeu à Reine-Adélaïde, positionné en numéro 10 derrière Dembélé. Avec une certaine réussite puisque l’international espoirs a offert la victoire à son équipe à la 75e minute de jeu. Mais dans cette rencontre, d’autres joueurs de l’OL ont brillé. Maxwel Cornet en tête, lui qui a marqué un but et délivré une passe décisive depuis son côté droit. S’il a tenu à souligner l’apport de l’attaquant ivoirien, Nicolas Puydebois a aussi apprécié la première prestation du jeune Maxence Caqueret en Ligue 1.


Cornet et Caqueret sont au rendez-vous


« Les Tops ? Maxwel Cornet d’abord. Attaquant lyonnais le plus remuant, il a marqué le premier but et délivré une passe décisive pour Jeff Reine-Adélaïde. Généreux dans l’effort sur le plan défensif, il a fait du Cornet, parfois brouillon, parfois brillant. Il a réussi une bonne performance en Alsace. Puis Maxence Caqueret. Il a mis dix minutes à rentrer dans cette rencontre, puis il a montré qu’il était une alternative crédible dans ce milieu de terrain lyonnais. Sa vision du jeu, sa justesse technique et sa qualité de passe sont des atouts importants pour la fluidité du jeu lyonnais », a constaté le consultant, pour qui la défense des Gones a une nouvelle fois failli, de Kenny Tete à Youssouf Koné en passant par Marcelo… Un problème défensif à régler au plus vite si l’OL veut atteindre ses objectifs cette saison.

 


 

Aulas répond sèchement aux critiques et se dit "insatisfait de l’arbitrage"

RMC.fr

Après la victoire de l’Olympique Lyonnais à Strasbourg (1-2) samedi lors de la 15e journée de Ligue 1, le président des Gones, Jean-Michel Aulas, a affiché sa satisfaction et répondu aux critiques des détracteurs de son club. Il s’est aussi plaint de l’arbitrage.

L’OL s’est remis sur de bons rails samedi soir à Strasbourg. Pour son retour à la Ligue 1 après un déplacement éprouvant et infructueux sur la pelouse du Zénith Saint-Pétersbourg (2-0) mercredi en Ligue des champions, l’Olympique Lyonnais a signé un deuxième succès consécutif en championnat contre le club alsacien (2-1). Une victoire d’autant plus savoureuse que les Gones étaient menés au score.


La réponse virulente de JMA aux "commentateurs"


"On repart encore avec plusieurs blessés (notamment la blessure sérieuse de Dubois, ndlr), mais la capacité de l'équipe à exprimer des choses que nous souhaitions qu’elle exprime nous fait vraiment chaud au cœur, a déclaré après la rencontre le président Jean-Michel Aulas au micro d’OLTV. J'imagine que les commentateurs qui n'avaient de cesse de nous enfoncer et dire qu'on n’avait pas de caractère, pas de talent et que les dirigeants étaient des pignoufs doivent, ce soir (samedi), réviser leurs jugements parce qu'on a vu une belle équipe qui avait joué trois jours avant, même deux jours car nous sommes tous rentrés exténués de Saint-Pétersbourg."


"Rudi Garcia fait du très bon boulot"


En Alsace, JMA a aussi tenu à souligner le travail de son entraîneur sur son groupe : "Rudi Garcia fait du très bon boulot. Les joueurs ont su se surpasser individuellement pour créer la dynamique collective qui fait qu’à un moment donné, si un joueur se surpasse, le deuxième aussi, le troisième aussi et tout le groupe apporte une réponse positive."


"On va regarder en détail toutes les vidéos depuis le début de saison..."


Moins positive est en revanche l'opinion de Jean-Michel Aulas sur le traitement des arbitres à l’égard de son équipe depuis le début de la saison: "On est insatisfait de l’arbitrage. Je ne veux pas parler de l'arbitrage en général. J'ai relevé un certain nombreux d’erreurs et je sais que quand on est dirigeant, on ne doit pas montrer du doigt ceux qui se trompent à partir du moment où ils sont en noir. Ceci étant dit, il y a un état d'esprit contre l'OL qui nous rend véritablement perplexe. On va regarder en détail toutes les vidéos depuis le début de saison, mais j'ai le sentiment, et Juninho me l’a confirmé, qu’il y a un sujet qu'il faut que je prenne à bras-le-corps. C'est trop facile de dire que l'OL était avantagé avant alors qu’il est désavantagé aujourd'hui."

 


 

Vidéo : le superbe doublé de Cherki avec la réserve face à l’OM

RMC.fr

Le jeune attaquant de l’Olympique Lyonnais, Rayan Cherki, 16 ans, a été le grand artisan de la victoire de l’équipe réserve face à l’OM (2-0), samedi à Lyon dans le cadre de la 13e journée de N2.

Un choc en National 2. Samedi, pendant que l’Olympique Lyonnais réalisait un joli coup en s’imposant à Strasbourg (2-1) en Ligue 1, l’équipe réserve a dominé l’Olympique de Marseille 2-0 au Groupama OL Training Center. Un succès qui porte la griffe de son jeune et talentueux attaquant, Rayan Cherki. Agé de 16 ans, celui compte déjà deux apparitions en Ligue 1 et une en Ligue des champions mercredi face au Zénith Saint-Pétersbourg a inscrit les deux buts de la victoire. Et pas n’importe comment.


L'OL dépasse l'OM au classement


Après la pause, il transforme magistralement un coup franc d’une frappe enroulée du pied droit avant de tromper la vigilance marseillaise d’un tir croisé du gauche dans la surface. Grâce à son numéro 10, Lyon, 8e avec un match en moins, dépasse l’Olympique de Marseille, 11e dans un groupe D dominé par le RC Grasse.   

 

 


 

Garcia à nouveau brocardé pour sa gestion de Reine-Adelaïde

Butfootballclub.fr

Le milieu offensif Jeff Reine-Adelaïde a inscrit le but de la victoire de l’OL hier à Strasbourg (2-1). Ce qui a fait sourire certains journalistes vu la façon dont Rudi Garcia l’a traité depuis son arrivée.

Il y a peu, l’Olympique Lyonnais serait reparti avec un seul point de la Meinau. Mais hier, c’est victorieux qu’il a quitté l’enceinte du RC Strasbourg. La différence ? Cette fois, Jeff Reine-Adelaïde a été laissé sur le terrain jusqu’au bout par Rudi Garcia et c’est lui qui a inscrit le deuxième but des siens à la 75e.

On se souvient que lors des premiers matches de Garcia sur le banc, l’ancien Angevin avait été « sacrifié » par son coach, soit parce que son équipe était dominée (à Marseille, sorti à la mi-temps), soit parce qu’elle était en infériorité numérique (contre Nice, remplacé en première période). De ces deux cas est née une sorte d’incompréhension, dont ont profité certains journalistes. Ainsi, le journaliste de France Football Nabil Djellit s’est montré grinçant hier soir dans son analyse de la partie :

« Face à Strasbourg, l’OL a fait le job après un match compliqué contre le Zénith Saint-Péterbsourg. Maxwel Cornet a été bon. Il enchaîne les matchs et donc gagne du rythme et de la confiance. Mais l’exploit de ce match, c’est surtout que Rudi Garcia ait fait terminer la rencontre à Jeff Reine-Adélaïde. C’est incroyable mais il s’avère qu’il peut faire gagner des matchs à l’Olympique Lyonnais. »

 


 

Pas emballé, Pierre Ménès félicite quand même Garcia

Footradio.com

Samedi, l’Olympique Lyonnais a peiné pour glaner les trois points de la victoire du côté de Strasbourg (2-1). Mais au final, l’équipe de Rudi Garcia a fait une bonne opération en Ligue 1.

Certes, le club rhodanien reste inconstant, les dernières défaites contre le Zenit en Ligue des Champions (0-2) et face à l’OM en L1 (1-2) l’attestent. Mais depuis l’arrivée de Rudi Garcia, Lyon est plutôt performant en championnat. En gagnant quatre de ses cinq derniers matchs de L1 face à des plus petits clubs, la formation lyonnaise a fait un bond au classement. Désormais sixième, l’OL se retrouve à deux points du podium après la défaite d’Angers. Si les résultats sont donc de retour, Lyon a encore des progrès à faire dans le jeu, comme l’explique Pierre Ménès.


« C’est encore loin d’être brillant »


« Lyon a retrouvé le goût de la victoire après la piètre défaite concédée à Saint-Pétersbourg dans la semaine. Toujours handicapé par les absences d’Aouar, de Mendes et surtout de Memphis et moins de 72 heures après son match de Ligue des Champions dans une Meinau où aucun des cadors du championnat ne s’était imposé depuis le retour du Racing parmi l’élite, l’OL a fait preuve d’un réalisme qui lui a souvent fait défaut ces dernières semaines. Les Alsaciens avaient pourtant ouvert le score sur une frappe croisée de Fofana. Mais après vingt minutes de flottement, Lyon est revenu au score grâce à Cornet, bien servi par Caqueret dans la profondeur et qui a enchaîné contrôle et frappe dans le petit filet de Sels. Les Rhodaniens pouvaient s’estimer heureux de ce nul à la mi-temps et lors d’un second acte marqué par des imprécisions techniques de part et d’autre, l’OL a forcé la victoire à un quart d’heure de la fin sur un centre de Cornet repris de la tête au second poteau par Reine-Adélaïde. Alors dans le jeu, c’est encore loin d’être brillant. Mais d’un point de vue comptable, avec 4 victoires pour 1 nul et 1 défaite, le bilan de Garcia en L1 est plutôt satisfaisant. Et avec ce succès, voilà l’OL revenu à deux points du podium… », a lancé, sur son blog, le journaliste de Canal+, qui sait que Lyon devra confirmer ce petit renouveau face à Lille, un concurrent direct pour le podium, dans son Groupama Stadium ce mardi.

 


 

Garcia et sa brouille avec Laurey

Maxifoot.fr

A l'issue de la victoire de l'Olympique Lyonnais sur Strasbourg (1-2), ce samedi en Ligue 1, Rudi Garcia et Thierry Laurey ont eu une vive explication. En effet, l'entraîneur alsacien n'a pas apprécié le comportement des Gones, qui ont cherché à gagner du temps en fin de partie. De quoi faire réagir son homologue rhodanien.

"On a eu moins de 72h de récupération. On est rentrés à 5h du matin du Zénith. Au niveau du déplacement, on doit faire mieux à l’avenir. C’est normal que mes garçons aient eu des crampes, que ce soit Moussa Dembele ou Jason Denayer. On n’a pas de tricheurs, c’est ce que j’expliquais à Thierry Laurey au bord de la touche. Je l'adore, mais là il s’est trompé, parce que nous on ne triche pas, on était vraiment fatigués", a assuré le coach lyonnais en conférence de presse.

 


 

Andersen et 30ME brûlés par Rudi Garcia ?

Foot01.com

Désastreux mercredi en Russie, Joachim Andersen a regardé depuis le banc de touche la victoire de Lyon à Strasbourg. Le joueur de plus cher de l'histoire de l'OL a clairement du mal à s'imposer.

Rudi Garcia pouvait-il maintenir sa confiance à Joachim Andersen après la copie rendue par son défenseur cette semaine en Ligue des champions ? Visiblement l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais pensait que non, puisque l’international danois, arrivé lors du dernier mercato de la Sampdoria pour 30ME bonus compris, était remplaçant au coup d’envoi à Strasbourg. Auteur d’un début de saison plus que compliqué sous les ordres de Sylvinho, Joachim Andersen semblait reprendre des couleurs depuis la venue de Rudi Garcia aux commandes de l’OL. Mais les doutes sont loin d’être éteints et l’entraîneur lyonnais a préféré mettre le Danois de côté pour le match très important à La Meinau.

La gestion du cas Joachim Andersen est délicate, et pour Jonatan MacHardy, elle est même totalement incompréhensible. Le consultant de RMC, qui est un farouche anti-Garcia, estime que le défenseur danois n’est pas bien traité à Lyon. « Je ne comprends pas la gestion du cas Andersen. Il arrive, gros transfert, grosse somme, il n’a pas été nickel, il a même été mauvais. Mais je trouve que c’est difficile de le sortir du 11 de départ après le match contre le Zénith durant lequel il a joué à un poste inhabituel, à savoir axe gauche, avec un partenaire inhabituel, à savoir Marcelo, et face à des attaquants assez forts. Alors le sortir suite à cette prestation, je trouve ça difficile. Et le salut de la stabilité défensive lyonnaise passera par installer sur le long terme la charnière Denayer-Andersen. Rudi Garcia a saccagé l’installation de Caleta-Car à l’OM, j’ai l’impression qu’il fait la même chose avec Joachim Andersen à Lyon », explique Jonatan MacHardy, histoire de se servir du défenseur danois pour taper sur Rudi Garcia. Pourquoi pas.

 


 

Un problème défensif à Lyon ? Bien sûr que oui !

Footradio.com

Mené au score à Strasbourg, l’Olympique Lyonnais a su renverser la vapeur samedi pour s’imposer finalement 2-1 dans une Meinau où les gros bras de la Ligue 1 ont toujours du mal.

Ces dernières semaines, le groupe rhodanien était critiqué pour son manque de caractère. Mais à l’occasion de la 15e journée de championnat, la formation de Rudi Garcia a fait taire les critiques. Mis à mal par le Racing, Lyon a finalement réussi à prendre le dessus sur son adversaire grâce à ses attaquants. Après le but égalisateur de Cornet avant la pause, l’international ivoirien a ensuite déposé le ballon sur la tête de Reine-Adélaïde dans le dernier quart d’heure de jeu. Encore une fois, l’OL s’est donc imposé grâce à ses individualités. Ce qui fait la force de Lyon, d’après les dires de Ludovic Obraniak.


« Ils ont su trouver les solutions »


« Lyon n’a pas été aussi poussif que cela. Ils ont été très malmenés en première période. Alors, on va se contenter de peu. Lyon n’a pas fait un grand match. Ils ont été mangés physiquement en première période, ils étaient mals. Et finalement, ils ont su se relever, ils ont su trouver les solutions. Quand ils commencent à jouer avec plus d’intelligence, et avec les qualités des mecs, ça fait la différence. Cornet, Reine-Adélaïde, Terrier, ils ont des turbos, les gars, prenez la profondeur ! Dès qu’ils ont arrêté de demander le ballon dans les pieds tout le temps, ça a créé des espaces et des situations. On peut au moins dire ça. Par contre, la défense est grave… »
, a balancé, dans l’After Foot, le consultant de RMC, qui pense donc que le gros chantier de Garcia à l’OL se trouve maintenant dans le secteur défensif, où seul Denayer s’impose comme un titulaire indiscutable.

 

 
Voir aussi... Strasbourg 1-2 OL : L'After

 

Last modified on dimanche, 01 décembre 2019 19:27