L'actu du Vendredi 29 Novembre

L'actu du Vendredi 29 Novembre

Dubois répond à Juninho, Depay et Aouar absents à Strasbourg ?

Butfootballclub.fr

L’entraîneur de l’OL Rudi Garcia pourrait décider de ne prendre aucun risque avec Memphis Depay et Houssem Aouar face au RC Strasbourg ce samedi (17h30).

Rudi Garcia se sait attendu au tournant dès demain. Après la gifle reçue en Ligue des champions face au Zénith Saint-Pétersbourg (0-2), le coach de l’OL devra trouver les ressorts pour relancer ses joueurs à Strasbourg.

Il y a mieux comme déplacement en Alsace pour se rassurer, d’autant que Garcia pourrait décider de ménager certains cadres de son effectif. Touchés à une cuisse, Memphis Depay et Houssem Aouar sont sur le retour. Selon L’Équipe, leurs sensations sont bonnes et leur retour paraît proche. Supervisé par le staff médical, un test sera même effectué aujourd’hui pour juger de leur capacité à prendre part ou non au déplacement à Strasbourg.


Dubois pas d’accord avec Juninho


L’idée est surtout de ne prendre aucun risque de rechute avec eux. Ce serait moins le cas pour Thiago Mendes, Martin Terrier et Maxwel Cornet. Par ailleurs, Léo Dubois a répondu à la pique de Juninho, qui a pointé du doigt le manque de caractère des Lyonnais en Russie. « Moi, je n’ai pas parlé de manque de caractère. J’ai dit qu’on avait loupé notre première mi-temps et que, dans les duels, on n’était pas forcément présents. Mais du caractère, dans le groupe, on en a », a-t-il précisé dans le quotidien sportif. À confirmer à la Meinau.

 


 

Garcia : « On ne peut pas être médiocre comme cela »

Football365.fr

Deux jours après la déroute à Saint-Pétersbourg, Rudi Garcia a regretté le manque d’implication de ses joueurs en Russie et espère un sursaut d’orgueil samedi à Strasbourg (17h30).

Rudi Garcia, un point sur les absences contre Strasbourg…

Memphis Depay, Houssem Aouar et Thiago Mendes sont blessés et absents. Marçal est lui suspendu mais aussi blessé. On a du mal à récupérer entre les matchs. On ne devrait pas avoir autant de blessures musculaires.

Deux jours après, quel regard portez-vous sur le match contre le Zenit ?

Il faut qu’on soit plus continu dans les prestations. On n’a pas mis assez d’intensité au Zenit. J’ai dit aux joueurs ce que je pensais, il faut savoir ce qu’ils veulent faire. Si on veut continuer à être médiocres ou prendre plein de points d’ici les trois prochains matchs. On a loupé une opportunité en or, j’étais frustré. On n’a pas senti qu’on jouait une qualif pour les huitièmes de finale.

Le match contre Strasbourg s’annonce chaud. A quoi vous attendez-vous ?

On a trois matchs de championnat avec Leipzig. Ce sera un combat à Strasbourg. C’est toujours dur de jouer à la Meinau. Surtout que c’est une équipe qui reste sur deux victoires de suite. On veut gagner. On veut prendre 12 points sur 15. Il faudra répondre à l’enthousiasme de Strasbourg.


Garcia : « On a un manque de communication »


De nombreux jeunes ont été lancés cette saison mais toujours pas Maxence Caqueret. Pourquoi ?

C’est un joueur intéressant, structuré, à l’écoute. Il n’a pas joué pour l’instant parce qu’il y avait de la concurrence à son poste ou parce qu’il n’y avait pas les circonstances pour le lancer. C’était compliqué de lancer un jeune contre le Zenit. J’ai été très content de Denayer au milieu.

Vous avez aimé Denayer au milieu mais sa présence a manqué derrière. Andersen n’a pas semblé à l’aise à gauche.

A la Sampdoria, il a joué 50% de ses matchs à droite et 50% à gauche. On a un manque de communication. Les cours de français sont très importants. On a vu Joachim (Andersen) percuter Marcelo… Ce n’est pas de la fébrilité mais bien un manque de communication. Il faut que l’équipe soit capable de communiquer. Elle doit être capable de prendre les choses en main, de se parler beaucoup plus.


Garcia : « Il faut faire des séries »


L’absence de Denayer a pourtant bien fait défaut. Sur le premier but, Andersen est pris de vitesse par Dzyuba, qui n’est pas réputé pour être rapide.

On prend un but sur corner où Marcelo est fautif. Après avoir regardé le match, il était la meilleure solution pour marquer Dzuyba. Avant cette action, on fait un centre directement dans les gants du gardien avec un repli défensif à revoir. Donc ce n’est pas une question de manque de vitesse de Joachim.

Les joueurs ont-ils été marqué par le message de Juninho après la rencontre ?

On va voir demain si les joueurs ont entendu le message. On a pris du retard en début de saison donc on ne peut pas laisser des points en route. Après le classement est tellement serré que tout peut aller très vite. Il faut faire des séries. On n’a pas su gagner à Marseille après deux victoires de suite. On est reparti de l’avant face à Nice donc il faut gagner à Strasbourg. Il faut garder notre capacité à marquer, notre qualité de jeu et hausser le ton sur le plan de l’animation défensive.

 


 

Tousart : « Nous avons du talent, mais parfois, ça ne suffit plus »

OL.fr

Avant le déplacement à la Meinau pour affronter Strasbourg, dans le cadre de la 15ème journée de Ligue 1 Conforama, Lucas Tousart s'est présenté en conférence de presse.

Le match contre le Zénit

« Le coach était remonté après le match contre le Zénit et il nous l’a fait savoir hier. Nous, les joueurs, l’étions aussi. Nous avions l’opportunité de nous qualifier en gagnant ce match, ce que nous n’avons pas réussi à faire. Nous n’avons pas mérité de nous qualifier. En première mi-temps, nous n’étions pas au niveau d’un match de Ligue des Champions. Il faut apprendre de cette leçon au plus vite. »
 
Le match contre Strasbourg

« À Strasbourg, ça se jouera aussi sur l’agressivité, le coach nous a prévenu là-dessus. Il faudra montrer un meilleur visage en terme d’envie et d’engagement pour gagner à la Meinau. Nous nous devons de prendre des points. Contre Nice, ça a été difficile mais nous avons réussi à nous imposer. Il faut s’appuyer sur ce succès pour engranger le plus de points possible d’ici la trêve. »
 
Le manque de régularité

« Depuis un moment, nous n’arrivons pas à trouver de la régularité dans nos résultats et dans nos contenus. C’est un mal récurrent que nous n’arrivons pas à conjurer. Nous n’arrivons pas à être cohérent sur toute la durée d’un match. C’est pesant parce que nous n’arrivons pas à être constant. D’un match à l’autre, nous ne sommes pas sûrs du résultat et nous marchons sur un fil. Nous aimerions nous rendre les matches plus faciles mais nous n’avons pas encore réussi à trouver la formule. L’année dernière, sur les gros matches, nous arrivions à répondre présent. Cette année, nous n’avons pas encore eu ce déclic là. On sent l’équipe fragilisée avec ce début de saison compliquée, il y a certainement un manque de confiance dans l’équipe. Avec le nouveau coach, il y a du mieux mais ce match en Russie remet un peu tout en cause. Il ne faut surtout pas s’affoler et les résultats arriveront. Quand on prend les personnalités de chacun, tout le monde a du caractère, mais peut-être pas pour le mettre au service du collectif. Juninho l’a dit, c’est rare quand les 11 joueurs réalisent un bon match. Souvent, certains sont plus en difficulté. Notre degré de performance pourrait s’expliquer par ce paramètre. »
 
Les progrès à réaliser dans le jeu

« Les joueurs arrivés cet été essayent de faire des efforts, ça ne vient pas du jour au lendemain. Certains aspects tactiques peuvent être mal compris ou mal interprétés par certains qui ne parlent pas encore la langue. C’est important que chacun puisse apprendre la langue au plus vite pour que nous puissions tous tirer dans le même sens. L’essentiel devrait être le jeu, mais pour jouer au foot, il faut avoir le ballon. On entend beaucoup parler de talent, mais sans faire les courses, c’est compliqué de jouer. Nous avons peut-être du talent, mais parfois, ça ne suffit plus. Ce n’est pas qu’avec des joueurs de talent que nous gagnerons des matches. Tous les joueurs de haut niveau allient talent et envie. C’est cette deuxième valeur qui nous manque aujourd’hui. »
 
La sortie de Juninho

« C’est normal que Juninho prenne la parole. Nous ne sommes pas dans un monde de Bisounours, il faut accepter les critiques, qu’elles viennent du club ou de l’extérieur. Sur ce qu’il a dit, je pense qu’il a un poste important qui lui permet de tenir ce genre de propos. C’est tout à fait normal, nous ne pouvons pas nous contenter des résultats actuels. C’est un compétiteur, il ne veut pas voir l’OL à ce niveau là. »

 


 

Lyon est mauvais, Ménès n’accuse ni Sylvinho ni Garcia !

Footradio.com

Défait par le Zénith Saint-Pétersbourg, l’OL s’est mis dans une situation délicate en ce qui concerne son futur en Ligue des champions. Pour Pierre Ménès, cette défaite est surtout celle de Rudi Garcia.

L’OL aurait pu composter son billet pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, mercredi soir, face au Zénith Saint-Pétersbourg. Au lieu de ça, les Gones se retrouvent troisièmes de leur poule à une journée de la fin de la phase, et doivent à tout prix éviter la défaite face à Leipzig, dans deux semaines. Sans Thiago Mendes, Houssem Aouar et Memphis Depay, l’OL a montré un triste visage en Russie, ne se procurant que des petites occasions, et pour Pierre Ménès, les choix tactiques opérés par Rudi Garcia n’ont pas aidé le club français. Entre l’alignement de Jason Denayer au milieu de terrain, et la titularisation de Bertrand Traoré, l’ancien entraîneur de l’OM n’a pas été inspiré, comme l’a expliqué le journaliste sur Yahoo Sport.


« Ça défendait trop avec Sylvinho, ça attaque mal avec Garcia »


« Ça ne va pas fort à Lyon après ce très triste match au Zénith Saint-Pétersbourg, où les Lyonnais ont été battus, faute d’imagination offensive. Ils n’ont fait que centrer et n’importe où. Ils n’ont pas une seule occasion digne de ce nom. C’était vraiment de la bouillie. Alors, c’est vrai, il manquait Thiago Mendes, il manquait Aouar, il manquait surtout Memphis Depay. On voit que cette équipe n’est pas grand-chose quand le Néerlandais n’est pas là. La prestation est d’une grande tristesse. Les choix tactiques de Rudi Garcia peuvent être sujets à caution. Je ne suis pas certain que c’était une idée extraordinaire de mettre Denayer au milieu. D’abord, parce que ça obligeait à faire jouer Marcelo en défense, et on sait que Marcelo est responsable sur les deux buts. Et puis au niveau de la création, du jeu de passes, c’est sûr que ce n’est pas l’idéal. Donc, un mauvais choix ! Mais est-ce qu’on peut faire des bons choix quand on a Traoré dans son équipe, qui fait n’importe quoi du début à la fin. C’est très compliqué. La situation lyonnaise n’est pas bonne […] Je cherche toujours un fil conducteur à cette équipe lyonnaise. Ça défendait trop avec Sylvinho, ça attaque mal avec Garcia. C’est peut-être l’effectif qui n’est pas terrible après tout », explique le polémiste qui n’arrive pas à cerner ce qu’essaie de faire Rudi Garcia avec l’OL.

 


 

Garcia prend cher sur Twitter...

Maxifoot.fr

Après la défaite de l'Olympique Lyonnais contre le Zénith Saint-Pétersbourg (0-2) ce mercredi en Ligue des Champions, l'entraîneur Rudi Garcia est pointé du doigt sur les réseaux sociaux. Si l'OL restait sur quatre victoires en cinq matchs avant cette rencontre, l'ancien coach de l'OM est loin d'avoir convaincu à Lyon...

 

 


 

Un nom suggéré pour remplacer Rudi Garcia

Foot-sur7.fr

Les détracteurs de Rudi Garcia l’imaginent déjà sur le départ avant la fin de la saison, si les résultats de l’ OL ne suivent pas. Un remplaçant lui est même déjà trouvé !

Nommé entraineur de l’ OL le 14 octobre 2019, en remplacement de Sylvinho, Rudi Garcia s’est lié au club jusqu’au 30 juin 2021. Mais son départ pourrait être précipité s’il ne parvient pas redresser la barre des Lyonnais. Et pour le remplacer, un nom qui n’est pas celui de Laurent Blanc est proposé.

En effet, Daniel Riolo, qui souhaite que l’ancien entraineur de l’ OM soit remercié le plus tôt possible, estime que l’ ex-coach de l’OGC Nice en poste au Borussia Dortmund a le profil idéal pour diriger le banc de touche de l’ OL.

« Lucien Favre, cela peut être un entraineur pour l’Olympique Lyonnais... Ce serait bien », a déclaré le journaliste sportif sur RMC Sport. « Imaginez que Rudi Garcia ne mange pas la dinde et soit viré à Noël. Pour le remplacer, Lucien Favre, ce serait génial », propose-t-il.

« Garcia, c’est bien qu’il ne se cache pas et qu’il ne fasse pas de langue de bois. Mais derrière ce discours, il faudrait que les joueurs l’entendent », a expliqué Daniel Riolo, dans des propos relayés par Maxi Foot.

Rappelons que le bilan de Rudi Garcia est de 3 défaites, 1 match nul et 5 victoires, toutes compétitions confondues. Malgré tout, l’ OL est 9e de Ligue 1 et 3e de son groupe (G) en Ligue des Champions.

 


 

Vous ne voulez toujours pas de Laurent Blanc ?

Foot01.com

Les premières semaines de Rudi Garcia à la tête de l’Olympique Lyonnais n’ont pas fait changer d’avis les supporters lyonnais.

Ces derniers, qui ont pour une partie longtemps pesté contre le maintien de Bruno Genesio les saisons passées, pensaient être lancés pour une longue et belle aventure avec Sylvinho. Tout s’est écroulé et Jean-Michel Aulas ainsi que Juninho ont surpris tout le monde en sollicitant Rudi Garcia, qui venait d’être viré de l’OM. Les fans de l’OL n’ont jamais compris, et cela risque pas de s’améliorer maintenant que les résultats ne sont pas au rendez-vous, avec la dernière défaite en date à Saint-Pétersbourg en toile de fond. Pour Dave Appadoo, cela demeure tout de même assez incroyable que le choix de nommer Laurent Blanc n’ait pas été fait.

« C’est une erreur de casting dès le départ ! C’est un mauvais mariage dès le départ. La nature du choix même étant donné la crise populaire que traversée Lyon avec son public. Mine de rien ça compte, ça ne peut pas être anodin. Ça avait été le motif de rejet de Genesio. Il était rejeté principalement pour ça aussi. Si tu fais ce choix là et que derrière tu remets, trois ou quatre mois plus tard, quasiment quelqu’un qui est encore plus détesté que Genesio, faut quand même le faire. Sachant que tu avais Blanc qui lui aurait eu une espèce de grâce présidentielle. Il aurait eu une période clémence dont ne bénéficie pas Rudi Garcia. Ce n’est pas facile de travailler dans cette adversité tout de suite. Maintenant je dis « mais », parce que mine de rien, il sera jugé sur sa capacité à mettre Lyon sur le podium en fin de saison », a confié le consultant de La Chaine L’Equipe, persuadé que les dirigeants lyonnais ont tout de même fait une belle erreur, même s’ils n’ont désormais plus le choix que de continuer jusqu’au bout avec Rudi Garcia.

 


 

L’OL devient sponsor maillot de LDLC ASVEL Féminin ET LDLC ASVEL

OL.fr

LDLC ASVEL, LDLC ASVEL Féminin et l’Olympique Lyonnais s’associent pour annoncer une étape supplémentaire dans les partenariats qui les lient.
Dans le prolongement de l’accord global signé pour cinq ans entre OL Groupe, LDLC ASVEL et LDLC ASVEL Féminin en juin dernier, l’Olympique Lyonnais s’affiche depuis cette semaine sur le maillot des deux équipes championnes de France en titre.

Ainsi, le blason de l’OL sera présent sur la face avant du maillot Jeep® Elite de LDLC ASVEL, sur la face avant du maillot LFB et dans le dos du maillot EuroLeague Women de LDLC ASVEL Féminin. Un engagement fort de la part des trois clubs qui partagent des valeurs identiques de parité et d’équité sur tous les terrains, pour valoriser au quotidien le rayonnement du territoire.

Gaëtan MULLER - Président Délégué LDLC ASVEL :

« Nous sommes très heureux d’annoncer cet accord qui représente une étape supplémentaire dans l’histoire qui lie notre club à l’Olympique Lyonnais. Cette marque de soutien renforce encore davantage la confi ance que nous nous vouons mutuellement. Aujourd’hui, nous réfléchissons à l’avenir ensemble, en véhiculant au quotidien des valeurs essentielles que sont l’excellence, le professionnalisme et la parité. Et c’est une fierté de pouvoir arborer le logo de l’OL sur nos maillots ! »

Marie-Sophie OBAMA - Président Déléguée LDLC ASVEL Féminin :

« C’est un grand honneur d’accueillir l’Olympique Lyonnais parmi nos partenaires officiels. En tant qu’acteur de la Cité, LDLC ASVEL Féminin est fier de pouvoir compter sur le soutien d’un véritable symbole de réussite de la Métropole lyonnaise au rayonnement international. Nos liens avec l’Olympique Lyonnais, comme avec LDLC ASVEL, vont bien au-delà des terrains de sport. C’est tous ensemble que nous souhaitons avancer pour faire grandir l’ensemble de nos clubs et valoriser nos actions et la notoriété de nos sports. »

Thierry SAUVAGE - Directeur Général de l’Olympique Lyonnais :

« Nos liens avec LDLC ASVEL et LDLC ASVEL Féminin vont bien au-delà d’une prise de participation capitalistique. Tony Parker est un formidable ambassadeur de la marque OL qui a su porter sa notoriété à l’international et accompagner le groupe dans l’atteinte de ses objectifs, en contribuant notamment largement à la réfl exion sur le projet de franchise féminine aux USA et les discussions en cours avec le Reign FC de Seattle. Nous sommes heureux aujourd’hui de renforcer et réaffirmer notre soutien aux équipes de LDLC ASVEL et LDLC ASVEL Féminin. Nous sommes convaincus qu’en activant l’ensemble des synergies entre nos marques, les valeurs de parité avanceront sur tous les terrains.»

 


 

Lyon est enfin régulier… dans la nullité pour Dugarry

Footradio.com

Désormais troisième de sa poule de Ligue des champions, l’OL va devoir faire un résultat lors de la dernière journée pour poursuite sa route dans la compétition. Et pour réussir, le club de Jean-Michel Aulas va devoir changer sa façon de jouer.

L’OL se complique la vie en Ligue des champions avec la défaite sur la pelouse du Zénith Saint-Pétersbourg. Deuxième avant la cinquième journée, voilà désormais le club à la troisième place, avant de recevoir Leipzig lors de l’ultime journée. Capable de faire des gros coups la saison dernière, comme par exemple gagner sur le terrain de Manchester City, l’OL n’y arrive pas cette saison, au grand désespoir de Christophe Dugarry, comme il l’a expliqué dans son émission sur RMC. Le champion du monde 1998 pointe notamment du doigt le manque d’envie de la part des joueurs.


Fini les 18/20 pour l’élève lyonnais


« J’ai l’impression que cette équipe est devenue plus régulière … Avant il y avait des coups de génie, et de coups de nuls. Là elle est devenue régulière, mais à un niveau plus bas, il n’y a plus de coups de génie. Elle avait 11 de moyenne, et là elle se retrouve avec un 8. Par contre elle n’a plus de 18/20, c’est terminé ! On ne voit plus d’exploit, on ne voit plus d’envie, on ne voit plus d’équipe qui se surpasse. Ça en devient pathétique à tous les niveaux. Les supporters lyonnais, l’entraîneur, les joueurs vont partir de l’idée que sans tes meilleurs joueurs c’est compliqué. Ça n’empêche qu’ils ont joué à 11 jusqu’à preuve du contraire, et l’envie n’était pas là. Ce n’était pas catastrophique, notamment la première mi-temps. Par contre en termes d’idée, en termes d’envie ça fait peur ! Ce que je ne savais pas, c’est qu’ils ont fait un truc extraordinaire. Ils ont fait entrer en gamin (ndlr. Amine Gouiri) à la 82e qui avait joué l’après-midi en Youth League pendant 50 minutes (il est en fait sorti à la mi-temps). C’est exceptionnel ! Qu’est-ce qu’il se passe dans ce club ? Tout part à l’envers, et c’est horrible », conclut l’ancien attaquant qui s’inquiète pour l’OL et pour les performances récentes du club depuis plusieurs semaines.

 


 

Le groupe sans Depay, Aouar et T. Mendes

Maxifoot.fr

L'entraîneur de l'Olympique Lyonnais, Rudi Garcia, a dévoilé son groupe pour le déplacement de samedi (17h30) à Strasbourg, à l'occasion de la 15e journée de Ligue 1. Memphis Depay et Houssem Aouar sont toujours aux soins, tout comme Thiago Mendes, qui s'est blessé juste avant le match de mercredi contre le Zénith Saint-Pétersbourg (0-2) en Ligue des Champions. Forfait en Russie, Martin Terrier est de retour. Quant à Marçal, il purgera le premier de ses trois matchs de suspension.

Le groupe lyonnais : Lopes, Tatarusanu - Rafael, Dubois, Tete, Marcelo, Andersen, Yanga-Mbiwa, Koné, Denayer - Caqueret, Reine-Adélaïde, Jean Lucas, Tousart - Terrier, Traoré, Dembélé, Cornet, Gouiri.

 

 

Last modified on vendredi, 29 novembre 2019 23:56