L'actu du Lundi 25 Novembre

L'actu du Lundi 25 Novembre

Voir aussi... OL 2-1 Nice : L'After

Memphis et Aouar encore absents à Saint-Pétersbourg

RMC.fr

Absent lors des deux derniers matchs de l'OL, Memphis Depay manquera aussi le déplacement de mercredi en Ligue des champions face au Zénith Saint-Pétersbourg (sur RMC Sport 1). Houssem Aouar, qui a manqué le match contre Nice, fera également défaut.

Deuxième du groupe G de la Ligue des champions, l'OL (7 points) joue une grosse partie de son avenir européen mercredi lors de la 5e journée de la première phase. Opposés en Russie au Zénith Saint-Pétersbourg (4 points), les Gones se présenteront encore diminués. Le groupe des 22 joueurs convoqués pour ce déplacement est tombé lundi soir. Et il y a deux absents de marque.


Les deux hommes "aux soins", 22 joueurs convoqués


Memphis Depay, qui n'a plus joué depuis sa sortie à la pause du précédent match de C1 contre le Benfica, manque de nouveau à l'appel. Le Néerlandais, déjà touché à une cuisse, a rechuté lors du dernier match de la sélection batave. Il n'est toujours pas apte. Blessé aux ischio-jambiers avant la trêve à Marseille, Houssem Aouar, forfait face à Nice vendredi, est lui aussi out. Rudi Garcia va devoir composer sans eux. Le club indique qu'ils sont "aux soins".

Les Lyonnais se sont entraînés à 11h ce lundi avant de s'envoler de Lyon-Saint Exupéry à 14h40, direction Saint-Pétersbourg. Ils ne resteront pas longtemps en Russie. Dès la fin du match, mercredi soir, ils regagneront la capitale des Gaules au coeur de la nuit, car ils ont rendez-vous avec Strasbourg dès samedi en Ligue 1.

Le groupe de l'OL : Lopes, Tatarusanu, Racioppi - Dubois, Rafael, Tete, Denayer, Marcelo, Andersen, Koné, Marçal - Caqueret, Tousart, Lucas, Thiago Mendes, Reine-Adélaïde, Terrier - Traoré, Dembélé, Cornet, Cherki, Gouiri.

 


 

Lacazette et Umtiti ont prévu de revenir à Lyon

Butfootballclub.fr

Alexandre Lacazette (Arsenal, 28 ans) et Samuel Umtiti (FC Barcelone, 26 ans) sont loin d’écarter un retour à l’OL, où ils se sont révélés au plus haut niveau.

L’OL est réputé en Europe pour être un club capable de sortir de vrais talents de son cru. Alexandre Lacazette et Samuel Umtiti en sont la preuve irréfutable. L’ancien attaquant des Gones a encore porté Arsenal avec un doublé ce week-end tandis que le champion du monde s’est fait une place dans la défense du FC Barcelone.

La situation actuelle et contractuelle de Lacazatte et Umtiti n’est pourtant pas de nature à oublier leur passé à l’OL. Bien au contraire, puisqu’ils envisagent tous deux d’y revenir un jour ou l’autre. « Si retourner à Lyon est une possibilité ? Oui », a répondu Umtiti pour la Team Orange Football ce dimanche. « Ce n’est pas sûr, c’est une possibilité », a nuancé Lacazette, plus prudent.


Umtiti rêve de devenir entraîneur


« Entraîneur aussi, s’amuse le défenseur blaugrana. J’aimerais devenir entraîneur, j’ai déjà des notes sur les coachs que j’ai pu avoir, ce qui me plaît ou non. » Lacazette, lui, se voit plus « adjoint. »

 


 

Lyon-Nice fait un bide, le club n'y est pour rien

Foot01.com

L’affiche était plutôt alléchante, le groupe Lyon 1950 fêtait son dixième anniversaire et pourtant, le Groupama Stadium n’était pas plein au coup d’envoi du match OL-Nice.

Cela avait de quoi surprendre, l’OL étant globalement sur une bonne dynamique à l’exception du match contre Marseille (3 victoires toutes compétitions confondues avant le déplacement au Vélodrome). Dans ses colonnes, Le Progrès est revenu sur cette absence de nombreux abonnés dans l’enceinte de Décines. Et l’explication est rapidement tombée : plusieurs supporters ont été en retard, ou n’ont carrément pas pu venir, car ils n’avaient pas anticipé de nombreuses problématiques liées aux transports en commun.

Une ligne du tramway a été coupée tandis que dans le même temps, le parking Eurexpo était inaccessible au public. Deux problèmes qui ont gâché la soirée de nombreux abonnés selon Le Progrès. « Le Groupama Stadium avait pourtant bien fait son travail en informant, par mail, ses abonnés de la fermeture du parking d'Eurexpo et de l'absence de navettes. Cette newsletter leur a été envoyée la veille, le vendredi 22 novembre, à 17h30. L'information avait aussi été relayée par le stade sur son compte Twitter, le jour du match, peu avant 14h. Selon plusieurs abonnés et internautes, il est regrettable de payer un abonnement pour ne finalement pas pouvoir assister à un match » peut-on lire dans les colonnes du quotidien régional. Un gros bug qui doit irriter du côté de l’OL, où une communication préventive avait été effectuée…

 


 

Quand Griezmann était limite un Ultra de Lyon

Foot01.com

Au début des années 2000, l'Olympique Lyonnais avait tenté en vain de recruter Antoine Griezmann, mais l'affaire ne s'était pas faite pour une histoire de règlement. Mais cela n'a pas empêché l'attaquant d'être un jeune supporters de l'OL.

Ce lundi, se confiant au site officiel de l’UEFA, Antoine Griezmann est revenu sur cette période de sa vie, où jeune garçon il était habitué des tribunes de Gerland où son cœur battait pour l’Olympique Lyonnais et aucun autre club. Originaire de Macon, celui qui est devenu l’une des stars du football mondial avoue avoir passé de bons moments du côté du stade lyonnais, et d’avoir poussé ses premiers cris de supporter pour l’OL.

 « Si j’étais supporter de l’OL ? Oui. J'avais l'habitude de me rendre au stade. J'y allais avec mon père et nous arrivions une heure avant le coup d'envoi pour regarder les échauffements. On achetait un kebab aux alentours du stade. Ensuite, nous regardions le match et en rentrant on parlait pendant tout le trajet de ce que nous avions vu. Pour moi, c'était un grand spectacle, je rêvais de devenir joueur à mon tour. Je dirais que Sonny Anderson était le joueur que je préférais. Ensuite, il y eut Juninho, qui fut un grand joueur pour l'Olympique Lyonnais et qui a fait des choses ahurissantes. Ses coups francs étaient tout simplement incroyables. Si je chantais ? Oui, je me souviens d'un derby entre Lyon et Saint-Étienne. Pour ce match, j'avais demandé à mon père une place parmi les fans qui chantaient, dans un virage. Mais je n'ai pas pu voir le match, parce que tout le monde était debout et que j'étais trop petit. Je ne voyais rien. Au retour, j'ai dit à mon père que jamais plus je ne voudrais faire ça, l'ambiance était géniale, mais je ne voyais rien », explique, avec malice, Antoine Griezmann, qui n’a jamais trouvé sa place en France et s’est exilé en Espagne pour connaître la carrière que l’on connaît…et qui est loin d’être terminée.

 


 

Reine-Adelaïde en a marre, la polémique enfle

Foot01.com

Remplacé à la mi-temps contre Marseille, Jeff Reine-Adelaïde a subi les conséquences de l’expulsion de Fernando Marçal face à Nice, samedi après-midi au Groupama Stadium (2-1).

Aux yeux de Rudi Garcia, il était logique de sortir un joueur encore inexpérimenté, et qui a disputé deux fois 90 minutes avec l’Equipe de France espoirs durant la trêve internationale. Néanmoins, cette situation commence sérieusement à peser sur le moral de l’ancien meneur de jeu du SCO d’Angers. Dans ses colonnes, L’Equipe affirme que Jeff Reine-Adelaïde ne cache plus sa frustration, lui qui n’a encore jamais disputé un match dans son intégralité avec l’Olympique Lyonnais depuis qu'il a signé lors du dernier mercato estival.

De quoi commencer à lui taper sur les nerfs et le moral en même temps. « Les bonnes raisons d'un soir (infériorité numérique contre Nice) peuvent lui sembler dérisoires après quelques mois de compétition. Il n'a pas, non plus, oublié sa sortie à Marseille (1-2, le 10 novembre) à la mi-temps, pas simple à digérer, juste avant de partir en sélection. Il ne s'imagine pas en indéboulonnable mais aimerait un peu plus de crédit après des performances souvent intéressantes » indique le quotidien, qui précise que l’Olympique Lyonnais croit fort en son potentiel, mais que Jeff Reine-Adelaïde peine à en voir les signes. Une frustration qui nourrit actuellement son intégration, et qui pourrait bien poser des soucis de gestion à Rudi Garcia dans les prochaines semaines. D’autant que chez les supporters, on ne comprend pas non plus pourquoi Jeff Reine-Adelaïde n’est pas mieux considéré par le staff technique…

 


 

L'OL veut le club de Rapinoe

Lequipe.fr

L'Olympique Lyonnais a annoncé avoir engagé des discussions pour l'acquisition la franchise américaine de football féminin du Reign FC, l'équipe où évolue notamment Megan Rapinoe.

Comme Jean-Michel Aulas nous l'avait confié fin août, l'Olympique Lyonnais était en négociation depuis plusieurs mois pour racheter une franchise américaine de football féminin. « L'Olympique Lyonnais a une ambition qui est d'avoir une franchise de football féminin assez rapidement aux États-Unis. Et donc, pour nous, c'est aussi une sorte de teasing d'avoir des joueuses américaines de la sélection championne du monde qui jouent à Lyon, pour mieux s'implanter après aux États-Unis. On n'a pas de certitudes mais on a deux négociations qui sont bien avancées », avait expliqué le dirigeant de l'OL.


« Être opérationnel dès 2020 »


Ce lundi, en fin de journée, l'Olympique Lyonnais a dévoilé être en « discussions exclusives en vue de l'acquisition du Reign FC », la franchise où évolue notamment la star américaine Megan Rapinoe, championne du monde l'été dernier avec les États-Unis.

« Cet investissement devrait permettre de consolider la place de l'OL en tant qu'acteur majeur du football féminin dans le monde et de poursuivre le développement de la marque OL aux États-Unis », explique le club français dans son communiqué.

« L'OL et le Reign FC ont pour objectif de finaliser la transaction avant le 31 janvier 2020 afin d'être opérationnel pour la saison 2020 qui débute le 9 mars 2020 », précise l'Olympique Lyonnais.

 


 

Lyon signe un partenariat avec un club marocain (officiel)

Butfootballclub.fr

L’Olympique Lyonnais a annoncé la signature d’un partenariat avec le Fath Union Sport (FUS) de Rabat pour trois saisons.

L’OL continue de tisser sa toile. Après le Brésil (Pelé Academia), le Liban (Athletico SC), la Corée du Sud (Jeonbuk Hyundai Motors FC), le Sénégal (AS Dakar Sacré Coeur), le Vietnam (fédération de football d’HoChiMinh Ville) ou encore la Chine, les Gones ont signé un accord de collaboration avec le club marocain du Fath Union Sport (FUS) de Rabat.

« L’Olympique Lyonnais et le Fath Union Sport (FUS) de Rabat ont officialisé vendredi 22 novembre 2019, un partenariat entre leurs académies pour trois saisons, apprend-on dans un communiqué de l’OL. Le club de la capitale Marocaine, qui évolue en Botola Pro (1ère division), a choisi d’inscrire la formation au cœur de son modèle de développement. Cette collaboration se matérialisera par des échanges privilégiés entre les cadres techniques des deux structures afin de favoriser le partage d’expertise et l’émergence de jeunes talents locaux. Après le Liban, le Vietnam, la Corée du Sud, le Sénégal, la Chine et le Brésil, le Maroc devient donc le 7ème territoire international sur lequel l’Olympique Lyonnais met en place une coopération technique d’élite avec un acteur majeur local. »


 

Dembélé est un sacré joueur, Laure Boulleau est sous le charme

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais s’est imposé dans la douleur face à Nice ce samedi en Ligue 1. De quoi donner un peu de confiance aux joueurs rhodaniens.

Rudi Garcia et ses hommes auront eu chaud mais finalement, les trois points ont été récoltés face à l’OGC Nice. Malgré un carton rouge écopé par Marçal, l’Olympique Lyonnais aura tenu bon après avoir pris les devants grâce à Reine-Adélaïde et Dembélé. Les trois points étaient les plus importants avant de se déplacer sur la pelouse du Zénith en Ligue des champions. Pour Laure Boulleau, les Gones ont de quoi être fiers du visage collectif montré face à Nice.


“Lyon a été plus conquérant”


Sur le plateau du Canal Football Club, la consultante n’a pas oublié de souligner le changement d’attitude des joueurs lyonnais. “Le bilan face à Nice était globalement positif. Lyon a été plus conquérant, c’est ce qu’on leur avait reproché contre Marseille. Ils sont allés les agresser dès le début du match. Un petit mot aussi sur Dembélé. Il use vraiment les défenseurs pendant tout le match. Il a été au combat. C’est un élément intéressant pour une équipe. Globalement, Lyon aura montré un bon visage”, a déclaré Laure Boulleau, satisfaite des progrès entrevus face à Nice.

 


 

Aulas traité d’hypocrite après l’affaire des fumigènes

Footradio.com

Outre la victoire de l’Olympique Lyonnais contre Nice (2-1), le match de samedi au Groupama Stadium a été marqué par le dixième anniversaire des Lyon 1950.

À cette occasion, les ultras du virage sud ont d’abord fait une belle fête avec un joli tifo, des encouragements et des chants… avant de craquer complètement à la mi-temps. Avec l’utilisation de « 80 fumigènes et de 10 pots de fumée », le coup d’envoi de la deuxième période a été retardé de 15 minutes. Pour cette interruption, six supporters ont été interpellés et seront interdits de stade. Un comportement indigne critiqué par l’OL : « Notre position est ferme sur les jets de projectiles et de fumigènes sur le terrain, mais aussi sur les fumées, qui peuvent être extrêmement nocives. Nous allons recevoir les dirigeants pour tirer les conclusions de ces incidents et prendre connaissance de leurs explications ». Au terme de cette rencontre contre l’OGCN, Jean-Michel Aulas avait d’ailleurs « la mine désabusée ». De quoi faire rire jaune Pierre Rondeau.


« Qu’ils fassent le taff à l’entrée des stades »


« Il faut arrêter l’hypocrisie ! Je ne vais pas prendre la défense des supporters et faire l’apologie des fumigènes, même si… Je trouve ça hypocrite. Car les dirigeants profitent de l’engouement, et des images véhiculées par les fumigènes. On se souvient qu’Aulas a déjà craqué un fumigène avec ses supporters, donc il aime cette ferveur populaire. Ça fait partie de l’identité des ultras. Si vraiment ils veulent s’opposer à ces craquages de fumigènes, qu’ils fassent le taff à l’entrée des stades. On sait qu’il y en a, pourquoi il n’y a pas un contrôle fait contre les fumigènes ? Les dirigeants et les diffuseurs en profitent, mais ils critiquent derrière… Donc soit on l’interdit catégoriquement et on fait le taff à l’entrée, soit on laisse faire, soit on tente l’expérimentation surveillée avec des fumigènes sans fumée », a balancé le consultant de RMC, qui estime donc que ce débat sur les fumigènes et l’ambiance est malsain.

 

Voir aussi... OL 2-1 Nice : L'After