L'actu du Jeudi 3 Octobre

Voir aussi... Leipzig 0-2 OL : L'After

Sylvinho, le soutien fort de Depay

Maxifoot.fr

Annoncé sur la sellette après un début de saison compliqué, l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais Sylvinho a vu son équipe réagir sur la pelouse du RB Leipzig (2-0) mercredi en Ligue des Champions. Buteur lors de cette rencontre, l'attaquant de l'OL Memphis Depay (25 ans, 2 matchs et 2 buts en LdC cette saison) a soutenu son coach devant les médias.

"Nous devons rester unis. Nous avons mis beaucoup d’intensité et si nous continuons, nous gagnerons plus de matchs. Nous jouons pour les fans, nos familles et le coach. Comme je l’ai déjà dit : les matchs que nous n’avons pas gagnés ne sont pas à cause du coach. Nous sommes les joueurs, nous devons prendre nos responsabilités. Tout le monde le sait. Nous sommes derrière le coach. Je suis très heureux pour tout le monde. Pour le coach, Juninho et les joueurs", a insisté le Néerlandais en zone mixte.

Lyon devra confirmer en Ligue 1 sur la pelouse de l'AS Saint-Etienne dimanche.

 


 

Vidéo : La joie de Juninho sur le but de Terrier

Twitter

 

 


 

Un record partagé avec le Barça !

Football.fr

L’Olympique Lyonnais goûte décidément les voyages outre-Rhin. Après l’avoir déjà emporté à Stuttgart, Brême, Munich et Leverkusen par le passé, l’OL est en effet allé s’imposer à Leipzig (0-2), mercredi, à l’occasion de la 2e journée de la Ligue des champions.

De quoi permettre aux Lyonnais de faire aussi bien que le Barça, seule autre équipe dans l’histoire de la C1 à l’avoir emporté chez cinq clubs allemands différents.

Une autre stat intéressante, l'OL n'a perdu qu'un seul de ses 13 derniers matchs européens :

 

 


 

Ménès trouve la punchline qui résume bien Lyon !

Foot01.com

Nombreux étaient ceux qui craignaient un gros problème pour l'Olympique Lyonnais mercredi soir à Leipzig, la formation allemande semblant la mieux armée du groupe en Ligue des champions. Mais contre toute attente, l'équipe de Sylvinho, qui restait sur une série de 7 matches sans victoire, s'est imposée à la Red Bull Arena, et revient dans la course aux huitième de finale grâce à ce succès. Pour Pierre Ménès, cette performance de l'OL démontre que comme souvent, Lyon est capable du pire et du meilleur, ce qui peut évidemment agacer. Le consultant de Canal+ évoque notamment le cas du duo Aouar-Memphis, souvent métronome des performances lyonnaises et qui a été au top contre Leipzig.

« C’est peu dire qu’on attendait l’OL au tournant de ce match de Ligue des Champions à Leipzig. Après la très mauvaise série des Rhodaniens, incapables de gagner depuis six matchs toutes compétitions confondues, c’était un test important que ce déplacement chez le troisième du dernier championnat d’Allemagne. Depuis quelques saisons, Lyon c’est Docteur Jekyll et Mister Hyde. Hier soir, c’était le bon Lyon : une équipe compacte, déterminée, à l’aise techniquement, calme et solide (...) Quand Lyon va mal, on dit qu’Aouar est décevant et que Depay est absent. Eh bien ces deux joueurs ont répondu plus que présent. Et puis, les choix de Sylvinho ont été validés. Cela pouvait sembler être une drôle d’idée d’aligner Terrier en pointe à la place de Dembélé, mais cela a marché puisque l’ancien Strasbourgeois a beaucoup travaillé et a marqué. Ce résultat replace parfaitement l’OL dans son groupe et cela va peut-être avoir des effets bénéfiques sur la suite de sa saison. En tout cas, on en a encore eu la confirmation : quand Lyon veut, Lyon peut », résume Pierre Ménès avec son habituel sens de la formule. Reste à savoir quel visage présentera la formation de Sylvinho dimanche à Geoffroy-Guichard contre l'ASSE.

 


 

Discussion, recadrage, tactique… comment Lyon s’est relancé

RMC.fr

L’Olympique Lyonnais a sorti un excellent match ce mercredi pour l’emporter à Leipzig (2-0) lors de la deuxième journée de la Ligue des champions. Avant le derby contre Saint-Etienne, dimanche, les Gones ont sonné la révolte. Retour sur une prise de conscience collective et des jours qui pourraient bien changer le cours de la saison pour l’équipe entraînée par Sylvinho.

"Des choses sont sorties dans la presse, donc c’est vrai on peut le dire…", a même reconnu Anthony Lopes après le succès (2-0) décroché en Allemagne. Et le gardien des Gones, apôtre du secret de vestiaire, n’est finalement pas si agacé d’avoir vu "ces choses" prendre l’air dans les médias… Râleur mais pas trop, le portier de l’OL sait que les ressorts de ce réveil en Ligue des champions, après 47 jours sans victoire, ont pris racine dans ces échanges collectifs en mode "accéléré et répété" depuis vendredi dernier. Le fameux théorème des footballeurs: "On s’est dit les choses…".


Juninho et Sylvinho ont recadré le groupe


Il y a d’abord eu la traditionnelle séance vidéo, "comme chaque fois", dirigée par Sylvinho et finalement transformée en agora vendredi, à la veille de la huitième journée de Ligue 1 face à Nantes. Près de deux heures d’échange et de prises paroles des joueurs, dont certains n’avaient pas l’habitude de parler. Tout le monde a été à l’écoute de tout le monde, et notamment de Juninho, le directeur sportif qui a rappelé quelques valeurs maison, celles qu’il a connues au début des années 2000 quand son OL dominait la Ligue 1.

Et le Brésilien a tapé du poing sur la table car à son goût, le travail sur la "mentalité" semblait plus vaste que le chantier tactique. Un constat partagé par Sylvinho conférence de presse après conférence de presse… Sans langue de bois, comme après la défaite face aux Canaris (0-1), Juninho a recadré ceux qui à ses yeux n’en donnaient pas assez sur le terrain. "Nous avons tellement de talent, mais sans remise en cause, on arrive à rien", peste régulièrement le dirigeant en privé. Premier visé par les propos de l’ancien maître à jouer lyonnais, Memphis Depay, en qui il fonde beaucoup d’espoirs pour être un leader du groupe.


Depay-Aouar, des cadres enfin décisifs


Juninho a clairement dit les choses à l’international néerlandais. Mais comme Bruno Genesio en son temps, il l’a aussi "travaillé en férocité". Le Batave a besoin de cette gestion individualisée, cette alternance entre méthode douce et forte. Juninho a même parfois regretté que son fantasque attaquant ne soit pas parti de l’autre côté des Alpes pendant l’été.

Mais Memphis Depay s’est réveillé et a pris ses responsabilités. A la fin du match face à Nantes, il est allé discuter avec les supporters, est passé en zone mixte, a évoqué la responsabilité des joueurs avant celle du coach. Et juste avant le coup d’envoi à Leipzig en C1, il a donné une accolade à presque tous ses coéquipiers, jouant les meneurs de la révolte, sans oublier son statut de buteur avec l’ouverture du score contre la formation allemande.

Autre petite déception du board lyonnais, dirigeants et staff compris, Houssem Aouar a déçu depuis le début de saison. Gêné pendant l’été par des soucis musculaires, le milieu de terrain n’a pas paru assez impliqué à leurs yeux. Le discours général du boss technique, qui semble enfin avoir pris la mesure de son poste, a aussi résonné dans la tête d’un pur produit de la formation lyonnaise. Comme Memphis Depay, Houssem Aouar est allé au-devant des supporters après la défaite contre Nantes. Et lui aussi, à l’image du Néerlandais, a répondu présent à Leipzig. Et, comme tout le monde le sait à l’OL, quand Aouar va, tout va mieux.


La prise de conscience des joueurs avant une semaine décisive


Dans ces heures chaudes, et ce début de crise automnale, Juninho a aussi reçu l’appui de tout un club. "L’institution est solide sur ses appuis", a même avancé pour RMC Sport un connaisseur de la maison gone. Et notamment à la formation où certains habitués lui ont dit en substance que cette semaine "était idéale pour repartir avec deux matches loin de Lyon". Deux rencontres où l’OL avait tout à gagner. Le premier, le plus lointain, s’est achevé sur une victoire à Leipzig. Place à Saint-Etienne et un derby coché depuis la sortie du calendrier en juin dernier.

Cette semaine de tous les dangers, l’OL l’a donc bien entamée dans un "match référence", comme l’a expliqué Martin Terrier après son but en Ligue des champions. Le deuxième buteur de la soirée européenne apparaît aussi comme le symbole d’un remplaçant appliqué, travailleur. Un joueur qui n’a jamais été un poids pour le staff et qui a su saisir sa chance.

Et puis, il y a eu les rassemblements spontanés du groupe avant cette semaine décisive. Une partie de l’effectif s’est retrouvée en famille chez Rafael au lendemain de la défaite contre les Nantais. Toute l’équipe s’est ensuite réunie dans un restaurant de la banlieue chic de Lyon lundi soir pour un dîner de cohésion.


Aulas change de méthode


Pour une fois en période de temps agité, Jean-Michel Aulas n’est pas (beaucoup) intervenu. Dans une situation similaire à Manchester City la saison passée, le président de l’OL avait voyagé avec le groupe, pris la parole dans la presse et également auprès des joueursLeipzig, le président lyonnais ne se trouvait pas dans l’avion des joueurs et il a laissé le champ médiatique à Juninho et Sylvinho. Il s’est toutefois adressé aux joueurs avant la rencontre comme il le fait régulièrement au cours d’une saison. Après le beau succès en Ligue des champions, Jean-Michel Aulas s’est vite envolé à bord de son avion personnel dès le coup de sifflet final de la rencontre.

Le président Aulas a passé la main à Juninho pour redresser la barre. Intelligent, lucide et très humain, le Brésilien a vite appris lors de cours de management en accéléré. Et le directeur sportif a vite mis en place les leviers de la révolte. « La confiance n’exclut pas le contrôle », a récemment rappelé JMA. Le patron a donc donné les clefs à sa nouvelle organisation et à ses joueurs, tout en faisant un petit crochet à l’hôtel des joueurs. Sa seule tradition qu’il a gardée d’une saison à l’autre.


Du mieux à confirmer lors du derby


Contesté depuis quelques temps, Sylvinho est lui resté imperméable à toute émotion malgré la victoire des siens en Allemagne. Le technicien a affiché le même visage neutre qui l’avait accompagné pendant les heures difficiles où les doutes et les critiques s’accumulaient contre lui. Derrière la carapace, la tête du Brésilien semblait toutefois plus légère pendant le vol retour vers Lyon. L’ancien défenseur du Barça devait aussi savourer, en solo, et casque sur les oreilles son coup tactique d’une défense new-look. Et surtout le fait que l’information n’ait pas été éventée dans la presse avant le début du match.

Et dans l’avion du retour qui a posé les Gones sur le sol lyonnais, vers trois heures du matin ce jeudi, un sentiment de joie dominait mais un bonheur contenu. Staff, dirigeants et joueurs savent que, si la victoire à Leipzig constitue un bon remède, le patient gone reste malade. En Allemagne, les faits de jeu et la réussite ont tourné en faveur des Lyonnais et de leur entraîneur brésilien.

Il faudra donc de la constance dans l’effort pour enchaîner ce dimanche à Saint-Etienne lors du derby. Rien de tel désormais qu’un déplacement chez son meilleur ennemi, le voisin stéphanois, pour voir si les maux des Gones ont bel et bien disparu ou si la rechute guette.

 


 

Dubois lâche une confidence sur Sylvinho

Foot-sur7.fr

Le défenseur de l’OL s’est exprimé au sujet de son entraîneur Sylvinho suite au succès arraché sur la pelouse de Leipzig (0-2). Le coach lyonnais subit de nombreuses critiques depuis quelques semaines.

Mercredi, l’Olympique lyonnais a mis fin à sa série de sept matches sans victoire toutes compétitions confondues. Les Lyonnais ont gagné à l’extérieur sur la pelouse de Leipzig (0-2). Après la victoire, Léo Dubois a en profité pour mettre les choses au clair au sujet de son entraîneur Sylvinho.

Le coach de l’OL est menacé depuis que le club connaît une crise. Mais d’après Léo dDbois, le Brésilien a toujours eu le soutien du vestiaire. « On n'a jamais lâché le coach, on l'a montré ce soir. On croit en son projet, en son état d'esprit. Il essaie de nous inculquer l'amour qu'il a pour le football. Les choses ont changé en début de saison, on ne crache pas sur ce qui s'est passé la saison dernière mais on essaie de fonctionner avec ce qu'on nous dit de faire cette année. Aujourd'hui la victoire, elle est pour tout le monde », a révélé le défenseur lyonnais au micro de RMC Sport.

Malgré le succès, Léo Dubois ne veut pas s’enflammer. L’important pour lui est maintenant d’enchaîner les bons résultats. « C'est important d'avoir du dynamisme dans la tête pour jouer des grands matches comme ça. On a gagné, on ne prend pas de but. Maintenant, on a un match très important dimanche. Il va falloir continuer avec cet état d'esprit. J'espère que c'est le début d'une nouvelle aventure et qu'on va continuer comme ça », a-t-il ajouté.

Dimanche, l’Olympique lyonnais se déplace sur la pelouse de Saint-Etienne. Une nouvelle victoire à l’extérieur permettra à Sylvinho et ses hommes de reprendre leur marche en avant. Les Lyonnais restent sur deux défaites à domicile en championnat.


 

Genesio de retour à l’OL, vous en rêviez ? Ils l’ont fait !

Footradio.com

Tandis que Sylvinho s’est donné un peu d’air en battant Leipzig mercredi soir en Ligue des Champions (0-2), le fantôme de Bruno Genesio plane sur le Français…

Pas seulement car Raymond Domenech souligne dès qu’il en a l’occasion que Lyon était plus agréable à voir jouer sous la houlette du technicien français. En effet, c’est une image des écrans géants du stade de Leipzig mercredi soir qui a fait revenir Bruno Genesio dans l’actualité de l’Olympique Lyonnais d’une manière bien plus légère et insolite. Et pour cause, le club allemand s’est trompé en affichant la composition de l’Olympique Lyonnais dans son stade, en notifiant Bruno Genesio comme entraîneur des Gones, à la place de Sylvinho.


Genesio coach de l’OL sur les écrans géants de Leipzig


Une anecdote légère et amusante dans le climat pesant des dernières semaines à l’Olympique Lyonnais, qui aura certainement plus fait sourire qu’autre chose l’entraîneur Sylvinho. Lequel a peut-être sauvé sa peau en s’imposant sur la pelouse de Leipzig grâce à des choix forts (Moussa Dembélé et Jeff Reine-Adelaïde sur le banc au coup d’envoi du match). Et tout cela à quelques jours seulement d’un choc très attendu sur la pelouse du stade Geoffroy-Guichard de Saint-Etienne dans un derby chaotique entre deux équipes très malades…

 

 


 

Lyon ? Un club de « starlettes » affirme Grégory Schneider

Footradio.com

L’Olympique Lyonnais ne vit pas un bon début de saison. Les Gones sont notamment dans la seconde moitié de tableau en Ligue 1.

Les fans lyonnais pestent depuis plusieurs saisons maintenant contre le manque de régularité de leur équipe. Cette année encore, Sylvinho a toutes les peines du monde à faire passer son message, lui qui est déjà menacé d’un départ. Certains observateurs commencent à dire que les problèmes ne viennent pas des entraîneurs mais bel et bien de l’institution OL, qui ne serait respectée par les joueurs. C’est du moins ce que pense Grégory Schneider.


« Une ambiance de travail détestable »


Sur le plateau de Yahoo Sport, le journaliste a été l’auteur de mots très forts à l’égard de l’OL. « Les mecs qui jouent pas alors que l’équipe n’est pas performante ont les boules. A Lyon c’est spécial, tout le monde passe sont temps à tchatcher. Le mec qui n’est pas content, il va au réfectoire se plaindre, ensuite il va voir le coach, il dit pareil. C’est un espèce de symposium permanent. L’OL, c’est un club de starlettes où les mecs pensent avoir des droits à n’en plus finir. Ils passent leur temps à trouver des faux-fuyants. C’est une ambiance de travail détestable », a notamment indiqué Grégory Schneider, pas étonné de voir l’Olympique Lyonnais dans cet état, même si le succès en Ligue des Champions ce mercredi soir à Leipzig a redonné un peu de sérénité autour du club rhodanien.

 


 

Dubois dans la liste des 23 Bleus sélectionnés

Lequipe.fr

Léo Dubois est sélectionné avec l'Equipe de France qui disputera 2 matchs de qualification à l’Euro 2020, Islande/France (11/10) et France / Turquie (14/10).

La liste des 23 sélectionnés :

Gardiens : Areola, Lloris, Mandanda
Défenseurs : Digne, Dubois, Hernandez, Kimpembe, Lenglet, Pavard, Varane, Zouma
Milieux : Kanté, Matuidi, Ndombele, Sissoko, Tolisso
Attaquants : Ben Yedder, Coman, Giroud, Griezmann, Ikoné, Lemar, Mbappé

 


 

Aouar, Reine-Adelaïde et Gouiri avec les Espoirs

Actufoot.com

Découvrez la liste des joueurs convoqués par Sylvain Ripoll pour affronter l'Azerbaïdjan (10 octobre 21h, Calais) et la Slovaquie (15 octobre 21h, Dunajska Streda), les deux premiers matchs des éliminatoires de l'Euro 2021.

Gardiens : Dimitri Bertaud (Montpellier), Alban Lafont (Nantes), Gaëtan Poussin (Bordeaux)

Défenseurs : Kelvin Amian Adou (TFC), Rayan Aït Nouri (Angers), Nicolas Cozza (Montpellier), Boubacar Camara (Marseille), Dan-Axel Zagadou (Dortmund), Sofiane Alakouch (Nîmes), Dayot Upamecano (RB Leipzig)

Milieux : Imran Louza (Nantes), Jean-Victor Makengo (TFC), Jeff Reine-Adélaïde (Lyon), Boubakary Soumaré (LOSC), Mattéo Guendouzi (Arsenal), Houssem Aouar (Lyon), Jean-Ricner Bellegarde (Strasbourg)

Attaquants : Moussa Diaby (Bayer Leverkusen), Odsonne Edouard (Celtic FC), Amine Gouiri (Lyon), Bryan Mbeumo (Brentford), Arnaud Nordin (Saint-Etienne)

 

Voir aussi... Leipzig 0-2 OL : L'After

 

Last modified on jeudi, 03 octobre 2019 16:21