L'actu du Mardi 1er Octobre

Voir aussi... Leipzig - OL : L'Avant Match

Sylvinho subit deux coups durs avant le voyage à Leipzig

Foot-sur7.fr

Ce mercredi, l’ OL affronte Leipzig dans le cadre de la deuxième journée de Ligue des Champions. Et pour ce match, Sylvinho, de plus en plus critiqué, ne pourra pas s’appuyer sur deux éléments de poids.

Sylvinho n’arrive pas à relancer l’ Olympique Lyonnais. L’ OL s’est en effet incliné à domicile face au FC Nantes (1-0) le week-end dernier. Un septième match sans victoire qui plonge le club lyonnais dans la crise et qui fragilise l’avenir du coach brésilien sur le banc lyonnais.

Sylvinho est tenu pour principal responsable de ce début de saison décevant. Il est temps pour le Brésilien de sortir la tête de l’eau avec un gros match cette semaine. Lyon et son tacticien entament un tournant décisif et auront une belle occasion de calmer les critiques.

L’ OL ira en effet défier RB Leipzig dans le cadre de la deuxième journée de Ligue des Champions. Et pour ce choc, Sylvinho devra composer sans la solidité de Jason Denayer et la créativité de Maxwell Cornet. Ces deux joueurs sont forfaits pour le déplacement en Ligue des Champions sur la pelouse du RB Leipzig mercredi soir.


Le groupe de l’ Olympique Lyonnais :


Gardiens : Lopes, Tatarusanu, Racioppi

Défenseurs : Rafael, Tete, Andersen, Marcelo, Dubois, Marçal, Y. Koné

Milieux : Aouar, Tousart, Reine-Adélaïde, Thiago Mendes, Jean Lucas, Caqueret

Attaquants : B. Traoré, Depay, M. Dembélé, Terrier

 

XI probable : Lopes - Dubois(c), Marcelo, Andersen, Koné - Thiago Mendes, Tousart, Aouar - Reine-Adelaïde, Dembélé, Memphis

 


 

Juninho avait pris contact avec Bruno Genesio

Butfootballclub.fr

Bruno Genesio l’a assuré à l’occasion d’un entretien lundi soir, Juninho l’a bien contacté au moment de sa prise de fonction à l’OL.

Dans un entretien accordé à « beIN Sports » lundi soir, Bruno Genesio s’est longuement confié sur l’Olympique Lyonnais, évoquant notamment la situation actuelle (délicate) de son ancien club et les circonstances de son départ.


Juninho avait-il envisagé de travailler avec Genesio ?


Depuis la Chine où il entraîne le Beijing Guoan et lutte pour le titre, l’ancien coach rhodanien a évoqué le cas de Juninho, confessant apprécié le jeune directeur sportif brésilien qui l’a consulté au début de son ère.

« Juninho, je l’ai rencontré. Il voulait avoir mon sentiment sur l’effectif. Je ne sais pas s’il voulait travailler avec moi mais ma décision de partir était prise », a expliqué Genesio, lequel est loin de se réjouir des difficultés de son successeur Sylvinho et prône plutôt « la stabilité » pour sortir de crise.

 


 

Genesio évoque la mauvaise série

Maxifoot.fr

Après la défaite à domicile contre Nantes (0-1) samedi en Ligue 1, à cause d’un incroyable but contre son camp de Fernando Marçal, l’Olympique Lyonnais n’a remporté aucun de ses 7 derniers matchs toutes compétitions confondues. Selon l’ancien entraîneur Bruno Genesio, les Gones sont notamment victimes de la malchance.

"Si le projet de jeu existait pendant les deux premiers matchs, c'est qu'il y a eu quelque chose, a commenté le coach du Beijing Guoan sur le plateau de beIN Sports. Il y a eu un enchaînement de mauvais résultats, peut-être que l'équipe a perdu confiance et qu'elle a besoin de faire une série. Le plus difficile, c'est de sortir de la spirale négative. Lorsqu'on est dans des séries comme ça où l'on ne gagne pas pendant 6-7 matchs, c'est le plus difficile."

"Le but (encaissé contre Nantes), c'est l'illustration qu'ils n'ont rien pour eux. C'est un match qu'ils doivent gagner, ils ont des occasions, Lafont fait des arrêts. Le match n'a pas été extraordinaire mais ils doivent le gagner. Non seulement ils ne le gagnent pas, mais ils le perdent sur un coup du sort. C'est gaguesque de prendre un but comme ça", a souligné le prédécesseur de Sylvinho.

 


 

Nouveau chouchou de Sylvinho, il ferait presque oublier Koscielny

Foot01.com

Après Jason Denayer, dont le recrutement a donné pleinement satisfaction au point de faire du Belge le nouveau capitaine du club après seulement une année, l’OL avait affirmé son désir de se concocter une défense centrale de premier plan en misant gros sur Joachim Andersen.

Pour le moment, à l’image de ce qu’il se passe dans les autres secteurs, cela ne fonctionne pas parfaitement. Une situation qui profite totalement à Marcelo, qui emmagasine du temps de jeu et grimpe même dans la hiérarchie. Et pourtant, le Brésilien était poussé vers le départ cet été après une saison décevante. Néanmoins, avec sa récente prolongation et son gros contrat, l’ancien de Besiktas a refusé de quitter le navire, et le voilà désormais prêt à enchainer les titularisations avec la blessure de Denayer.

Une sacrée revanche pour celui qui a empêcher Koscielny de signer, rappelle L'Equipe. Car le défenseur central français était bien dans le viseur de l’OL cet été, mais le club rhodanien avait mis le départ de Marcelo comme condition à l’arrivée du joueur d’Arsenal, qui a finalement rejoint Bordeaux. Désormais, le Brésilien a marqué des points dans l’esprit de Sylvinho, même s’il sera attendu ce mercredi contre Leipzig et son attaque rapide, ce qui n’est pas forcément un domaine où excelle Marcelo, ni son compère de défense Andersen…

 


 

Comme Sylvinho, ces entraîneurs de Lyon ont connu la crise

Lequipe.fr

En difficulté après le mauvais début de saison lyonnais, le Brésilien n'est pas le premier entraîneur du club à connaître des moments difficiles. Retour sur les situations vécues avant lui par Claude Puel, Hubert Fournier et Bruno Genesio.

La défaite à domicile, ce samedi en Championnat, face au FC Nantes (0-1) a plongé l'Olympique Lyonnais et son entraîneur Sylvinho dans la tourmente. Avant le Brésilien, Claude Puel, Hubert Fournier et Bruno Genesio avaient également vécu des moments difficiles ces dix dernières années. Retour sur ces trois épisodes.


Claude Puel : 2008-2011


À l'été 2008, Claude Puel succède à Alain Perrin, en provenance de Lille. Les espoirs placés en lui sont élevés. Alors roi dans l'Hexagone avec sept titres d'affilée, l'Olympique lyonnais ne parvient pas à passer un cap à l'échelle européenne (ils restent sur trois quarts de finale et deux huitièmes de finale). Jean-Michel Aulas place l'avenir de son club entre les mains du Castrais en lui offrant un rôle d'entraîneur général.

Après une première saison décevante, zéro titre et une triste troisième place en Championnat et un huitième de finale en C1, la situation de Claude Puel n'est pas remise en question. Une confiance qui se matérialise par des investissements records à l'été 2009 à hauteur de 70 M€ pour enrôler notamment Bafétimbi Gomis, Lisandro Lopez, Aly Cissokho et Michel Bastos.

La deuxième saison, toujours dépourvue de titre, est meilleure avec une deuxième place en L1 et une qualification historique en demi-finales de la Ligue des champions en 2010 (élimination face au Bayern Munich, 0-1, 0-3). Cependant, Claude Puel n'apporte toujours pas de trophée sur les étagères du club et sa présence sur le banc est de plus en plus contestée.

Ça se complique lors de la troisième saison. L'OL est 18e au soir de la 7e journée, après une défaite contre l'ennemi stéphanois à Gerland (0-1, le 25 septembre 2010). Après ce départ catastrophique, le pire du club depuis quinze ans, les tensions entre l'entraîneur et son vestiaire ne cessent de s'accentuer. Le technicien est également très critiqué par les supporters, qui lui reprochent une qualité de jeu médiocre. Malgré cette atmosphère pesante, le président lyonnais maintient Claude Puel jusqu'au terme de la saison, terminée par le club à la troisième place, et s'en sépare à l'été 2011, un an avant la fin de son contrat.


Hubert Fournier : 2014 - décembre 2015


Hubert Fournier, alors entraîneur du Stade de Reims, est choisi par Jean-Michel Aulas pour remplacer Rémi Garde à l'été 2014. Malgré ses débuts manqués, il réalise une très bonne première saison en permettant à Lyon de finir deuxième, derrière le PSG.

Grâce à lui, l'OL retrouve la Ligue des champions, après quatre ans d'absence. Mais la saison suivante s'avère plus délicate. La crise éclate au soir d'une défaite à Gerland face à Angers (0-2, le 5 décembre 2015). Après deux nouveaux revers (contre le PSG, 1-5, et le Gazélec Ajaccio, 1-2), Jean-Michel Aulas décide de déroger à ses principes. Neuvième à la trêve, Hubert Fournier est limogé le 24 décembre 2015 après sept défaites en onze matches et une triste élimination en phase de poules de la Ligue des champions. L'entraîneur devient le premier technicien lyonnais à être démis de ses fonctions en court de saison depuis Guy Stéphan en octobre 1996.


Bruno Genesio : 2015-2019


À la suite du limogeage d'Hubert Fournier, c'est Bruno Genesio qui atterrit sur le banc lyonnais en décembre 2015. Comme ses prédécesseurs, ses premiers pas sont concluants. L'OL termine deuxième de Ligue 1 et se qualifie pour la Ligue des champions, notamment grâce à une victoire cruciale face à Monaco (6-1, le 7 mai 2016).

La deuxième saison est plus mitigée. Lyon termine quatrième de Ligue 1, mais obtient une qualification historique en demi-finales de la Ligue Europa (défaite face à l'Ajax Amsterdam, 1-4, 3-1). Malgré cet exploit, le club subit son plus grand nombre de défaites (13) sur une saison depuis 19 ans.

La troisième année de Bruno Genesio sur le banc de l'OL est celle de la rupture avec les supporters alors que le club est éliminé en huitièmes de finale de la Ligue Europa par le CSKA Moscou (1-0 à Moscou, 2-3 à Lyon). Le club sombre dans une crise sans précédent en février 2018 mais parvient à accrocher in extremis, la troisième place de Ligue 1 qualificative directe pour la phase de poules de la Ligue des champions. Dans le stade, une banderole est déployée (19 mai 2018) contre l'entraîneur rhodanien : « Bruno, ton amour pour l'OL t'honore mais il est temps de tourner la page. »

Jean-Michel Aulas confirme malgré tout son entraîneur pour la saison suivante. La relation tumultueuse avec les supporters atteint son paroxysme au soir du 3 septembre 2018, lors d'une altercation en boîte de nuit avec un fan de l'Olympique Lyonnais. Le président lyonnais soutient à nouveau Genesio. Mais la fin de l'histoire s'achève quelques mois plus tard, le 13 avril 2019, lorsqu'il annonce à ses joueurs son départ en fin de saison. Il amène cependant l'OL sur le podium du Championnat, avec à la clé une place en Ligue des champions.

 


 

Clément Turpin arbitrera le derby entre Saint-Étienne et Lyon

Goal.com

L'arbitre de 37 ans a été désigné pour diriger les débats entre les Verts et l'OL, pour une affiche entre deux équipes en difficulté en Ligue 1.

Pour arbitrer l'affiche de la 9e journée de Ligue 1 dimanche soir entre l'AS Saint-Étienne et l'Olympique lyonnais, la LFP a désigné Clément Turpin. 

L'arbitre de 37 ans devra gérer une rencontre entre deux équipes en difficulté en Ligue 1 : l'OL n'a plus gagné depuis la 2e journée en championnat. 

De leurs côtés, les Verts ont enfin regagné à Nîmes (0-1) mais n'ont que huit points au classement. 

 


 

Manchester United insiste pour Dembele…

Le10sport.com

Dans le viseur de Manchester United depuis plusieurs semaines, Moussa Dembele est toujours très suivi par la formation de Paul Pogba.

Dans le pénible début de saison de l’OL (6 matchs sans victoire), l’éclairci s’appelle Moussa Dembele. Auteur de 6 buts (il en a inscrit 15 la saison dernière), l’attaquant français se montre sous son meilleur jour. Et selon nos sources, un acteur du championnat anglais n’en rate aucune miette… En effet, depuis le début de la saison, Manchester United observerait systématiquement les prestations de Dembele. Si son nom faisait partie des tablettes mancuniennes l’été dernier, il serait désormais l’une des priorités du recrutement pour les mois à venir. Acheté pour 22 millions d’euros l’an passé au Celtic Glasgow, le buteur de 23 ans vaut désormais près du double.

 


 

Sylvinho : « C’est en améliorant nos performances que les résultats suivront »

OL.fr

Avant d'affronter le RB Leipzig pour le compte de la 2ème journée de l'UEFA Champions League, ce mercredi 2 octobre à 21h, Sylvinho s'est présenté en conférence de presse pour répondre aux questions des journalistes.

L’ETAT DE SANTE

« Jason (Denayer), notre capitaine, n’est pas là mais il sera remplacé par Joachim (Andersen). Reconduire la défense à trois ? C’est difficile car Jason est absent. On réfléchit à ce qui serait le mieux pour l’équipe mais il est difficile de nous imaginer jouer à trois derrière. »

LA PRESSION QUI PÈSE SUR LUI

C’est vrai mais je ne me préoccupe que du match qui arrive. Nos derniers matches et nos derniers résultats n’ont pas été bons. Notre début de saison, mis à part nos deux premières rencontres, n’a pas été bon. On a pris des buts en fin de match. Maintenant, il faut reprendre confiance et engranger des points en Ligue 1 et en Champions League. Je ne me plains pas, je ne me lamente pas. Je suis sûr et certain qu’en continuant comme cela, on arrivera à nos fins.

SON AVIS SUR LE RB LEIPZIG

C’est une équipe qui fait plaisir à voir jouer, avec beaucoup de joueurs à l’aise avec le ballon, et qui aime attaquer. Ils réalisent de belles choses en championnat en ce début de saison. C’est une équipe physique, capable d’être très dangereuse offensivement. On va affronter une belle formation dans un beau stade et il faudra en profiter aussi.

LA CHAMPIONS LEAGUE

La Champions League est une grande compétition. Ce n’est pas comparable à la Ligue 1. Notre groupe est difficile, les quatre équipes ont leurs propres caractéristiques et toutes les rencontres seront disputées. Quelque soit la compétition, on vient avec la volonté de faire un bon match, en jouant bien. Les joueurs ont envie de faire quelque chose de grand. C’est en améliorant nos performances que les résultats suivront.

 


 

Leipzig craint Memphis Depay

Lequipe.fr

Julian Nagelsmann, l'entraîneur de Leipzig, qui reçoit Lyon ce mercredi en Ligue des champions (21 heures), a réfléchi à un plan pour réduire l'influence de l'attaquant de l'OL.

Ces derniers mois, Memphis Depay s'est fait brillant sous le maillot des Pays-Bas lorsqu'il a affronté l'Allemagne, et ses performances n'ont pas échappé à Julian Nagelsmann. L'entraîneur de Leipzig voit un grand danger dans l'attaquant de l'OL, dont il veut circonscrire la menace, ce mercredi soir (21 heures), en Ligue des champions.

« On va essayer de faire en sorte que peu de ballons arrivent sur lui, a annoncé Nagelsmann en conférence de presse. Quand il utilise sa vitesse, il devient très difficile de défendre sur lui. Il est très créatif. On va essayer de le mettre hors circuit afin qu'il ne reçoive pas trop de ballons pour accélérer. »


« Il n'y a pas que Depay, il y a Dembélé, Aouar, Reine-Adélaïde... » - Ibrahima Konaté, défenseur de Leipzig,


Ibrahima Konaté, le défenseur français de Leipzig, a également cité Depay parmi les dangers, mais il ne s'est pas limité au Néerlandais. « Il n'y a pas que lui, il y a Dembélé, Aouar, Reine-Adélaïde..., a répondu l'international Espoirs. Tous ces joueurs ont beaucoup de qualité, il faudra faire attention face à cette grande équipe. »

Konaté a-t-il quand même repéré des faiblesses à l'OL, en difficulté en Championnat de France ? « Si j'avais vu des faiblesses, je ne le dirais pas, a répondu Konaté. Mais même avec les séances vidéo qu'on a pu avoir, je n'en ai pas vu. »

 

 Voir aussi... Leipzig - OL : L'Avant Match

 

Last modified on mardi, 01 octobre 2019 20:02